75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : L'Etrange Créature du lac noir
L'Etrange Créature du lac noir >

Critique du Film : L'Etrange Créature du lac noir

Avis critique rédigé par Richard B. le mercredi 7 septembre 2005 à 1328

La créature d’un age d’or

Il y a plusieurs âges dans les productions d’épouvantes, il y a eu l’âge des productions Hammer dans les années 60-70, puis dans les années 30-50, celui des « monster » des studios Universal. L’Etrange créature du lac noir fait partie de cette période, bien que produite vers la fin de cet âge d’or des créatures d’Universal. Dans la continuité de Frankenstein (1931), de Dracula (1931), de la momie (1932) ou du Loup-Garou(1941), c’est en 1954 qu’il apparaît la créature du lac noir.
Les studios Universal a cette époque confit la mise en scène au réalisateur Jack Arnold, qui n’est pas un novice, puisqu’il venait en 1953 de signer un film de science fiction : « Le météore dans la nuit » ( It Came From Outer Space). Le choix de Jack Arnold était aussi justifié par le fait que l’homme avait déjà travaillé sur le principe de la 3D au cinéma et que le studio voulait utiliser ce procédé sur ce nouveau film. A signaler aussi que plus tard Jack Arnold signa d’autre perle du fantastique comme l’homme qui rétrécit en 1957.
Les décors du film, de même que la créature, sont les plus gros atouts de ce film. De plus le noir et blanc permet encore aujourd’hui de donner de sa superbe aux monstres et il évite ainsi tout effet Kitch. La créature ne tombe jamais dans le ridicule. Bien sur on retrouve un côté King Kong dans ce film ; avec tout d’abord le monstre attaqué dans son environnement naturel par les humains, où il ne fait au finale que défendre son territoire, puis par les sentiments que la créature éprouve vis à vis du personnage de Kay (Julie Adams).
Bien que la distribution soit très bonne, au final, c’est celle-ci qui donne le plus gros coup de vieux au film, à cause des personnages bien trop stéréotypés et bien marqués dans la morale. Ainsi le héros, David Reed (interprété par Richard Carlson), à tout pour lui : beau, intelligent et possédant toutes les valeurs morales d’un saint homme. A l’opposé, il y a le personnage de Mark Williams (joué par Richard Denning) qui est le milliardaire et investisseur de l’expédition qui ne recule devant rien pour arriver à ses fins.
Ce que l’on peut retenir aussi de ce film, c’est qu’il a marqué les plus grands cinéastes et à souvent servit de références. Ainsi il est facile de penser que Spielberg lui-même c'est inspiré de ce film pour la scène d’introduction des Dents de la mer (plan où la nageuse nage et où on la suit des profondeurs avec un éclairage venant de l’extérieur). Même quelques intonations musicales font penser au film de Spielberg.

La conclusion de

L’Etrange créature du lac noir a plus vieilli par ses personnages que par sa forme artistique. En effet le film conserve une aura propre et un charme indéniable. De plus la créature et son costume étaient vraiment superbe pour l’époque. Un classique qui et à redécouvrir ne serait-ce que pour comprendre qu’il a influencé les grands d’aujourd’hui.

Acheter L'Etrange Créature du lac noir en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'Etrange Créature du lac noir sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'Etrange Creature du lac noir

En savoir plus sur l'oeuvre L'Etrange Creature du lac noir