75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
L'Orphelinat >

Critique du Film : L'Orphelinat

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 29 janvier 2008 à 20:27

Le savoir-faire espagnol à l'état pur!

Laura, accompagnée de son mari Carlos et leur fils Simon, emménage dans un ancien orphelinat. Ce lieu est en fait un ancien foyer pour enfants handicapés, Laura dans sa jeunesse y a passé quelques temps et garde en sa mémoire des bons souvenirs de cette période. C'est pourquoi elle désire rouvrir les lieux. Simon, quant a lui, semble de plus en plus étrange, et prétend communiquer avec d'autres enfants...
Il est très difficile d'évoquer un film comme l'Orphelinat sans vouloir gâcher le plaisir des spectateurs. Je vais donc essayer de rester vague sur quelques aspects afin de ne pas trop en dire. D'un point de vue purement "scénaristique", certains pourront reprocher au film d'être un condensé de plusieurs influences. De plus, il est clair que l'on retrouve des thématiques communes à "l'échine du diable" et au "Labyrinthe de pan," et l’on n'est donc pas étonné de voir Guillermo Del Toro producteur de ce dernier. Mais malgré les aspects de "déjà vu" il faut reconnaître que la magie a rarement autant fonctionné et que l'on se retrouve certainement devant la meilleure œuvre dans le registre "lieue hantée". Il faut dire que le scénario de Sergio G. Sánchez n'est pas si "copié/collé" qu’il peut le laisser paraître. Le scénariste fait preuve d'une véritable subtilité lorsqu'il s'agit de donner une totale cohérence à l'ensemble et de jouer sur l'aspect humain des personnages qui habitent le film.


En parrainant le réalisateur Juan Antonio Bayona, il semble que Guillermo Del Toro ne se soit pas trompé et qu'il vienne de lancer une future valeur sûre du cinéma espagnol. Bien entendu, Juan Antonio Bayona, en cinéphile aguerri, tombe dans quelques pièges propres à un premier long métrage. Pour exemple, le film possède des séquences parfois peut-être trop référentielles, comme l’une quasiment identique à "Poltergeist" avec sa scène de voyante extralucide essayant de rentrer en communication avec les esprits de la maison. Malgré ce quasi "copié/collé", il faut reconnaître que Juan Antonio Bayona l'insère avec brio dans son film et change juste ce qu'il faut pour que cette scène devienne encore plus angoissante. Cependant, résumer le savoir-faire de Juan Antonio Bayona à sa simple capacité de créer une ambiance effrayante serait très réducteur. Le réalisateur se montre aussi un grand maître dans la direction d'acteur et insuffle une véritable note émotive et presque lyrique parfaitement en phase avec le déroulement du film.
Un film comme celui-ci, qui veut insuffler un minimum d’émotion aux spectateurs, demande un jeu d'acteur parfait. Dans le cadre de l'orphelinat, la mission est largement accomplie. Belen Rueda (Laura) est habitée par son personnage et il sera très dur de ne pas éprouver de l'affection envers son personnage. Ensuite, on sait qu’en général, l’entrée en jeu de jeunes acteurs peut se révéler être un sacré piège. En effet, cela nécessite de bien sélectionner les jeunes comédiens, afin qu'ils ne paraissent pas trop "tête à claques, fils à maman…" et autres "gentils" noms. Heureusement, Roger Príncep n’est pas de ceux-là et semble très naturel dans son rôle de jeune homme attaché à sa mère.

75

L'orphelinat confirme - s'il était encore nécessaire de le prouver - le savoir-faire espagnol en la matière et permet surtout de découvrir un réalisateur à surveiller de très près à l’avenir. L'orphelinat ne fait pas que vous effrayer, il a surtout cette capacité de réussir à vous attraper, vous captiver, et vous faire ressentir les peurs, les joies et l'amour que traversent les protagonistes de cette histoire.

Critique de publiée le 29 janvier 2008.

Acheter L'Orphelinat en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'Orphelinat sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !