75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Le réveil #1 [2018], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le lundi 6 mai 2019 à 09h00

Quand les super-héros rencontrent le Mythe

Benoît Minville est un écrivain de littérature blanche qui doit à sa mère libraire de lui avoir inoculé le doux virus : il est entré en librairie pour un été et y est toujours, treize ans plus tard. C’est un lecteur passionné de tout roman qui transporte une énergie, de Dumas à Pennac, de Ellroy à Lansdale, de Mark Twain à Axl Cendres. Une devise : ROCK AND READ ! Dans ce roman, il rend un bel hommage à Lovecraft et aux histoires de super-héros, oui, oui, en même temps. Une saveur de Stranger Things pour cette aventure qui bouleversera la vie de trois adolescents !

Dans son dyptique Héros, Benoît Minville se frotte au fantastique avec succès. Abordant les thèmes du super-héros, il pose des questions intéressantes sur le rapport au super pouvoir et les responsabilités qui en découlent. Mais il y mêle de façon originale le mythe lovecraftien des Grands Anciens, faisant s’opposer super-héros et créatures du mythe pour la plus grande jubilation du lecteur.

Nous sommes de nos jours, au pied du Morvan, dans une petite ville de province où l’imprimerie locale a licencié et laissé pour compte plusieurs centaines d’employés. Une petite ville où y a pas grand-chose à faire quand on a 15 ans… Trois amis pourtant se retrouvent régulièrement dans une bicoque en ruine. Ils ont un grand projet : écrire et dessiner la suite de leur comics préféré Héros. Dans cette bande dessinée, le super-héros affronte des créatures innommables, des horreurs effroyables venues d’autres dimensions.  Ces trois ados ont un rêve commun : faire éditer leur comics, Héritier. Richard écrit les scénarios. Plein d’idées, il est plutôt doué et vu l’ambiance à la maison, ça lui change les idées.  Sa mère décédée, son père se laisse vivre bouteille à la main négligeant la sœur de Richard bien plus jeune. Matéo est costaud, blond, le genre de gars dont personne au lycée ne comprend pourquoi il traîne avec les deux autres nerds. Mais ce qu’ils ne savent pas c’est que Mateo dessine et il est doué. Matéo a toutefois d’autres centres d’intérêt et en particulier la sœur jumelle du troisième larron, José. Celui-là c’est le freak de service, grande gueule, il est complotiste, persuadé que les choses occultes existent bel et bien. Il a même une chaine Youtube, bon avec 17 abonnés dont sa mère mais… Un jour tous verront !

Voici donc nos trois ados dans leur maison en ruines quand débarque un individu blessé. Et soudain, leur vie bascule : l’un se découvre des pouvoirs, l’autre des cauchemars terriblement réalistes et le troisième comprend que ses idées farfelues sur les cultistes sont bien trop réelles. Ajoutez à cela une tempête, des amours adolescentes et des sentiments exacerbés pour un cocktail détonant et dynamique.

Le roman réussit à intégrer progressivement le fantastique et l’angoisse dans un récit assez social et engagé. Les trois jeunes hommes sont émouvants, attachants et terriblement réels. Un bel exploit que d’écrire aussi bien des personnages adolescents sans tomber dans les écueils habituels et les clichés faciles. Ce réalisme littéraire pourtant se marie au fantastique plutôt bien : le roman rend hommage à la culture super-héros, mais aussi à Howard Phillips Lovecraft en empruntant des noms réels du Mythe qui feront sourire les fans du maître de Providence. La plongée dans le fantastique est  un peu abrupte et pourra surprendre les lecteurs non prévenus ou qui n’aiment pas ce genre. A l’inverse, c’est peut-être une opportunité pour d’autres de découvrir le fantastique avec un roman facile à lire et au style sûr.

La conclusion de à propos du Roman : Le réveil #1 [2018]

Nathalie Z.
83

Le réveil est le premier volet de Héros, un dyptique de Benoît Minville qui mêle sur fond de crise économique et sociale dans une petite ville française, super-héros, culture comics et Grand Anciens, tout droit sortis de l'oeuvre de Lovecraft. Entre réalisme social et fantastique lovecraftien, ce roman sonne juste grâce à des personnages attachants et crédibles. Le récit est engagé, l'angoisse montante et l'intrigue sur fond de super-pouvoirs prenante. Une histoire originale pour ados et adultes. 

On a aimé

  • Une ambiance délirante entre super-héros et cultistes, à la façon d'un Stranger Things français
  • Un récit juste et émouvant sur les difficultés sociales d'une région délaissée et des ados qui y vivent
  •  

On a moins bien aimé

  • Le fantastique arrive de façon abrupte même s'il s'intègre parfaitement ensuite dans l'intrigue. 

Acheter le Roman Héros : Le réveil #1 [2018] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Héros : Le réveil #1 [2018] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+