75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Quatre classiques de l'horreur [2018], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le mercredi 26 décembre 2018 à 09h00

L’édition BD geek chic pour découvrir le maître de providence

Alors que de nouvelles traductions françaises de l’œuvre d'Howard Phillips Lovecraft se profilent en 2019, ce dernier n’a jamais autant été une icône geek. Cthulhu c’est hype et si vous voulez découvrir les histoires étranges de cet auteur sans investir dans une intégrale en plusieurs tomes (il en sortira une chez Mnémos l’an prochain mais évidemment à un prix conséquent), nous avons une solution : quatre nouvelles emblématiques de Lovecraft en bande dessinée.

Akileos a sorti ce recueil en 2016 et en cette fin d’année vous en propose une nouvelle édition noir et argent juste superbe ! Un bel ouvrage donc, en couverture rigide et au grand format roman. L’occasion de découvrir Lovecraft à partir de quatre classiques de l’horreur très différents dans leur propos et leur ambiance.

Première version encore dispo !

Version chic pour les fêtes ! Prix identique ^^

Pourquoi choisir une version BD ?

  • Vous n’aimez pas lire quand il n’y a pas d’images !
  • La mise en scène est dynamique et apporte beaucoup au sens des dialogues
  • Le texte reste qualitatif mais plus accessible que la version littéraire classique
  • La colorisation est très réussie
  • Le découpage, réfléchi, est original et crée du rythme
  • Le dessin reste classique mais rend accessible le sens de certains passages parfois obscurs des nouvelles si vous n’êtes pas habitués au genre lovacraftien
  • L’adaptation se veut fidèle et un hommage au maître

A l’inverse, si vous êtes un fanatique (cultiste) de Lovecraft, cet objet viendra parfaitement s’insérer dans votre collection de livres impies…

Quelles nouvelles pour appréhender Lovecraft ?

*Kadath l’inconnue, bienvenue dans les Contrées du rêve :

Le recueil commence avec une adaptation de la Quête de Kadath l’inconnue, une histoire de recherche éperdue d’une cité merveilleuse jusque dans les rêves et l’espace. Cette longue nouvelle fantastique a été publiée pour la première fois en 1943.

Randolph Carter rêve d’une cité. Par trois fois. Cette cité est magnifique, majestueuse plongée dans le coucher de soleil. Mais avant de pouvoir y pénétrer, il est brutalement arraché de son rêve merveilleux.  Devenu obsédé par cette cité, il a l’intuition que seuls d’anciens dieux peuvent l’aider. Il finit par prier les dieux des rêves de l’y ramener, de lui permettre enfin de fouler son sol superbe. Il n’est pas exaucé et n’arrive plus à rêver d’elle. Il décide d’agir : il doit demander aux dieux en personne. Ils vivent d’après les légendes à Kadath, une forteresse d’onyx, un lieu mystérieux que nul ne sait situer sur une carte. Son voyage périlleux et audacieux commence.

Inspirée par Le Magicien d'Oz et l’œuvre d’Edgar Rice Burroughs, cette nouvelle est culte. Traduite pour la première fois en français en 1955 sous le titre à la recherche de Kadath, elle était dans le recueil Demons et Merveilles qui m’a permis à 10 ans de découvrir l’univers sombre et onirique d'Howard Phillips Lovecraft. Kadath est une bonne entrée en matière car surprenante mais compréhensible, elle permet de découvrir progressivement la mythologie du maitre, même s’il n’y a pas encore de tentacules… L’adaptation de I.N.J Culbard est très réussie avec ce qu’il faut de couleurs étranges et un Randolph Carter au physique proche de celui de HPL lui-même.

Vous allez adorer ces chats !

Oh un pharaon noir !

*L’Affaire Charles Dexter Ward, une plongée dans l’obsession et la folie :

Un homme vient de disparaitre d’un asile d’aliénés. Nous sommes en 1928 à Providence, Rhode Island. Le docteur Willet est appelé, le disparu étant un ancien patient. Ce médecin de famille se remémore la descente aux enfers du jeune homme, un certain Charles Dexter Ward. Près de dix ans plus tôt, Charles découvre l’existence d’un ancêtre à la vie mystérieuse : Joseph Curwen. Il décide de faire des recherches généalogiques sur ce personnage qui l’intrigue. Cet intérêt tourne rapidement à l’obsession. Les rumeurs les plus folles courent sur Curwen : un sorcier ayant fui Salem au XVIIème siècle, un alchimiste trafiquant d’esclaves, un profanateur de cimetière…

Charles commence donc son enquête accumulant documents et objets concernant son aïeul. Il voyage de par le monde à Londres et en Transylvanie entre autres. Dans l’ancienne demeure de Curwen, il trouve les notes de cet homme dangereux et dès lors s’enferme et s’isole causant l’inquiétude de ses proches. Mais il a alors un projet fou dont il ne peut plus se détourner. Une nouvelle sur l’obsession, l’occultisme et la plongée dans la folie qui sera publiée à titre posthume dans Weird Tales.

*Les Montagnes hallucinées, une expédition cinématique et glaçante :

Ecrite en 1931, ce court roman est une œuvre dans l’univers lovecraftien. Il est désormais un véritable classique et cette bande dessinée est l’occasion de découvrir ce mélange de science et de fantastique palpitant. Howard Phillips Lovecraft avait une santé fragile et son intolérance au froid ressort dans l’impression menaçante, le malaise crée par ce voyage en Antarctique, continent encore aujourd’hui inconnu et effrayant. Cette nouvelle a été un échec éditorial à son époque et pourtant aujourd’hui, elle est culte et a inspiré le cinéma. Cette nouvelle a même été adaptée en campagne de jeu de rôle il y a près de dix ans.

Une expédition conduit un groupe de scientifiques, biologistes, géologues, météorologues de l’université de Miskatonic vers le cercle antarctique pour y faire des prélèvements. C’est une expédition d’envergure avec de nombreux assistants, des bateaux, des avions et des chiens. Cette mission coûteuse part de Boston le 2 septembre 1930. Fin octobre, les scientifiques s’enfoncent dans l’intérieur des terres désolées et dangereuses. Après la découverte d’éléments géologiques gravés étranges et inconnus, tout s’emballe. La curiosité des scientifiques dépassera leur bon sens. Le groupe se scinde en deux. Une des équipes s’enfonce dans ces terres glacées et hostiles et poursuit les forages. Bientôt ils ne seront plus seuls…

Je ne vous en dis pas plus, l’adaptation de I.N.J Culbard rend plus lisible la nouvelle mais le dessin reste parfois trop simple, ou trop sobre. Dans la même veine, la récente adaptation en manga par Gou Tanabe est plus fouillée et plus détaillée. L’ambiance est dans ces deux adaptations très bien rendues ce qui est déjà une gageure.

*Dans l’abîme du temps

Nathaniel Wingate Peaslee est professeur de politique économique à l’université de Miskatonic. Cet homme de savoirs, jusque-là sain d’esprit, connait une période d’amnésie grave entre le 14 mai 1908 et le 27 septembre 1913. Il fait en effet un malaise puis des périodes de délires et n’est plus reconnu par ses proches. Alors qu’il cherche à découvrir la vérité sur ses années perdues, il devient de plus en plus tourmenté par des rêves pénétrants et inquiétants ; des cauchemars qui le conduiront dans un voyage à travers le temps et l’espace.

« J’avais le sentiment singulier que quelqu’un cherchait à s’emparer de mes pensées »

Cette nouvelle est une des dernières écrites par HPL, on y retrouve le héros torturé qui subit et qui souffre. Avec un dessin sobre, I.N.J Culbard crée une ambiance angoissante et inquiétante, la mise en couleur est sur cette adaptation parfaitement réussie. Le lecteur partage le trouble du narrateur et comprend lui-aussi petit à petit les terribles secrets de l’univers. 

Ce recueil est une excellente entrée dans l’univers d'Howard Phillips Lovecraft. Le découpage rend très lisible ces histoires, le travail d’adaptation est bien réalisé avec une ambiance très bien rendue : le dessin classique est parfois un peu trop épuré et la colorisation, plutôt claire, rend pourtant bien l’atmosphère de ces nouvelles d’épouvante. Un must have pour les collectionneurs des œuvres liées au maître de Providence.

Pour les amateurs de I.N.J Culbard, sachez qu’il a également adapté des nouvelles de Sir Arthur Conan Doyle. Les aventures de Sherlock Holmes par cet artiste sont aussi une jolie réussite.

Et si vous avez aimé le maitre, penchez-vous sur L'Appel de Cthulhu, sa nouvelle sur le grand dieu tentaculaire qui l’a rendu si célèbre et qui a inspiré le jeu de rôle éponyme grâce à une version illustrée de François Baranger.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Quatre classiques de l'horreur [2018]

Nathalie Z.
86

Howard Phillips Lovecraft est tendance alors si vous ne connaissez pas encore, optez pour l'adaptation en BD concoctée par I.N.J Culbard et les éditions Akileos : quatre nouvelles cultes du maître de Providence. La quête de Kadath l'inconnue, l'affaire Charles Dexter Ward, les montagnes hallucinées et dans l'abîme du temps sont adaptées avec finesse et vous plongeront dans la mythologie étrange et dérangeante de Lovecraft. Avec un découpage réfléchi, une colorisation audacieuse et un dessin sobre, Culbard permet de découvrir des nouvelles qui ne sont pas d'abord littéraire facile. Idéal pour les curieux, une oeuvre à avoir pour les collectionneurs des adaptations du maître. L'objet livre est de plus très beau avec une couverture élégante et une facture qualitative pour un prix de 32 euros. 

On a aimé

  • Une adaptation accessible qui rend l'ambiance particulière de l'oeuvre de Lovecraft
  • Quatre nouvelles cultes
  • Un découpage efficace
  • Un objet superbe

On a moins bien aimé

  • Un dessin très classique
  •  

Acheter la Bande Dessinée H.P. Lovecraft : Quatre classiques de l'horreur [2018] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de H.P. Lovecraft : Quatre classiques de l'horreur [2018] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de H.P. Lovecraft