75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : V pour vendetta
V pour vendetta >

Critique du Film : V pour vendetta

Avis critique rédigé par Lucie M. le dimanche 26 mars 2006 à 0731

God save the Queen…The fascist regime!!!

Durant le Festival Jules Verne, certains d’entre nous ont pu découvrir en avant-première, dans la grande salle du Rex, la diffusion de l’adaptation cinématographique du roman graphique V pour Vendetta scénarisé par Alan Moore et dessiné par David Lloyd en présence de ce dernier. Cette adaptation scénarisée par les frères Wachowski et réalisée par James Mc Teigue ne sortira que le 19 avril dans les salles françaises.


Ne connaissant pas du tout l’univers et l’histoire de la bande dessinée V pour Vendetta, c’est avec enthousiasme et curiosité que je suis allée voir cette adaptation juste attirée que j’étais par le graphisme des différentes affiches aperçues dans Paris ou sur le net. Je peux vous dire que ce moment fut d’un ravissement total et d’une surprise complètement jouissive. Depuis quelque temps, j’en étais venue à me demander si le politiquement correct n’avait pas envahi tout bonnement tout être normalement constitué et que nous étions condamnés "ad vitam" à voir des films niais sans envergure. Maintenant je peux l’affirmer, il existe encore des gens capables de faire passer un message à travers une œuvre artistique découlant d’un univers cohérent, imaginatif et aux valeurs révolutionnaires. D’ailleurs, quand on voit que c’est une production américaine destinée à un large public nous sommes étonnés tellement les propos sont forts puisqu’ils dénoncent dictature, totalitarisme et fascisme ainsi que le renoncement de certaines personnes face au pouvoir des politiques, à l’autorité et à toutes ses dérives fortement dangereuses.

Donc, l’histoire se déroule à Londres, dans une Angleterre futuriste où l’ordre règne sous les yeux vigilants d’un parti totalitaire et dangereux. Tous les habitants de Londres sont endormis par la chaîne BTNBritish Television Network – où de la fausse information circule sans discontinue. Ceux-ci sont brimés et affaiblis par la peur. Une peur soumise par ce parti connu sous le nom de Doigt depuis que des évènements terroristes ont eu lieu. Donc, le libre arbitre n’existe plus et tous les médias qui donnent à réfléchir sont proscrits que ce soit les livres, la peinture ou même la musique. Tous sont sous le contrôle du Chancelier Sluter (John Hurt) qui gouverne par le biais d’un énorme écran la police , le Doigt – police secrète où l’abominable Creedy (Tim Pigott-Smith) officie – et la BTN. Le couvre-feu, le rationnement et les dénonciations sont monnaie courante et les citoyens, comme dans un état apathique, ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. Mais tout cela va bientôt changer grâce à un soir quelconque où la jolie Evey Hammond (Natalie Portman) brave le couvre-feu pour se rendre à un rendez-vous. Arrêtée par le Doigt et quelque peu violentée, elle sera sauvée par un étrange et mystérieux personnage portant un masque de Guy Fawkes au sourire ironique et ce faisant appelé V (Hugo Weaving). Cet homme, mégalomane et détenant en lui une haine incommensurable, va mettre en route une révolution anarchique dans ce Londres endormi.
La découverte de ce personnage vêtu de noir portant ce masque ironique de Guy Fawkes – membre d’un groupe de conspirateurs qui tentèrent de faire exploser la Maison du Parlement en 1605 pour protester contre la politique du roi Jacques 1er en matière de religion - est un immense symbole de liberté, de révolution, de puissance, mais également un être envahi par la haine et par un désire de Vengeance hors du commun. Interprété par Hugo Weaving, V nous subjugue de par son élégance, son extravagance et sa représentation troublante. Une représentation troublante puisque même s’il décide de redonner la liberté de penser et d'agir aux citoyens de Londres ; c’est un homme qui contient en lui tellement de haine qu’il est prêt à tuer pour assouvir sa vengeance mais également faire exploser des bâtiments symboliques pour réveiller et libérer le peuple londonien. Cette vision du terrorisme libérateur donne à réfléchir pendant la vision de V pour Vendetta ! Que serions-nous prêts à faire quand il s’agira de défendre notre liberté face à un pouvoir politique totalitaire ? Devrons-nous devenir des terroristes sans foi ni loi et tuer des innocents pour ne plus à avoir à souffrir sous le joug d’un parti totalitaire ? Cette réflexion complexe et contradictoire est un long sujet de discussion qui n’en finira jamais. Toutefois, V est un personnage troublant qui reste ancré dans notre conscience bien après la vision du film et qui nous donne à réfléchir.

Ensuite, Evey Hammond, interprétée par la jolie Natalie Portman, sera pour V un moyen de retrouver quelque peu la paie et l’harmonie en son âme puisque au fil du film ils seront étroitement liés et naitra de cette rencontre une quête vers la liberté pour le personnage d’Evey Hammond. Une quête menée à bien par le terrible V de façon très dure. Natalie Portman peut enfin avoir un grand rôle et n’hésite pas à se faire raser les cheveux pour le film. Une scène qui nous rappelle bien des choses horribles s’étant passées il n’y pas longtemps de cela ; également comme l’imagerie graphique du parti du Doigt et le V significatif - qui d'ailleurs si on le tourne et si nous rajoutons une barre au milieu devient le A entouré du symbole de l'Anarchie. On retrouvera également l’acteur Stephen Rea – acteur fétiche de Neil Jordan - dans le rôle de l’inspecteur Finch qui bien malgré lui mènera une enquête sur les agissements de V et qui lui donnera à réfléchir sur le bien fondé du Chancelier Sluter. Celui-ci interprété par John Hurt est criant de haine, on ne l’aime pas et on a envie de le voir mourir comme le terrible Creedy, interprété par Tim Pigott-Smith. Un casting détonnant où les acteurs jouent avec leurs tripes.

En ce qui concerne la réalisation, ne vous attendez pas à une copie de Matrix ou autre puisque James McTeigue fut 1er assistant réalisateur pour la trilogie des Frères Wachowski. Le film ne contiendra pas beaucoup de scènes à effet spéciaux mais sera plus centré sur les dialogues et les personnages. L’univers futuriste de V pour Vendetta n’aura pas de grand changement technologique et restera dans un univers très proche du notre. Ce qui rend encore plus crédible cette situation. L’action se déroule dans un Londres austère et grisâtre à l’égale de la vie que mènent les citoyens. Seul moment féérique de V pour Vendetta c’est quand nous découvrons l’antre de V où est gardé bien précieusement des livres ou des peintures. Une sorte de musé érigé à la commémoration de la culture et du savoir-vivre. Une culture que V garde en lui puisqu’il excelle dans l’art à citer du Shakespeare ce qui lui donne une dimension toute théâtral. Une dimension théâtrale qui est également accentuée par son masque. Un visage figé et ironique.

La conclusion de

L’adaptation cinématographique de V pour Vendetta, roman graphique dessiné par David Llyod et scénarisé par Allan Moore dès 1981, est une ode à la liberté et à commémoration d'une idée emblématique. Un film grandiose de par les sentiments qu’il dégage grâce à l’interprétation d’une pléthore d’acteurs tous aussi crédibles les uns que les autres. V pour Vendetta est un film qui donne à réfléchir sur les dangers d’un système politique totalitaire et l’endormissement des foules par le biais de la fausse information. Je vous conseille grandement d’aller le visionner dès sa prochaine sortie en salle le 19 avril et de l’accueillir avec tous les honneurs qu'il mérite.

Acheter V pour vendetta en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de V pour vendetta sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de V pour vendetta

En savoir plus sur l'oeuvre V pour vendetta