Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Les Flots Sombres #2 [2020], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le lundi 18 mai 2020 à 09h00

Les monstres ne sont pas toujours ceux que l'on croit

Mnémos nous avait offert en pépite de l’imaginaire 2019 un roman de fantasy sombre et épique, un page-turner intense dont on aurait aimé qu’il aboutisse à une grande saga. Et bien cette année, le premier roman de Thomas Latil-Nicolas intitulé Chevauche-Brumes a une suite intitulée Les Flots Sombres. Les deux romans sont autonomes notamment grâce à une structure d’intrigue en un tome mais également pour ce second opus, grâce à un résumé bref des événements précédents particulièrement efficace.

Cette saga nous plonge dans le Bleu-Royaume dont la frontière est marquée par une étrange brume noire et impénétrable. Haute comme une montagne, cette brume effraie et de mémoire d’homme, elle a toujours existé. Son existence même est à l’origine de dissensions nombreuses à la capitale Antinéa entre le clergé qui la juge démoniaque et les mages qui en tirent leur pouvoir.

Mais depuis peu des monstres étranges sortent de la brume massacrant tout ce qu’ils croisent. La IXème compagnie des légions du Roy est donc envoyée en mission accompagnée de mages dont le jeune Jarod. A ce groupe se joignirent des femmes soldats. Après un affrontement terrible contre des hordes de créatures, la brume se dissipa…

Mais elle était en fait là pour faire barrière à la marée de monstres et au moment de la disparition de la brume, les combattants purent voir des vrilles de puissance magique s’abimer dans les forêts, montagnes et océans de tout le royaume. Les mélampyges, ces créatures dangereuses se répandirent dans tout le pays. 

Les survivants, légionnaires et amazones, menés par Saléon, formèrent alors le corps des Chevauche-brumes : leur mission prévenir le régent et tuer les créatures infestant le pays. La menace est immense et ils ne sont plus très nombreux lorsque le second opus commence…

Alors qu’ils ont perdu de nombreux amis dans les combats et qu’ils emmènent avec eux des réfugiés, les Chevauche-brumes sont vus comme des traitres par les dirigeants. A Antinéa, les intrigues politiques se multiplient et le régent craint pour son autorité. Le sénéchal Druon déteste les Chevauche-brumes mais il n’est pas le seul. Juxs, protégé de l’Enochdil, est un véritable fanatique religieux qui veut la mort de cette troupe d’hérétiques. Inconscient de la menace réelle que forment les mélampyges, Juxs approche le jeune roi Téobane et lui glisse de façon insidieuse ses idées arrêtées, sa haine des Chevauche-brumes que l’enfant considérait, à juste titre, comme des héros.

Pour la troupe de Saléon, il devient impossible d’aller à la capitale alors ils repartent pour aider sur les côtes de Biscale où un monstre aurait détruit de nombreux navires. Les voilà embarqués à bord du bateau tenue par la capitaine  Ophélie qui a survécu à cette bête effroyable et veut prouver son existence. De son côté Jarod veut tester des hypothèses concernant la magie pour trouve run moyen de vaincre les créatures.

Ce second opus situé dans le Bleu-Royaume a un rythme moins soutenu que le premier tout en étant aussi dense. L’univers se complexifie et s’agrandit, si le roman contient sa dose de combats épiques, la part faite aux intrigues politiques est plus grande et apporte une nouvelle profondeur à l’ouvrage. L’histoire se situe sur trois fronts principaux et les ennemis se font plus nombreux et ne sont pas toujours où on les attend. La partie maritime est mouvementée, l’action y est menée tambour battant. Le monstre marin est  particulièrement impressionnant. Du côté du mage, les questions se posent et les découvertes bouleversent notre vision de cet univers. A Antinéa, les manigances de Juxs sont infâmes et on adore le détester. Quel plaisir aussi de retrouver les chevauches-brumes du premier tome dont les caractères bien trempés et les relations d’amitié sont toujours aussi bien présentées. Le style de Thibaud Latil-Nicolas est toujours aussi fin notamment par ses dialogues bien sentis. Les Flots sombres est une suite qui épaissit l’univers du Bleu-Royaume et inscrit les Chevauche-Brumes dans les sagas de dark fantasy à suivre absolument !

La conclusion de à propos du Roman : Les Flots Sombres #2 [2020]

Auteur Nathalie Z.
84

Les Flots sombres nous replonge dans le Bleu royaume après la disparition de la brume. Désormais les Chevauche-Brumes doivent traquer et tuer tous les monstres qui se sont répandus dans le pays alors qu'ils sont considérés comme des traitres au petit roy. Mais les océans ne sont pas épargnés non plus. Rythme soutenu, action explosive, manigances diverses, ce deuxième opus confirme le style aiguisé de Thibaud Latil-Nicolas et les dialogues de ces personnages au caractère bien trempé sont truculents ! De la dark fantasy française à ne pas louper chez Mnémos !

On a aimé

  • Un univers qui s'épaissit
  • De l'intrigue politique et de l'action
  • Des secrets découverts
  • Des personnages haut-en-couleur 

On a moins bien aimé

  • Même si les deux tomes sont autonomes, il parait nécessaire de lire le premier pour mieux comprendre la brume et la particularité des monstres ou encore ppourquoi les Chevauche-brumes sont craints par le pouvoir en place.

Acheter le Roman Chevauche-Brumes : Les Flots Sombres #2 [2020] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Chevauche-Brumes : Les Flots Sombres #2 [2020] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Chevauche-Brumes