75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Le Domaine Blackwood #9 [2004], par Lucie M.

Avis critique rédigé par Lucie M. le vendredi 14 janvier 2005 à 07h36

Le Domaine Blackwood…un roman un peu plan-plan!

Tarquin Blacwood vit à la Nouvelle-Orléans dans un superbe domaine construit il y a bien des années par Manfred Blackwood, son ancêtre. Tarquin, qu’on surnomme Quinn, est entouré d’une famille aimante, composée de sa magique Tante Reine, de son grand-père, de sa grand-mère et d’une multitude d’employés tous voués depuis longtemps à la cause des Blackwood. Tarquin a tout pour être heureux. Pourtant depuis son enfance, Quinn est entouré d’une trop grande précaution procurée par tous les membres de sa famille. Cette précaution est rentrée en vigueur depuis que ses proches se sont aperçus que le petit Quinn avait un compagnon imaginaire. Un compagnon à qui il parlait, à qui il souriait et avec qui il apprenait les choses de la vie. Au début ils ne se sont pas trop inquiétés. Mais au fil des années ce compagnon imaginaire a réussi à prendre une trop grande place dans la vie quotidienne de Tarquin. Il a même reçu le nom de Gobelin. Et une sorte d’inquiétude est venue gâcher quelque peu la vie paisible et heureuse du Domaine Blackwood. Une vie de plus en plus difficile a contrôlé car Quinn est capable de voir les esprits, forts nombreux au Domaine. Plus ses étranges histoires qui circulent sur une île mystérieuse située dans les marais. Une île plus connue sous le nom de L’île du Démon du sucre où l’ancêtre Manfred allait faire des séjours de plus en plus fréquents juste avant de disparaître inexplicablement. Quinn pourvue de rêves chimériques et d’une imagination fertile va tenter de percer les lourds secrets de son ancêtre. Ce qui va le conduire dans une longue aventure où il recevra le Don Ténébreux et ira mander l’aide d’un des plus puissants vampires qui est, Lestat.
Le Domaine Blackwood est le 9éme tome des chroniques de vampires d’Anne Rice. Il prolonge une longue saga commencée en 1975 par le roman Entretien avec un vampire. Cette fois-ci Anne Rice fait une liaison avec ses deux grandes sagas, les sorcières Mayfair et les chroniques de vampires. Elle réunie dans ce roman un bon nombre de personnages inventaient au fil des années dans ces romans-fleuves. Toujours est-il qu’elle avait déjà entamé un début de fusion avec Merrick en incluant juste une quelconque branche familiale du clan Mayfair. Mais avec ce nouveau roman elle rassemble tout. Comme un cocktail qu’on mélange trop en le secouant avec un shakeur. Oui ! Un cocktail ! En effet ce roman est tellement mélangé qui l’en devient parfois un peu trouble et inconstant. Elle avait réussi, avec sa trilogie des sorcières Mayfair, à nous faire découvrir une famille hors norme et abondante en personnages, tous aussi attrayants les uns que les autres. Mais avec Le Domaine Blackwood et sa chronologie familiale Anne Rice a beaucoup de mal à nous captiver et la lecture du roman nous donne un désagréable goût de réchauffer. En raison de nombreux passages forts pesants et fastidieux où se profile une intrigue peu alléchante et de plus un manque flagrant de suspense. D’un certain côté le lecteur est heureux de retrouver les personnages de la famille Mayfair et d’apprendre ce qu’ils sont devenus. On retrouve aussi avec plaisir le sublime Lestat, personnage récurent dans les chroniques de vampires. De plus Anne Rice garde toujours son écriture sensuelle et conteuse. Hélas en lisant le Domaine Blackwood le lecteur s’essouffle vite et se demande si Anne Rice ne devrait pas prendre quelques vacances pour se changer les idées loin de sa Nouvelle-Orléans. Néanmoins Anne Rice ne perd pas de son charme littéraire en nous offrant une fin de roman tragique et émouvante.

La conclusion de à propos du Roman : Le Domaine Blackwood #9 [2004]

Lucie M.
60

Après la fin de ma lecture je me suis réellement posée la question suivante : Pourquoi encore lire la suite des célèbres Chroniques de vampires ? Par habitude seulement car Anne Rice n’innove plus tellement. Peut être voulait-elle apporter un souffle de renouveau à ses deux sagas avec ce dernier roman. Et on ne peut que l’approuver. Toutefois à force de ce genre de contre façon l’engouement du lecteur risque de se tarir.

Acheter le Roman Le Domaine Blackwood en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Domaine Blackwood sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Chronique des Vampires

  • Voir la critique de La reine des damnés : Les origines du Don Obscur
    85

    La reine des damnés Critique du roman par Lucie M.

    Les origines du Don Obscur : La Reine des Damnés pourrait se comparer à la bible de tous les vampires puisqu’il raconte les origines et les légendes sur la cré…
    Temps de lecture : 4 mn 50

  • Voir la critique de Le Sang et l'Or : Marius : témoin de l'histoire
    75

    Le Sang et l'Or Critique du roman par Benoît P.

    Marius : témoin de l'histoire : "Le sang est l'or" brille de tout ce qui a fait le succès des CHRONIQUE DES VAMPIRES : bien que peu innovant par rapport aux ouvra…
    Temps de lecture : 1 mn 4

  • Voir la critique de Cantique Sanglant : Un cantique d’essence religieuse opprimante…
    60

    Cantique Sanglant Critique du roman par Lucie M.

    Un cantique d’essence religieuse opprimante… : Très décevant ce 10ème et dernier tome des chroniques de vampires ; un peu comme le précédent, mais pas pour les mêmes raisons ! A…
    Temps de lecture : 5 mn 29

  • Voir la critique de La Reine des damnés : Mais où sont passées les Chroniques ?
    45

    La Reine des damnés Critique du film par Lucie M.

    Mais où sont passées les Chroniques ? : Il ne faut pas visionner La Reine des Damnés comme la suite directe d'Entretien avec un Vampire puisque ses deux premières adaptat…
    Temps de lecture : 2 mn 12

  • Voir la critique de Le Sang et l'Or : Sanglante Elégance
    90

    Le Sang et l'Or Critique du roman par Lucie M.

    Sanglante Elégance : Depuis longtemps attendu, ce fabuleux récit de Marius nous captive du début à la fin et les amateurs d’Anne Rice pourront facileme…
    Temps de lecture : 1 mn 41

  • Voir la critique de Entretien avec un Vampire : Le poids des mots, le choc des crocs
    70

    Entretien avec un Vampire Critique du film par Gil P.

    Le poids des mots, le choc des crocs : Brad Pitt en vampire trop sensible et la découverte de Kirsten Dunst font de cette excellente adaptation une valeur sûre.
    Temps de lecture : 1 mn 22