75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Le cycle d'Ender : Le cycle Ender : La voix des morts #2 [1987]
Staff (1)95
Membres (4)82
Impatience Bientôt

Trois mille ans se sont écoulés depuis l'extermination des Doryphores, et les hommes se croient désormais seuls dans l'univers. Or, sur la planète Lusitania, on découvre l'existence des Piggies, bipèdes mi-homme mi-cochon doués d'intelligence. Des scientifiques sont détachés pour les étudier mais, sans mobile apparent, ils sont assassinés. L'humanité s'interroge : doit-on s'inquiéter de cette nouvelle menace, et la détruire ? Afin de rendre hommage aux victimes, on convoque sur la planète un Porte-Parole des Morts. Mais voila, dans ses bagages se trouve un cocon où vit la dernière reine des Doryphores. Car cet homme n'est autre qu'Ender, le Xenocide.

Date de sortie en France : 1er janvier 1987
Titre Original : Speaker for the dead
Oeuvre : Le cycle d'Ender
Cycle : Le cycle Ender| Volume 2
Thèmes abordés: Science-Fiction , Space Opera , Planet opera , Extraterrestres

Critiques du staff de La voix des morts

Casting de La voix des morts

Les personnalités principales et leurs rôles dans le casting

Editions de La voix des morts

Acheter La voix des morts en un clic

Donnez votre avis !

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

Commentaires des membres (4)

L'avis de la communauté SciFi-Universe.

  • 100
    The whole cycle is wonderfull, with deep toughts... and very enjoyable to read
    ender's son
    le 17 septembre 2003 13h45
  • 90
    Après avoir suivi des gamins de dix ans jouant dans l'espace, et particulièrement un qui sauve l'humanité, nous suivons ce dernier alors qu'il a grandi et qu'il est maintenant un adulte de trente cinq ans. Ender n'est pas encore posé dans la vie, il cherche toujours un lieu pour la résurrection des doryphores. Ender, nous l'avons su à la fin du tome dernier, a réussi à montrer toute l'horreur de son acte : Il avait commis un xénocide.
    Ender est un super héros, il peut en même temps être un Xénocide, et un Porte-Parole des Morts, alors que l'humanité a rejeté sur Ender le xénocide, l'extermination d'une intelligence, elle n'a pas compris que c'est elle qui a engendré ce xénocide, et qu'en rejetant, en haïssant Ender, elle est encore prête à recommencer. En ne comprenant pas qu'Ender le Xénocide et le Porte-Parole des Morts sont une même personne, la leçon de La Reine et l'Hégémon n'a pas été acquise. Ce ne sont que des mots en creux, l'humanité ne peut à la fois exterminer et être d'une compassion extrême, seul Ender a pu. C'est pour cela qu'elle a rejeté le Xénocide sur une personne qu'elle croit désormais morte depuis un peu moins de trois mille ans. Ce second tome va nous montrer petit à petit que l'humanité est prête à recommencer, et que la voie du Second Xénocide n'est pas loin.
    L'horreur du xénocide a été si grande que le Porte-Parole des Morts ne pouvait en être l'auteur, mais elle est tellement grande que la leçon qui en résulte n'a pas été apprise, il faut que cette horreur soit sans cesse un épouvantail pour faire bouger les choses. Qui sommes nous si nous avons besoin d'un bâton pour ne pas exterminer l'univers ?
    Ce livre ne traite pas de doryphores, mais de piggies, de pauvres petits extra-terrestres au physique de cochons. Normalement, il ne devrait y avoir aucun lien avec ce qui s'est passé trois mille plus tôt, la leçon semble apprise, ils sont étudiés sans qu'ils subissent aucun trouble. Mais en fait, les piggies sont l'occasion de vérifier si la leçon des doryphores a vraiment été apprise ; et le pire, c'est que rien a été appris, tout peut recommencer. La voix des morts, c'est la voix des doryphores, voix que personne n'entend.

    La stratégie Ender ne pouvait pas ne pas avoir de suite, l'horreur était si grande, et décrite en si peu de mots, qu'il fallait un deuxième roman pour nous rendre compte que ce n'était pas une victoire, cette extermination de la menace extra-terrestre, mais la défaite de l'humanité consciente. Tout un roman, pour mettre en place le Second Xénocide, c'est amplement suffisant, mais il en fallait pas moins pour nous montrer cela.
    Un roman terrifiant lorsque nous l'avons compris, et aussi lorsque nous voyons les gens parlant devant la personne la plus admirée et la plus haït de l'humanité, et qu'ils ne se rendent compte de rien, que c'est la même personne, qu'elle est toujours vivante, qu'elle ne peut plus recommencer, qu'elle les écoute, qu'elle les voit faire...

    C'est de la science-fiction, les extra-terrestres ne sont pas encore apparus aux yeux de tous, mais ce n'est pas pour cela que La stratégie Ender n'a pas déjà eu lieu. Les xénologues ne sont pas pour rien des anthropologues reconvertis, les extra-terrestres d'Orson Scott Card sont aussi humains que tous les groupes ethniques de notre planète. Ce n'est pas pour rien qu'un vocabulaire a été décrit pour désigner les différentes étrangers : l'utlänning, l'étranger vivant ailleurs sur la même planète, le framling, l'étranger qui vit sur une autre planète, le raman, l'humain qui n'est pas de notre espèce, le varelse, l'animal chez qui aucune entente n'est possible, et en oubliant la bête sauvage, à détruire irrémédiablement. Il n'y a pas besoin d'avoir d'autres planètes pour avoir ces distinctions, nous n'avons pas attendu que les extra-terrestres viennent à nous, elles existent déjà.

    Un livre qui se lit facilement comme un Scott Card, la compréhension d'une culture qui nous dépasse totalement, une méthode d'apprentissage totalement inefficace, un monde où pas une personne n'a compris. Certes, il y a de la longueur dans un récit qui n'est que le préambule d'une guerre, certains n'apprécieront pas ce rallongement du rythme, mais l'horreur n'a pas été révélée auparavant, et ça c'est fondamental !
    L'Épistolier
    le 22 mars 2005 12h11
  • 90
    Orson Scott Card, auteur polémique s’il en est dans le milieu de la SF américaine, est dans le circuit depuis la fin des années 1970. Ses œuvres sont des remises en question permanentes de l’ordre établi où la définition de la morale et les problématiques religieuses tiennent une place de choix. Récompensé à plusieurs reprises par les prix les plus prestigieux, il est considéré – à tort ou à raison – comme l’un des écrivains de science-fiction les plus importants de notre époque. Son cycle d’Ender constitue son œuvre la plus populaire et qui l’a fait accéder à la célébrité.
    La Voix des Morts est la suite directe de la stratégie Ender. Ender et sa sœur Valentine ont arpenté l’univers pendant des millénaires, après qu’Ender ait exterminé les Doryphores. Ils ont écrit à deux un manifeste pour l’appréciation de cette race extra-terrestre jadis haïe, et ont entraîné derrière eux une foule de suivants appelés « Porte-parole des Morts », sortes de prêtres itinérants dont le rôle est de rétablir la vérité sur la vie d’un homme mort récemment. Et voilà que l’humanité découvre une race extra-terrestre intelligente nouvelle : les Pequeninos, sorte d’êtres mi-hommes mi-cochons, habitant dans les forêts de la planète Lusitania. Ender reçoit l’appel d’un habitant de Lusitania, qui lui demande de venir parler la mort d’un de ses proches. Ce voyage l’emmènera vers des dilemmes moraux dont l’ampleur atteindra celle des ses démêlées avec les Doryphores. L’humanité toute entière veut préserver la vie des Pequeninos, mais cela ne cache-t-il pas la volonté de les laisser végéter dans leur civilisation primitive et tribale ?
    Une suite clairement à la hauteur du premier tome, mais dans une veine assez différente. Card est à nouveau très mesuré et subtil dans son traitement du racisme et de la xénophobie. La cohabitation de plusieurs cultures est ici le cœur du roman, et l’auteur s’en sort très bien. Je ne crois pas avoir vu un traitement de ces questions d’une qualité comparable ailleurs en science-fiction. Card décrit également de manière très convaincante les relations familiales proches et c’est un vrai régal pour le lecteur. Clairement une recommandation donc, mais lisez le premier tome avant de préférence. Orson Scott Card, auteur polémique s’il en est dans le milieu de la SF américaine, est dans le circuit depuis la fin des années 1970. Ses œuvres sont des remises en question permanentes de l’ordre établi où la définition de la morale et les problématiques religieuses tiennent une place de choix. Récompensé à plusieurs reprises par les prix les plus prestigieux, il est considéré – à tort ou à raison – comme l’un des écrivains de science-fiction les plus importants de notre époque. Son cycle d’Ender constitue son œuvre la plus populaire et qui l’a fait accéder à la célébrité.
    La Voix des Morts est la suite directe de la stratégie Ender. Ender et sa sœur Valentine ont arpenté l’univers pendant des millénaires, après qu’Ender ait exterminé les Doryphores. Ils ont écrit à deux un manifeste pour l’appréciation de cette race extra-terrestre jadis haïe, et ont entraîné derrière eux une foule de suivants appelés « Porte-parole des Morts », sortes de prêtres itinérants dont le rôle est de rétablir la vérité sur la vie d’un homme mort récemment. Et voilà que l’humanité découvre une race extra-terrestre intelligente nouvelle : les Pequeninos, sorte d’êtres mi-hommes mi-cochons, habitant dans les forêts de la planète Lusitania. Ender reçoit l’appel d’un habitant de Lusitania, qui lui demande de venir parler la mort d’un de ses proches. Ce voyage l’emmènera vers des dilemmes moraux dont l’ampleur atteindra celle des ses démêlées avec les Doryphores. L’humanité toute entière veut préserver la vie des Pequeninos, mais cela ne cache-t-il pas la volonté de les laisser végéter dans leur civilisation primitive et tribale ?
    Une suite clairement à la hauteur du premier tome, mais dans une veine assez différente. Card est à nouveau très mesuré et subtil dans son traitement du racisme et de la xénophobie. La cohabitation de plusieurs cultures est ici le cœur du roman, et l’auteur s’en sort très bien. Je ne crois pas avoir vu un traitement de ces questions d’une qualité comparable ailleurs en science-fiction. Card décrit également de manière très convaincante les relations familiales proches et c’est un vrai régal pour le lecteur. Clairement une recommandation donc, mais lisez le premier tome avant de préférence.
    Belial
    le 22 octobre 2006 16h10
  • 50
    J'avoue ne pas comprendre les critiques si élogieuses de ce livre. Autant je me suis laissé prendre au cheminement, dans le premier tome, du Troisième (Ender) jusqu'au Xénocide. Autant ici, on trouve un livre poussif à la limite du ridicule avec ces Piggies. Pourtant le sujet était intéressant (la non-compréhension et la peur d'une culture étrangère) mais mal exploité. Je pense que je vais m'arrêter ici pour ce cycle.
    Watay
    le 5 mai 2013 19h00

Informations complémentaires sur La voix des morts

  • Titre (France) : La voix des morts
  • Titre (Etats-Unis d'Amérique) : Speaker for the dead