75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Les Yeux [2017], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le mercredi 19 décembre 2018 à 09h00

Le regard qui tue

Depuis plus d’un an, Bragelonne édite une collection de thriller fantastique en poche plutôt réussi. Nous vous avions présenté notamment Majectic  Murder et Appartement 16.

C’est un thriller grinçant dont je vais vous parler aujourd’hui. Il s’intitule Les Yeux et c’est l’œuvre d’un passionné de cinéma Slimane-Baptiste Berhoun. Cet amour du grand écran se sent dans un roman très visuel au découpage rapide en autant de scène qui ferait un bon long métrage. Cet écrivain joue dans le Facebook news et Le visiteur du futur, a participé au Golden Show et a tourné pour Golden Moustache. Ses talents de conteur se retrouve dans une histoire fantastique sombre, un huis clos tendu et rythmé.

Tout en haut du Plateau de Bellechaux se dresse l’hôpital psychiatrique de l’Orme. Erigé à la fin du XIXème siècle, il dépérit, balayé par un vent qui rend fou. Cette structure médicale ou plutôt ce qu’il en reste tient son nom d’une forêt voisine L’Orme aux loups, elle-même nommée d’après un légende berrichonne. Cerclé d’un épais mur d’enceinte recouvert de tessons de verre, cet asile ressemble plus à une prison qu’à un établissement de soin. Les descriptions du lieu sont si vivaces que le lecteur visualise chaque recoin de cet enfer terrestre. Les multiples bâtiments qui le composent ne sont plus remplis et son directeur l’ambitieux Vidal désespère d’obtenir des financements pour faire de son asile un lieu de recherche d’avant-garde. Il laisse ainsi le docteur Valmont, un neurochirurgien, gérer à sa guise le soin des malades. Cet homme, antipathique et obtus a une façon bien particulière de régler les crises de ses patients… Un fou ça ne s'écoute pas, ça se traite. Avec un main de fer, il régente l'asile et inspire la crainte aussi au personnel.

Gaultier est le « pharmacien », celui qui est chargé de donner aux patients leur médication. Timide, il sert aussi un peu d’homme à tout faire. Un jour, deux événements bouleversent sa vie et celles des habitants de l’Orme : une mort et une arrivée.

Cette mort, c’est celle d’un des résidents de l’hôpital, un jeune garçon nommé Etienne. Il est retrouvé déchiqueté dans la cour. Cela faisait seulement deux mois que ce gamin de dix ans était arrivé à l’asile. Un môme obscène, dérangé qui alliait hallucinations paranoïaques et délires de persécution. Et là, soudain, son corps figé dans une terreur profonde, les yeux séchés, la langue également. Les membres de l’enfant formaient des angles improbables, des plaies béantes, des morceaux de chair arrachés… Le corps partiellement dévoré d’un gamin de dix ans trône au milieu de l’asile sous le regard des résidents.

L’arrivée c’est celle d’une jeune femme, Lucie Klein, une jolie brune aux reflets roux et au regard vert perçant. Elle se présente comme une étudiante du célèbre professeur Lacan et souhaite interroger une des patientes du docteur Valmont. Elle veut hypnotiser Marguerite Linard, une femme qui souffrirait de prosopagnosie, une maladie qui intrigue Lacan et si une découverte était faite, pourrait conduire au Nobel. En effet, ce trouble rend impossible pour le malade le fait de se souvenir des visages, or Marguerite a soudain pu se souvenir de son jeune fils Léopold, du jour au lendemain. Et si cette maladie si cruelle pouvait être soignée, outre l’avancée scientifique, cela permettrait aussi de résoudre l’un des pires crimes commis à Paris près d’une dizaine d’années auparavant. mais le terrible Valmont ne peut supporter qu'une jouvencelle fouine dans ses dossiers. 

La vie à l’hôpital et particulièrement celle du sensible Gautier est bousculée par ces deux événements. Tombé amoureux de l’étrange et fascinante Lucie, il va s’opposer au reste du personnel de l’établissement pour l’aider dans son enquête. Mais Lucie est-elle vraiment ce qu’elle prétend être et Valmont est-il le savant fou que l’on pourrait croire ? Ces deux personnages sont bien plus complexes et intéressants que l’on pourra le deviner au premier abord. La première partie du roman se focalise donc sur la prosopagnosie de marguerite et ses conséquences, puis tout bascule vers un thriller plus sombre et plus violent encore. L’aspect fantastique reprend le dessus et l’intrigue bascule du côté de meurtres qui semblent se multiplier depuis le décès du jeune Etienne. Le rythme s’accélère jusqu’à devenir effréné pour un final sanglant et effrayant. Le roman alterne les points de vue des personnages et nous laisse inquiet pour eux à chaque fin de chapitre. C’est un véritable page turner que nous offre là Slimane-Baptiste Berhoun.

Un autre point fort de ce thriller est la profondeur des personnages, notamment des secondaires. Les résidents de ce charmant établissement prennent vie au fur et à mesure de l’œuvre : certains sont attachants et drôles, d’autres sont attachés et dangereux. Le lecteur les découvre progressivement, change son opinion sur certains d’entre eux et plonge progressivement dans les méandres de leur folie.  Certains semblent inoffensifs et ne le sont pas vraiment, d’autres pas si fous finalement. Un des patients n’apparaît que dans la seconde partie de l’œuvre et renforce l’histoire en créant une sous intrigue réussie et inquiétante. Chaque malade est parfaitement caractérisé avec des troubles distincts et une place dans le groupe. Même les personnages de Lucie et Gautier montrent des signes de folie latente, perdus dans cet asile au milieu de tant d’étrangeté.

Je vous laisse découvrir pourquoi ce titre mais vous verrez que le roman porte très bien son nom...

En fermant l'ouvrage, nous semblons retrouver un peu de santé mentale après un voyage aux confins de la folie. la fin du roman qui fait la part belle au fantastique est moins puissante émotionnellement que le reste de l'oeuvre mais conclue bien cette histoire dont on ne sort pas tout à fait indemne... 

La conclusion de à propos du Roman : Les Yeux [2017]

Nathalie Z.
88

Les Yeux est un thriller fantastique qui vous plonge dans la folie malsaine d’un vieil asile battu par les vents. Ce huis clos vous fera partager le quotidien de déments plus surprenants les uns que les autres et du chirurgien sévère qui les traite. Meurtres, expériences, troubles de la mémoire et enquête secrète amèneront à un rythme effréné un dénouement surnaturel inattendu. Les talents de conteur de Slimane-Baptiste Berhoun font de ce roman un page turner qui vous maintiendra éveillé toute la nuit.

On a aimé

  • L'ambiance de huis clos digne d'un Vol au-dessus d'un nid de coucou
  • Le style acéré et le rythmne soutenu
  • Le profondeur des personnages et le traitement de la folie

On a moins bien aimé

  • La partie fantastique qui n'est finalement pas la plus intéressante de l'oeuvre

Acheter le Roman Les Yeux [2017] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Yeux [2017] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+