75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Jurassic World : Fallen Kingdom #5 [2018], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le samedi 9 juin 2018 à 16h00

Plus c'est con, plus c'est... con...

Jurassic World 2 s'ouvre sur un monologue de Jeff Goldblum (revenu camper Ian Malcolm l'espace de quelques petites minutes) affirmant qu'il est temps de laisser les dinosaures mourir... Et lorsque Jurassic World 2 se termine, on ne peut que se rendre à l'évidence : le Dr Malcolm a encore une fois raison. La magie cinématographique qu'avait offert le premier Jurassic Park appartient désormais au passé, et chaque nouvel opus produit ne fait qu'enfoncer la saga dans la médiocrité. Il faut faire plus gros, plus impressionnant, plus méchant, quitte à jeter à la poubelle l'héritage du roman de Michael Crichton (lequel, si vous ne l'avez pas vu, vaut beaucoup mieux que l'adaptation qui en avait été faite par David Koepp). Aujourd'hui, c'est triste à dire, mais l'inspiration se cherche visiblement dans les Carnosaur et compagnie. Jurassic World premier du nom baignait dans la surenchère de bout en en bout (tout en s'en moquant), Jurassic World 2 parvient à faire encore pire.

N'y allons pas par quatre chemin, rarement on aura vu un blockbuster aussi stupide que peut l'être Jurassic World 2. À la rigueur, en allant chercher dans des cas cliniques comme les Transformers, voire des projets qui assument leur bétise à l'instar des Fast & Furious, on peut trouver quelques équivalents. Une telle indigence dans l'écriture à ce niveau de production, ça en devient presque un exploit ! Il n'y a rien qui fonctionne dans le scénario de Colin Trevorrow (oui, encore lui) et Derek Conolly (oui, encore lui aussi) : Jurassic World 2 reprend absolument tout ce qui était stupide dans le film précédent (le dressage, les dinos génétiquement inventés, la transformation de dinos en armes de guerre,...), il multiplie les tours de manches, raccourcis scénaristiques et deux ex-machina, s'avère incohérent à la fois intrinsèquement mais aussi vis à vis des autres films de la saga, parvient à rendre ses personnages encore moins intéressants,...

Le mot qui qualifie le mieux Jurassic World 2 est donc "consternant" : consternant de bétise, de facilité, de manque d'imagination, d'absence de travail,... Il faut bien se rendre à l'évidence qu'on est là en présence d'un scénario de série Z. En terme d'écriture, Mega Shark vs Giant Octopus ou Mega Shark contre Crocosaurus ne sont vraiment pas loin (en tout cas, ils présentent un intérêt similaire dans ce qu'ils racontent). Cette histoire, cette construction narrative... ce sont presque deux gros molards crachés au visage des fans venus pour retrouver un peu de la magie d'antant. Ça pourrait être insultant, mais ça en devient tellement pathétique que ça finit juste par être involontairement drôle... Entre nous, ne serait-il pas temps, maintenant, de laisser les dinosaures s'éteindre en paix ?

Jurassic World 2 contient tout de même une bonne chose, une seule, mais suffisamment solide pour que le film soit finalement un spectacle un tant soit peu acceptable : la mise en scène de Juan Antonio Bayona. Autant le scénario du film est une honte, autant le travail de réalisation est remarquable. À ce niveau, Jurassic World 2 parvient largement à s'imposer comme le meilleur opus depuis le premier (et oui, au moins à la hauteur du deuxième). Il reste en mémoire, après le visionnage du film, un nombre conséquent de plans iconiques et de super idées de mise en scène, notamment la séquence d'ouverture du film (absolument géniale), tout le passage de l'éruption (magnifique) ou les quelques merveilleuses images qui clôturent le film. Si vous aimez les dinosaures, sachez qu'aucun film depuis Jurassic Park ne les avait aussi bien mis en valeur.

Il faut dire que Juan Antonio Bayona peut s'appuyer sur des effets spéciaux remarquables (bien plus réussis que ceux de Jurassic World), et sur des techniciens talentueux (la photographie d'Oscar Faura est magnifique, les compositions de Michael Giacchino sont vraiment cools). Le film en met plein les mirettes, et en dépit de la nullité de l'histoire racontée, on reste tout de même admiratif face à la beauté et à l'efficacité du film. Colin Trevorrow avait démontré avec Jurassic World qu'il n'était qu'un yes man au mieux efficace, Juan Antonio Bayona confirme avec Jurassic World 2 qu'il est l'un des réalisateurs les plus talentueux de sa génération (ceux qui ont un peu suivi sa carrière, de L'Orphelinat à Quelques minutes après minuit, le savaient déjà). Même lorsqu'il cite Steven Spielberg, Juan Antonio Bayona ne sombre pas dans la référence de bas-étage : ses clins d'oeil à Jurassic Park sont discrets et sobres. Respect.

La conclusion de à propos du Film : Jurassic World : Fallen Kingdom #5 [2018]

Vincent L.
50

Jurassic World 2 est un dinoporn. Voilà... On peut donc prendre du plaisir devant ce film dès lors qu'on aime reluquer de beaux dinosaures parfaitement mis en valeur par la mise en scène et la technique, mais il ne faut clairement pas en attendre plus que ça. Si ce n'est pas votre came, économisez votre temps et votre argent : passez votre chemin...

Que faut-il en retenir ?

  • Une très belle mise en scène,
  • Des effets spéciaux impeccables,
  • Des clins d'oeil discrets, donc sympathiques.

Que faut-il oublier ?

  • Une histoire consternante de bétise,
  • Un scénario écrit n'importe comment,
  • Des comédiens éteints.

Acheter le Film Jurassic Park : Jurassic World : Fallen Kingdom [#5 - 2018] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Jurassic Park : Jurassic World : Fallen Kingdom [#5 - 2018] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Jurassic Park