75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Phantasm II >

Critique du Film : Phantasm II

Avis critique rédigé par Richard B. le dimanche 22 octobre 2006 à 05:47

Loin du phantasme cinématographique ?

Phantasm 2 arrive presque 10 ans après le premier. L’affiche du film est plutôt séduisante et donne bien envie : Ciel rougeâtre, sphère argentée, une légère vue sur un cimetière, de quoi intriguer.
Le film reprend à l’endroit même ou nous avait laissés le premier : lorsque le jeune Mike apprend que son frère est mort sur un accident de route et qu’il avait ‘peut-être’ imaginé une menace qui n’existait pas. Cependant, persuadé de l’existence du Tall Man, ce dernier finit par se faire interner pour ressortir des années plus tard. Tant mieux puisque c’est plus Michael Baldwin qui interprète Mike, bien que ce dernier reviendra sur le troisième. ‘Oups’ je m’égare. Donc, les années passent et Mike fait semblant de ne plus croire au Tall Man pour sortir de son internement et traquer et prouver l’existence de ce son ennemi de toujours.
Don Coscarelli, après s’être essayé à la fantasy avec Dar l'invincible, revient à sa Saga et surtout sur le personnage charismatique : Le Tall Man. Il opte pour une continuité directe, mais entre-temps il change son pôle d’orientation, optant entre le road Movie et la touche Evil Dead. À cet exemple le personnage de Reggie prend de l’importance et se transforme en une espèce de pseudo Ash sans l’allure et le fun, une pâle copie qui à l’inverse du dernier se fait vite oublier. Autre changement d’orientation de Coscarelli : son Tall Man ne commet plus ses actes sur une seule localité, mais il se déplace de ville en ville. La mise en scène du premier a certes vieilli, mais possédé une personnalité, dans le cas suivant le réalisateur/ scénariste donne l’impression de reprendre que des éléments vus à droite ou à gauche sur d’autres films. Des éléments piqués qui n’en possèdent pas toujours le même charme. C’est en réutilisant les sphères que l’on avait déjà vu dans le premier qu’au final Coscarelli en ressort les meilleurs moments du film. À ce titre Phantasm II possède une scène qui reste forte, où un homme de garde du Tall Mann se reçoit une sphère en plein dans le dos et qui lui ressortira par la gueule. Une scène marquante et fun, mais qui contraste aussi avec le reste qui semble bien terme à côté.


Puis s’en vouloir être méchant, il faudra que l’on m’explique le choix de James LeGros dans le rôle de Mike, ce mec est une horreur, il est pâteux et pas crédible un seul instant. Une catastrophe ambulante qui m’a éloigné du film dès sa première apparition tellement il semble loin de ce qu’il fait. Il reste bien Reggie Bannister qui essaie de s’amuser en imitant Ash, mais c’est là sa plus grosse erreur ; puisque sa performance est autre que celle d’un Bruce Campbell. Dans le premier, son rôle d’ami accaparer par la situation était beaucoup plus sympathique que cette espèce de pseudo copie d’un personnage d’un autre film. Reste au bout du compte, Angus Scrimm, qui est tellement marquant et incrusté dans son personnage de Tall Man qu’il ne pourra même jamais se casser de cette image, il est le personnage et possède une véritable présence à l’écran. Dommage qu’il y ait vraiment que lui sur ce film.
Techniquement le film possède quelques effets spéciaux plutôt réussis, mais soit pas assez nombreux pour pencher vers un film vraiment gore. Soit trop déganté pour apporter une crédibilité à son intrigue. Le film est pris entre deux eaux et même si les effets spéciaux sont beaucoup mieux travaillés que sur le premier et traverseront mieux les âges, ces derniers desservent plus la série et l’intrigue qu’ils ne lui apportent.

40

Phantasm II est une suite totalement opposée au premier. Le premier souffrait d’un budget assez limité qui du coup marque trop son âge, mais possédait assez d’idées pour que d’autres lui en piquent. Le second possède plus de budgets, mais à son tour va prendre ses idées sur les autres en faisant moins bien. De plus, la performance des acteurs est très très limite.

Critique de publiée le 22 octobre 2006.

Acheter Phantasm II en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Phantasm II sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !