75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : X-Files : Régénération
X-Files : Régénération >

Critique du Film : X-Files : Régénération

Avis critique rédigé par Vincent L. le samedi 2 août 2008 à 1047

Ben moi, j’y crois plus…

Après six longues années d’absence, Mulder et Scully sont enfin de retour ! Non pas qu’on les attendait avec impatience, mais leur retour pouvait laisser présager quelque chose de sympathique après les déboires des catastrophiques dernières saisons télévisées. Après tout, Fox et Dana sont cultes, la série est culte et le concept de sa transposition au cinéma, sur le papier, tenait plutôt bien la route. Ambition affichée de Chris Carter : s’éloigner de l’arc scénaristique de la série pour imposer un nouveau format cinéma, et relancer ainsi la franchise dans les salles obscures.
Film dans la veine des histoires fantastiques qui ponctuaient les aventures de nos agents favoris, c’est à dire possédant une histoire indépendante ne demandant aucune références ou connaissances préalables pour être suivie – contrairement à Combattre le futur, dont la complexité intrinsèque ne le destinait finalement qu’aux fans - X-Files Regeneration était un volet cinématographique essentiellement destiné à remettre sur le devant de la scène Mulder et Scully au gré d’un film introductif destiné au public le plus large possible.
Une idée somme toute pas forcément mauvaise - après tout, certains des meilleurs épisodes de la série sont justement basé sur ce principe - mais qui ne justifie aucunement l’énorme laxisme de Chris Carter et Franck Spotnitz dans l’écriture du scénario. Un peu comme si les deux scénaristes s’étaient dit «C’est X-Files, on peut tout se permettre !», ce nouvel opus des affaires non-classées ressemble à un melting-pot de pur n’importe quoi totalement stupide.


Pourtant, le film ne commençait pas trop mal. Passé la débilité du pitch de départ – vingt fédéraux n’arrivent pas à retrouver une jeune fille dans une ville perdue qui ne doit pas faire plus de deux mille habitants ! – et les motivations capilo-tractées du FBI pour faire revenir les personnages principaux – un prêtre à des visions, il nous faut des spécialistes – la première partie du long-métrage se révèle être vraiment prometteuse. Le dit voyant, prêtre pédophile à la personnalité trouble, pourrait aussi bien avoir un vrai don qu’être le kidnappeur tant recherché. Chacune de ses élucubrations pouvant être interprété dans les deux sens, le long-métrage serpente ainsi en plein fantastique. Le prêtre, tout en nuance et en subtilité, s’avère ainsi être un personnage intéressant et bien écrit, véritable moteur d’une première heure accrocheuse.
Vient ensuite la première déconvenue : l’enquête proprement dite. Élément incontournable de tout bon épisode, la partie investigation est ici réduite à peau de chagrin. Certainement pas décidés à se casser la tête sur une enquête trop complexe, Carter et Spotnitz nous alignent alors une série d’incohérences qui font que l’affaire se dénoue finalement par hasard : alors que l’affaire est dans un cul-de-sac, Mulder croise le méchant à la station service, Scully, en préparant une intervention chirurgicale qui n’a rien à voir tombe sur une photo qui lui fait tout comprendre, j’en passe, et des biens pires.
Quand arrive la fin, les choses sont donc relativement mal engagées. Mais rien, absolument rien, ne peut préparer au final absolument grotesque de cet X-Files. Alors que le spectateur comprend les tenants et aboutissants d’une histoire faite de pur n’importe quoi, il assiste à un affrontement final digne d’un vrai nanar ! Fou rire chez les néophytes, consternation chez les fans, on comprend alors assez facilement que le film a été construit sur une idée de départ (les visions du prêtre) et sur quatre scènes chocs qu’il a ensuite fallu lier tant bien que mal au gré d’une intrigue construite au fur et à mesure de son écriture. Syndrome Lost : rien n’est cohérent, un certain nombre de choses ne sont pas explicables, bref, ce Regeneration s’avère être un château de boue qui s’écroule alors de tous les côtés.

Alors même que la série a fait son succès sur ses scénarios, ce second opus est donc précisément coulé par le sien ; mais niveau qualité, la descente ne s’arrête pas là : Chris Carter, qui à endossé pour le coup l’uniforme du metteur en scène, réalise son film à la manière d'un épisode de la série télévisée. Malheureusement ce qui marche pendant quarante minutes sur petit écran à bien du mal à fonctionner au cinéma pendant cent minutes. Loin de la réalisation énergique de Rob Bowman, le film, manquant cruellement de rythme, s’avère ainsi être une suite de longueurs particulièrement pénibles à suivre.
De même, face caméra, les acteurs se démènent comme ils peuvent avec ce qu’ils ont, c’est à dire pas grand chose. Si David Duchovny et à l’aise dans la peau d’un personnage qu’il a interprété pendant huit ans, il en va différemment de Gillian Anderson dont le rôle, pénible et mal écrit, nous propose une Scully étonnamment molle et larmoyante. Les autres acteurs, sans être réellement transcendants, s’avère quant à eux suffisamment bon pour qu’on ne fasse pas attention à eux.

La conclusion de

Construit sur un scénario tellement misérable qu’on le croirait sorti d’une pure série Z, cet opus cinématographique est une véritable catastrophe ! Si le produit n’était pas estampillé X-Files, nul doute qu’il serait totalement passé inaperçu, voire qu’il n’aurait eu droit qu’à une sortie direct-to-dvd. Mission accomplie pour les producteurs, mais les fans, eux, n’ont plus que leurs yeux pour pleurer.

Que faut-il en retenir ?

  • Mulder,
  • Le personnage du prêtre.

Que faut-il oublier ?

  • Scully,
  • Une histoire totalement grotesque,
  • Un scénario inexistant,
  • Des incohérences à la pelle,
  • Un sérieux manque de rythme.

Acheter X-Files : Régénération en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de X-Files : Régénération sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de X-Files

En savoir plus sur l'oeuvre X-Files