75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

PIFFF 2012 : jour 6

Publié il y a 4 ans par Jonathan C.

Barbara Steele et Jean-Claude Van Damme

L'un des évènements de ce PIFFF fut la projection du nouvel et surprenant Universal Soldier, à la suite du beaucoup plus banal The Butterfly Room (en compétition officielle), par lequel nous commençons.

Butterfly Room

Nous avons donc entamé ce mercredi soir avec la culte Barbara Steele, a jamais immortalisée pour sa prestation de Katia Vajda dans Le Masque du démon (petite perle cinématographique des années 60). Avec The Butterfly Room le jeune réalisateur Jonathan Zarantonello (auquel on doit le sulfureux Uncut, sorti en 2003) délivre un véritable message d'amour à son actrice de 75 ans (et elle ne les fait pas), qui a ici le rôle principal, mais aussi à quelques autres qui ont marqué le cinéma d'épouvante, tels que Ray Wise (Robocop, Twin Peaks...), Heather Langenkamp (Freddy - Les griffes de la nuit), Adrienne King (Vendredi 13), Camille Keaton (I Spit on Your Grave) ou même Joe Dante dans un caméo génial. Barbara Steele interprète une femme âgée qui a un certain mal à oublier sa fibre maternelle passée. Son obsession est donc soit de collectionner des papillons, soit de jouer les mamans de substitution, néanmoins avec quelques tendances schizophréniques. Hélas on ne peut pas dire que nous soyons face à un film qui rend honneur à son casting, même si la tendance serait de dire que Barbara Steele porte le film sur ses épaules et le plus gros intérêt de vision se situe grâce à son personnage, qui apporte un peu d'humour et d'émotion à cette histoire grotesque. Pour le reste, le film n'arrive jamais vraiment à instaurer une atmosphère entrainante ou qui vienne le sortir des clichés. La mise en scène manque aussi beaucoup d'entrain et on a parfois l'impression d'être devant un téléfilm assez banal. Pour être honnête, pendant une longue partie on vient même à s'ennuyer, se demandant quand ce Butterfly Room compte vraiment démarrer. La narration est maladroite (cf. les aller-retours dans le récit) et l'ensemble manque de tension (seule la scène de l'ascenseur éveille brièvement l'adrénaline), de vrais moments d'angoisse. Dommage, car il y a vraiment un côté attachant à voir une actrice légendaire revenir sur le devant de la scène. Richard B.

UniSol 4

Attardons-nous plutôt sur Universal Soldier 4 : Day of Reckoning, sans Barbara Steele mais avec Jean-Claude Van Damme, et c'est bien aussi. Après la petite claque de Universal Soldier: Regeneration, John Hyams récidive avec un Universal Soldier complètement différent des précédents, d'une noirceur et d'une violence étonnantes auxquelles même les trailers ne nous avaient pas préparé. Comme dans le précédent opus, Universal Soldier 4 : Day of Reckoning s'ouvre sur un plan-séquence, pour une intro choc en vue subjective. Mais on est alors plus proche du thriller aux airs de fantastique que du pur film d'action comme l'était Universal Soldier: Regeneration.

Écrit par John Hyams et Moshe Diamant (fidèle producteur des films de Van Damme), Universal Soldier 4 : Day of Reckoning est au premier abord très difficile à resituer dans l'univers de la saga. On y retrouve la plupart des personnages de Universal Soldier: Regeneration, pourtant ça n'est pas vraiment une suite ni une préquelle. Le terme UniSol y est à peine évoqué, tandis que Jean-Claude Van Damme et Dolph Lundgren semblent tenir des rôles complètement différents qu'auparavant. Luc Deveraux (un Van Damme en transe et particulièrement inquiétant) y serait le gourou d'une sorte de milice séparatiste entrainée par Andrew Scott (Dolph Lundgren, en roue libre totale), secte d'UniSols planquée dans la forêt comme l'armée de Marlon Brando dans Apocalypse Now (d'ailleurs Van Damme s'est aussi rasé le crâne et peint le visage pour l'occasion). C'est ce que découvre Scott Adkins/John en enquêtant sur l'assassinat de sa famille par Luc Deveraux, tout en étant traqué par un UniSol tenace (Andrei « The Pitbull » Arlovski, déjà dans le précédent opus mais cette fois avec la barbe et dans un autre rôle). Dans sa quête de vengeance, il découvrira aussi ce qu'il est, ce qu'il a été et ce qu'il est censé faire, bref : qu'il fait partie d'un mystérieux programme.

UniSol 4

Très en phase avec son sujet (expériences, cobayes, contrôle de l'esprit et de la psyché...), John Hyams réalise un film très étrange et sauvage, un Universal Soldier sombre, psychologique et quasi-expérimental, renvoyant même parfois à la science-fiction ésotérique des années 70 mais aussi aux thrillers d'espionnage américains de cette même période (des films comme Marathon Man ou A Cause d'un assassinat), un cinéma qui avait déjà fortement influencé le Hyams père. L'esthétique fait d'ailleurs très années 70 (jusque dans les véhicules), et on est loin de l'imagerie high-tech et futuriste jusqu'ici propre à la saga. Universal Soldier 4 : Day of Reckoning s'affranchit des codes précédemment instaurés, bien qu'on y trouve quand même des UniSols (dont les vétérans Dolph Lundgren et Van Damme) qui se mettent sur la gueule. L'atmosphère est lourde (cf. la bande-son, discrète, entêtante et menaçante), les dialogues sont rares (Andrei Arlovski et Van Damme ont, à eux deux, même pas 3 répliques !) et le récit est lent, lancinant, traversé de flashbacks et d'éclairs de violence. Pendant les trois quarts du film, on ne sait absolument pas ou le réalisateur veut nous mener, osant l'abscons, le mystère et la confusion, refusant le piège des longues explications (il n'y en aura jamais vraiment ici, puisque le réalisateur fait en sorte que le spectateur comprenne par lui-même). Contre toute attente, le spectateur est plongé en plein dans un film noir (l'atmosphère, l'enquête, les rencontres étranges, le rythme, les décors urbains...), sorte de Faucon Maltais ou de Grand Sommeil version Universal Soldier.

Si le cinéaste adopte deux points de vue (celui de Scott Adkins et celui d'Andrei Arlovski), le spectateur est dans la peau et la psyché du héros John/Scott Adkins (ce n'est pas pour rien que John Hyams utilise souvent la caméra subjective). D'abord vague, l'intrigue se révèle en réalité complexe, puis précise et, avec du recul, finalement simple, même si toutes les réponses ne sont pas données. John Hyams va même plus loin en confectionnant un Universal Soldier sale, extrêmement glauque et agressif, jusqu'à en faire une sorte de cauchemar live peuplé de monstres (cf. le directeur défiguré très cronenbergien ou les personnages délirants d'Andrei Arlovski, Van Damme et Lundgren) et d'atrocités (femmes exécutées sauvagement dans leur plus simple appareil, fillette ou vieille tuées d'une balle dans la tête, corps déchiquetés par les lames et les balles, hurlements, visions macabres...). Il y a ici une folie inquiétante, une démence rare dans le film d'action de série B.

Ce traitement, franchement audacieux dans un Universal Soldier (au point de ruiner les chances qu'avait le film de sortir en salles), n'empêche pas John Hyams de trousser des séquences d'action foudroyantes et intenses : le carnage dans le club (summum de brutalité qu'on ne retrouvera que dans le final), l'affrontement à la hache dans l'appartement entre Scott Adkins et Andrei Arlovski, un gros morceau de bravoure central constitué d'une course-poursuite old school en voitures puis une énorme baston (d'autant plus jubilatoire que le héros y découvre sa puissance) entre Scott Adkins et Andrei Arlovski dans un magasin de sport (donc : plein d'armes potentielles à utiliser !), et enfin un climax tout simplement monstrueux ou un Adkins enragé affronte à lui-seul une horde d'UniSols (dont Van Damme et Dolph), terminant sa course sanglante couvert de sang et d'entailles. Outre sa violence outrancière, le final est porté par une belle idée qui porte elle-même le film, et Universal Soldier 4 : Day of Reckoning traite de la mémoire et les souvenirs (le film se clôture sur ça).

UniSol 4

Toujours tourné en steadycam et en Red comme le précédent volet, Universal Soldier 4 : Day of Reckoning impressionne de nouveau par sa mise en scène, à la fois planante et imparable, certaines séquences étant entièrement constituées de plans-séquences en stead (cf. le carnage final dans la grotte). Pas un plan à jeter, l'ensemble est parfaitement découpé, superbement photographié (c'est très stylisé), et l'action est d'une redoutable clarté. L'histoire passe plus ici par les images que par les dialogues. Très inspirée, la réalisation est avant tout sensorielle, illustrant une immersion/exploration mentale saisissante et envoutante. John Hyams est décidément, à l'image d'un Isaac Florentine et pour son troisième film seulement (après Universal Soldier: Regeneration et Dragon Eyes), un petit maitre de l'action, mais il est aussi très doué pour poser une ambiance, même si son décor est cette fois moins impressionnant (disons plus commun) que la centrale abandonnée de Universal Soldier: Regeneration. Comme Isaac Florentine, John Hyams parvient à assurer un maximum le spectacle avec un budget moindre (cet opus a même couté moins cher que le précédent, 12 millions contre 14). Il faut préciser que le film a été tourné en 3D (c'est encore plus surprenant vu son budget) mais n'aura été projeté ainsi qu'une ou deux fois aux Etats-Unis, après quoi l'exploitation en 3D a complètement été abandonné (en même temps que l'exploitation en salles), peut-être à cause de sa noirceur et sa violence, ou de quelques passages épileptiques.

Les Universal Soldier de John Hyams sont définitivement plus sombres et plus psychologiques que les deux premiers opus de la saga, qui étaient plus cartoonesques et festifs. Quoique radicalement différent des précédents, ce quatrième opus officiel (les deux DTV avec Jeff Wincott sont à part) retrouve en partie le coté traque urbaine du film de Roland Emmerich, le héros et une nana étant poursuivis par un UniSol proche du Terminator (cf. le carnage du bordel évoquant Terminator ou la poursuite en camion/shotgun à la Terminator 2) ici joué par Andrei Arlovski. John Hyams avait déjà confié à Van Damme un second rôle aussi furtif que marquant (et spirituel) dans Dragon Eyes. Pour une fois, Scott Adkins campe le gentil et Van Damme le méchant, s'affrontant pour la troisième fois. Jean-Claude Van Damme (flippant comme jamais !), Dolph Lundgren et Andrei Arlovski sont complètement habités par le délire, touchant à l'interprétation mystique et hallucinée (Nic Cage aurait aimé), tandis que Scott Adkins livre la meilleure prestation dramatique de sa carrière (ce qui était tout de même pas bien dur) tout en assurant des chorégraphies toujours aussi impressionnantes, à la fois spectaculaires et d'un réalisme saisissant. Actioner de fou furieux, sauvage, viscéral et schizophrène, Universal Soldier 4 : Day of Reckoning est un film noir et thriller d'action/SF hors-normes, même dans le rayon pourtant varié du DTV. Jonathan C.

 

Sommaire Pifff 2012 :

Pifff Jour 1
Pifff Jour 2
Pifff Jour 3
Pifff Jour 4
Pifff Jour 5
Pifff Jour 6
Pifff Jour 7
Pifff Jour 8
Pifff Jour 9
Pifff Jour 10

 


UniSol4

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie du fantastique en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

  • Merci pour cette critique de UNISOL car sans elle, voilà tout à fait le genre de films que j'aurais foutu aux oubliettes sans même lui avoir laissé l'ombre d'une chance... S'il est aussi noir et sanglant qu'annoncé, je sens que je vais m'en payer une bonne tranche...
    Je reviendrai (pour une critique)
    TITUS666, le 22 novembre 2012 16:37
  • Une petite date de sortie par chez nous en DVD ?
    Ziv', le 23 novembre 2012 16:21
  • début janvier 2013 chez Wild side en DVD et Blu-ray.
    Richard B., le 23 novembre 2012 23:52
  • Merci pour la critique d‘UniSol je partage complétement tout ce qui a été dit. Ce film est dingue, avec un autre titre et sans VanDamme jamais je l‘aurai vu mais il passerait en salles et serait chroniqué dans Telerama ...
    Goldgoten, le 24 novembre 2012 01:27
  • Petit film au récit ultra classique vu et revu mais qui se révélera au combien jouissif pour les aficionados nostalgiques de série B rentre dedans mais traité avec un « minimum » de sérieux.
    Bourré de moment assez dark et psychédéliques je n’ai pu m’empêcher (en tant que connaisseur) de constater que le réalisateur (John Hyams) est un pur fan des jeux vidéo Condemned et Manhunt tant les références visuelles, de mise en scène voir de narration y transpirent durant toute la durée du métrage. Comment ne pas reconnaître le récit d’un Manhunt 2 remanié sauce B movie quand on assiste à ce Universal Soldier day reckoning ? Comment avec cette scène d’intro ne pas penser à Condemned tant l’immersion en mode point de vue et sombre et brutale ? Avec un Van Damme rare à l’image mais complètement à la masse et quelques scènes brutales à souhait. Bref ça tatane sévère, ça bute à tour de bras c’est bordélique et parfois psychotique mais que ça fait du bien d’assister à bonne petite sérieB qui avoine des orteils et qui n’hésite pas à puiser ses références dans l’univers de jeux vidéo à la réputation houleuse. Ils ont quand même des couilles de produire des films pareils. Moi je dis bravo bill BRAVO !

    nicolas B, le 5 décembre 2012 11:53