Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Spelunky #1 [2008], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le mardi 19 mai 2020 à 09h00

Une exploration sans fin

Testé sur PS3

L'industrie vidéoludique indépendante qui s'est démocratisée depuis le milieu des années 2000 a ses héros comme ses hérauts qui sont souvent des réussites critiques ainsi que publiques formant la petite partie émergée d'un immense iceberg. Parmi ces titres plébiscités, on retrouve l'exigeant Spelunky.

Derrière ce titre, on trouve le travail de l'artiste et game designer américain Derek Yu dont il s'agit à ce jour de l’œuvre la plus connue.  L'homme s'est fait un nom dans le milieu du jeu indépendant et après quelques projets (dont Aquaria) il se lança dans le développement de Spelunky sorte d'hommage à une certaine culture des années 1980 coincée entre Indiana Jones et des jeux en 2D d'exploration/plates-formes tels que l'évident Spelunker, Rick Dangerous ou le plus récent La-Mulana. Des titres demandant à des héros d'explorer des grottes dangereuses infestées de créatures afin d'en découvrir des trésors. Derek Yu développa d'abord un freeware (ou logiciel gratuit) en 2008 puis en fit un remake avec sa petite équipe du studio Mossmouth qui fut édité sur PC et Xbox 360 en 2012 avant que les versions PS3, Vita et PS4 débarquent entre 2013 et 2014. Le coup de génie de Derek Yu fut finalement de partir d'un genre classique mais oublié et de le réinventer avec la générations aléatoires des niveaux aussi appelée la génération procédurale.

A l'image d'Indiana Jones, vous incarnez dans Spelunky un archéologue/aventurier devant explorer des grottes mystérieuses dans une ambiance civilisation pré-colombienne afin d'en découvrir les trésors. Malheureusement, les grottes sont hautement dangereuses et notre héros va se trouver bien seul face à la multitude des dangers. Si le jeu vidéo est pour vous synonyme d'univers prenants et d'histoires dans lesquelles on interagit, passez votre chemin ! Alors évidemment, ce n'était pas le but ici mais Spelunky ne propose pas d'histoire et offre un univers assez générique ce qui ne l'empêche pas d'être cohérent et agréable à voir tant il s'inspire de beaucoup d'éléments de la pop culture. Les graphismes sont mignons et colorés proches du cartoon et les différents ennemis ont du cachet. Après ce n'est clairement pas pour son univers que l'on joue à Spelunky.

Le jeu est ce qu'on appelle un Roguelike, c'est à dire un titre où chaque partie est unique car les niveaux se reforment de manière « aléatoire », ce qu'on appelle la génération procédurale. Le nom vient par ailleurs du titre Rogue datant de 1980. Ainsi chaque partie de Spelunky se veut unique car il faut réussir une bonne dizaine de niveaux pour arriver au boss de fin en s'enfonçant plus profondément sous terre. Notre héros à 4 cœurs et s'il meurt, on recommence à zéro avec des nouveaux niveaux. On peut heureusement être aidé dans notre quête par des objets comme des bombes ou des cordes. On pogresse donc tant bien que mal dans des niveaux en 2D où il faut bien faire attention aux ennemis et autres pièges car le jeu est avant-tout un die & retry. Il faut ainsi faire son maximum pour terminer le jeu en récupérant le maximum d'objets précieux pour améliorer son score. On peut aussi délivrer des personnages nous permettant de récupérer des cœurs entre les niveaux ou des idoles en or qui déclenchent néanmoins un piège extrêmement dangereux. Spelunky est vraiment un titre arcade qui glorifie le scoring, il s'avère donc une expérience exigeante.

Je dois le confesser, je suis passé complètement à côté du titre. Je m'y suis vraiment attardé dessus plusieurs heures mais rien y fait, l'ennui m'a toujours accompagné dans ces grottes hostiles. Je trouve que la génération procédurale des niveaux est une bonne idée mais elle n'empêche pas la répétitivité du titre où l'on a finalement quand même l'impression de toujours voir la même chose et de contrôler un avatar bien trop faible dont les capacités de combat sont bien trop ridicules pour que je m'amuse. Pourtant il y a de quoi faire pour les hardcore gamers avec une découverte constante si on est pris par le jeu comme une multitude d'ennemis ou d'objets... Le jeu n'est peut-être clairement pas pour moi. Ou bien j'ai eu le malheur de le découvrir après The Binding of Isaac : Rebirth qui repose sur le même principe avant et que la comparaison s'avère douloureuse...

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Spelunky #1 [2008]

Auteur Bastien L.
65

La note est vraiment le fruit de mon expérience par rapport au titre. Le jeu réalisé par une très petite équipe dispose de nombreuses qualités évidentes comme son principe arcade retro avec une technologie actuelle et son aspect découverte/scroring bien pensé. Les amateurs de titres exigeants seront aussi aux anges. Pour ma part, j'ai trouvé cela creux, simpliste et répétitif...

On a aimé

  • Un titre arcade au goût du jour
  • La direction artitsique
  • Complet dans ses mécaniques

On a moins bien aimé

  • Très exigeant
  • Un peu répétitif
  • Très peu de narration

Acheter le Jeu Vidéo Spelunky [2008] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Spelunky [2008] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter