75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Ichi The Killer >

Critique du Film : Ichi The Killer

Avis critique rédigé par Lionel B. le mercredi 4 octobre 2006 à 04:03

Gore, SM et yakuza…

Nous sommes à Tokyo, et plus précisément aux alentours du quartier de Shinjuku, quartier de tous les vices. Le chef d’un gang de yakuza a disparu et son bras droit Kakihara va tout mettre en œuvre afin de le retrouver. Mais il est déjà trop tard. Ichi, un jeune garçon introverti, a commencé un véritable massacre chez les yakuzas qui ne finira qu’après annihilation du gang de Kakihara.
Adaptation du manga de Hideo Yamamoto (plus connu en France pour son manga Homunculus édité chez Tonkam), Ichi the Killer a été réalisé en 2001 par Takashi Miike, le réalisateur de tous les extrêmes. Qui mieux que Takashi Miike pouvait réaliser un film d’une telle violence ? En effet, l’univers de Koroshiya Ichi (titre original de l’œuvre) colle parfaitement à l’esprit du réalisateur nippon qui n’en était pas à son premier film de yakuza. Même l’univers du gore ne lui était pas inconnu puisqu’il avait travaillé au préalable sur Audition ou bien encore sur la série MPD Psycho, également adaptée d’un manga.
Pour ce film, Takashi Miike est allé au plus loin qu’il le pouvait. À tel point que le film fut tronqué d’une vingtaine de minutes lors de sa sortie en salle. Il faut bien dire que certaines scènes sont particulièrement gore. Pour exemple, le réalisateur n’hésite pas à nous montrer en gros plan Kakihara se coupant la langue avec un sabre. Les exemples sont suffisamment nombreux pour justifier une interdiction au moins de 16 ans (ce qui est un minimum). Vient s’ajouter à cet excès de violence, du sadomasochisme par l’intermédiaire des différents protagonistes. Ainsi, le jeune Ichi ne parvient à avoir des érections qu’en massacrant les gens et Kakihara éprouve une grande jouissance à se faire tabasser. Une dose d’humour vient agrémenter le tout. Le ridicule de certaines situations et les couinements d’un des chefs de gang nous démontrent ainsi que ce film n’est pas à prendre au sérieux et que ce surplus de violence n’est qu’une fiction.


La réalisation est, tout comme le scénario, assez violente. Takashi Miike mélange tous les styles possibles dans un seul et même film. Accélération, ralenti, plan fixe, plan séquence. Tout y est. Le rendu final donne un film esthétique et agressif en même temps. Il en va de même pour la musique. Elle est signée Seiichi Yamamoto. Ce dernier a opté pour une musique techno, un genre qui rend le film encore plus brutal. L’image et le son s’associent parfaitement donnant parfois un style un peu « clipesque ». Il en est ainsi lorsque la musique ralentit comme le fait l’image. La réussite du film est également due aux effets spéciaux. Les images de synthèses, tout comme le maquillage, s’intègrent parfaitement à l’image, à tel point que l’on y croirait presque.
Au niveau des acteurs, Takashi Miike s’est orienté aussi bien vers des acteurs que des réalisateurs. C’est le cas pour le rôle de Jijii interprété par Shinya Tsukamoto, le réalisateur des deux Tetsuo et de Hiroyuki Tanaka dit Sabu dans le rôle de Kaneko. Le rôle de Kakihara a été confié à Tadanobu Asano, un acteur assez connu au Japon. Il a été vu dans Gojoe et Electric Dragon 80.000 V de Sogo Ishii dans les rôles principaux, mais également dans Zatôichi de Takeshi Kitano où il y tenait le second rôle. Quant au rôle de Ichi, il a été confié à Nao Omori qui tenait ici pour la première fois le premier rôle, mais qui n’en était pas à son premier film. Tous ont parfaitement réussi à donner vie au film grâce à une interprétation juste. Ils parviennent à convaincre le public et c’est là l’essentiel.

80

Au final, il ressort un film d’une extrême violence qui ne touchera pas un large public. Seuls les amateurs de films gores y trouveront leur compte. Pour ma part, j’ai adoré Ichi the Killer en raison de cette violence démesurée qui rend même le film assez drôle à certains moments. Le mélange film de yakuzas, film SM et film gore est une véritable réussite.

Critique de publiée le 4 octobre 2006.

Que faut-il en retenir ?

  • C'est gore
  • C'est parfois hilarant
  • Les personnages

Que faut-il oublier ?

  • Quelques longueurs

Acheter Ichi The Killer en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Ichi The Killer sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !