75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Visages #1 [1989], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le samedi 15 avril 2006 à 07h40

Attention BD au propos fort et intelligent !

Ne vous fiez pas aux apparences, tout peut-être trompeur. En ouvrant cette bande dessinée de 270 pages, la première impression a de quoi rebuter. Le dessin est loin d’être attrayant. Le trait de David Lloyd semble épais et esquissé au plus rapide… et pourtant !
Comme je disais tous est trompeurs sur V pour Vendetta. À l’égale de son histoire ou les apparences du vengeur et à la limite du terrorisme ou de la folie. Et de l’autre côté, la justice n’est que dictature. Alan Moore compose sa bande dessinée comme un roman, ainsi il y a 3 grands actes et tous possèdent des chapitres. La première partie introduit les multiples personnages de l’œuvre et aussi nous guide sur la vengeance de ‘V’. Ce premier morceau c’est un peu une retranscription du mythe du fantôme de l’opéra : un homme se cache derrière un masque et assassine par punition, cependant pendant ses actes de vengeance, il rencontre une femme qui agit d’une certaine mesure sur son comportement.
Le deuxième acte est dans la lignée d’un ‘1984’, le vengeur, la bête n’est pas le terroriste qu’il paraît, derrière il y a une histoire, une remontée du fascisme et de la dictature. ‘V’ va faire comprendre à sa protégée qu’elle était esclave d’une manière de penser. Ce chapitre est introduit pas une lecture originale et presque ‘multimédia’ puisqu’en même temps que le texte défile sous nos yeux les lecteurs suivront : des images, des partitions et des paroles d’une chanson. Cette partie sera la plus intrigante, c’est celle où nous essayons de construire le puzzle et où chaque composant petit à petit nous conduit sur des surprises.


Troisième et dernier acte. ‘V’ après avoir monté son dessin s’apprête à mettre la machine en route. Les explications arrivent, mais pas de manière directe : non, lentement mais sûrement ou tous les détails sont important. Le lecteur n’est pas spectateur, à la façon d’un roman il doit pouvoir imaginer ce qui n’est pas dit ou analyser les traits de David Lloyd. C’est à ce moment que le lecteur se rend conte que le dessin qui au départ rebuté a par la suite guidé le lecteur sur les mots de Moore. L’idée ici n’était pas de contempler chaque case, la puissance devait avant tout être dans les mots et le trait un guide dans l’intrigue. Un guide se devait d’être aussi noir et dur que les mots.
En général je suis assez exigeant sur le visuel d’une bande dessinée. Mais je dois reconnaître qu’ici porté par l’ambiance, les mots, l’histoire, tout devient exaltant, prenant. L’histoire se fait écho d’un futur qui aurait pu être (cela se passe en 1997-1998) tout en étant jamais loin d’un futur pouvant exister. L’amour continu à manipuler, la peur du chômage conduit parfois a des formes de racisme et la tolérance et loin d’être la priorité de l’humain. Moore au final ne fait que glisser ses peurs, nos peurs et nous guide à nous remettre en cause, à réfléchir avec lui.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Visages #1 [1989]

Richard B.
96

V pour Vendetta d’apparence n’a rien d’un chef d’œuvre. Ne vous y trompez pas, n’écoutez pas le jugement de vos yeux sur la première impression qu’ils peuvent avoir, arrivez au bout des 270 pages, votre vision va changer. V pour Vendetta se trouve être plus qu’une bande dessinée, il est un roman, une aventure, un support multimédia qui ne laisse pas indemne. Définitivement oui Alan Moore et David Lloyd ont signé une œuvre forte. Simplement et réellement un chef d’œuvre.

Acheter la Bande Dessinée Visages en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Visages sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de V pour vendetta

  • Voir la critique de V Pour Vendetta : Souviens-toi, oui, souviens-toi de ce 5 de novembre !
    100

    V Pour Vendetta Critique de la bande dessinée par Nicolas W.

    Souviens-toi, oui, souviens-toi de ce 5 de novembre ! : Cette œuvre monstrueuse, monumentale, marque son lecteur au fer rouge. V Pour Vendetta rassemble le génie d'Alan Moore et rencontr…
    Temps de lecture : 14 mn 41

  • Voir la critique de V pour vendetta : V for Vendetta
    80

    V pour vendetta Critique du film par Manu B.

    V for Vendetta : V for Vendetta est une adaptation réussie, un feu d'artifice de couleurs, de larmes et d'humour. Contre la morosité ambiante, voil…
    Temps de lecture : 3 mn 29

  • Voir la critique de V pour vendetta : Divertissement verbeux et révolutionnaire
    67

    V pour vendetta Critique du film par Nicolas L.

    Divertissement verbeux et révolutionnaire : En conclusion, je dirais que V pour Vendetta est un film intéressant. Contrairement à mes amis Han et Requiem, je trouve que le to…
    Temps de lecture : 5 mn 10

  • Voir la critique de V pour vendetta : Z pour Z'est très Zoli mais pas tres Zintelligent
    70

    V pour vendetta Critique du film par Gil P.

    Z pour Z'est très Zoli mais pas tres Zintelligent : Un film graphiquement très soigné, idélogiquement dépouillé mais surtout honteusement vidé de sens. Quand le blockbuster se veut i…
    Temps de lecture : 3 mn 4

  • Voir la critique de V pour vendetta : Vendetta au cinéma !
    94

    V pour vendetta Critique du film par Richard B.

    Vendetta au cinéma ! : Ovni pour Hollywood, Puissant pour le spectateur. V pour Vendetta c’est un film rare, audacieux, fort. Un film à la fois spectacul…
    Temps de lecture : 4 mn 1

  • Voir la critique de V pour vendetta : God save the Queen…The fascist regime!!!
    100

    V pour vendetta Critique du film par Lucie M.

    God save the Queen…The fascist regime!!! : L’adaptation cinématographique de V pour Vendetta, roman graphique dessiné par David Llyod et scénarisé par Allan Moore dès 1981, …
    Temps de lecture : 6 mn 52