75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Wolfen
Wolfen >

Critique du Film : Wolfen

Avis critique rédigé par Christophe B. le mardi 6 février 2007 à 1725

Loup, y es tu ? Que fais tu ?


New York : un riche entrepreneur, son épouse et leur garde du corps, sont sauvagement assassinés dans un square de Manhattan. L'inspecteur Dewey Wilson et Rebecca Neff, une psychologue, sont chargés de l'enquête. Sur un chantier de démolition, dans un quartier en ruine du Bronx, on découvre les corps de clochards déchiquetés, lacérés, portant des blessures identiques à celles des précédentes victimes... Des blessures étranges, il semble que l’arme des crimes, pourtant extrêmement tranchante, ne soit pas en métal. Et puis il y a certains organes des victimes qui ont disparus… Pourquoi ? Crime satanique ? Rituel vaudou ? L’enquête va prendre des voies de plus en plus étranges…
Wolfen entre de plein pied dans la liste des films exploitant ce qu’il est convenu d’appeler les « Légendes Urbaines ». Ces fables qui ne prennent pas comme décors les sombres forêts ou les landes brumeuses, mais les quartiers citadins et les ruelles sombres des villes. Et il s’agit ici d’une fable à la fois allégorique et écologique. Un véritable manifeste pour la protection de la nature qui assimile légendes indiennes et destruction de la faune sauvage, notamment l’éradication des loups.

Indiens d’Amérique et loups, deux « races » sœurs largement opprimées. La juxtaposition pourrait paraître hasardeuse et pourtant elle fonctionnement à merveille dans ce scénario diablement original qu’est Wolfen. Une histoire qui voit les loups réinvestir les ville pour se nourrir des malades et des exclus de la société.
Les images du film sont tout simplement superbes. Michael Wadleigh filme New York avec amour et virtuosité. Images subjectives et solarisées de la vision des prédateurs, caméra qui serpente au ras du sol au milieu des ruines d’un quartier du Bronx ou qui s’envole aux sommets des architectures les plus hautes.
Les qualités techniques et artistiques du réalisateur viennent renforcer le propos inspiré par le film. L’ambiance est à la fois lumineuse et inquiétante. La violence est contenue, mais sauvage et percutante. La bande son souligne formidablement toutes ces impressions. Le dernier quart d’heure du film est franchement flippant et les dernières images du en laisseront plus d’un perplexe en replongeant le spectateur dans le doute.

La conclusion de

Wolfen est un film remarquable et puissant, mélangeant le thriller et le fantastique d’une façon originale et délicate. La réalisation est admirablement maîtrisée. Ce film a été récompensé par le Prix Spécial du Jury d’Avoriaz en 1981, il méritait largement cet honneur.

Acheter Wolfen en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Wolfen sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Wolfen

  • Voir la critique de Wolfen : Qui a peur du loup ?
    85

    Wolfen - Critique du film par Richard B.

    Qui a peur du loup ? : Wolfen est un film marquant qui traverse plutôt très bien les années. En plus d'offrir un bon suspense, il est aussi un film volon…

En savoir plus sur l'oeuvre Wolfen