75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : L'invasion des profanateurs
L'invasion des profanateurs >

Critique du Film : L'invasion des profanateurs

Avis critique rédigé par Vandammage le dimanche 12 novembre 2006 à 1636

La critique du staff

Quelques années après le film de Don Siegel, Phillip Kauffman nous présente sa version de la nouvelle de Jack Finney. Cette Fois, l'intégralité de l'histoire se déroule à San-Francisco. Une fois le prologue passé, les premières images du film nous montre Kevin Mc Carthy (l'acteur de la version de 1956) alertant la population du danger venant de l'espace. Il s'agit bien ici d'une suite et non d'un remake. L'histoire se déroule cette fois-ci, à l'échelle d'une mégalopole... 5 ans après Soleil Vert, revoila la SF 70's en grande forme, dénoncant tous les excès et problèmes communs aux grandes villes. Les extra-terrestes (représentés d'abord par des plantes) prennent possession des personnes. Les possédés sont alors reconnaissable par leur absence d'émotions et de sentiments. Kauffman fait echo au fameux credo "metro,boulot,dodo", il illustre par ailleurs les difficultés d'expression et de communication propres au monde moderne.

Donald et Leonard
Donald et Leonard

Au-dela du message, le film est avant tout doté d'une mise en scène efficace et interprété par un casting somptueux (Brooke Adams, Jeff Goldblum, Leonard Nimoy).Lors de la dernière demi heure, l'atmosphère se fait de plus en plus oppressante. La mélodie de "Amazing Grace" (un chant protestant ultra connu) finit de nous faire dresser les poils sur la couenne et nous amène vers une conclusion hallucinante.


Ce ne sera pas la dernière version de l'histoire, puisqu'en 1993, Abel Ferrara signera "Body Snatchers". En 1998, Robert Rodriguez réalisera un hommage à cette histoire avec "The Faculty". Il est par ailleurs prévu pour 2007 une 4° version réalisé par Oliver Hirschbiegel (La Chute).

La conclusion de

Une bien belle adaptation de cette histoire. A voir absolument

Que faut-il en retenir ?

  • La fin

Acheter L'invasion des profanateurs en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'invasion des profanateurs sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'invasion des profanateurs de sépultures

En savoir plus sur l'oeuvre L'invasion des profanateurs de sépultures