75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Jurassic Park #1 [1993], par Christophe B.

Avis critique rédigé par Christophe B. le vendredi 20 mai 2005 à 06h46

Un grand tour de magie

Fidèle à ses habitudes (ou du moins à celles qui ont fait ses plus grands films), Steven Spielberg nous offre une scène d'ouverture assez géniale. Impossible de ne pas faire la comparaison avec Les dents de la mer. Le schéma est identique, mais a déjà prouvé son efficacité. D'emblée, Spielberg nous laisse entrevoir le terrible danger qui se prépare. Dans le parc jurassique, c'est la mobilisation générale autour d'un mystérieux caisson. Une cohorte de militaires escorte ce colis et veille à son bon acheminement. Tout se passe admirablement jusqu'au moment où "la chose" qui se trouve dans ce caisson, incroyablement renforcé, doit être transférée, via un sas, dans une sorte de bunker. A l'ouverture du sas, la bête se jette contre le mur et fait reculer sa prison de métal, brisant ainsi l'herméticité avec le milieu extérieur. Le carnage semble inévitable et un malheureux militaire fait les frais de cet incident. Par un jeu de caméras subtil, Steven Spielberg instaure un climat réellement angoissant et nous livre une scène d'une totale maîtrise et d'un effet absolument certain. Le spectateur a pris conscience que ce qui va suivre ne va pas être un spectacle comique. Il apparaît d'ores et déjà que le Tyrannosaure ne sera pas l'unique "méchant" du film, car ce qui était dans la cage semble posséder un potentiel destructeur inversement proportionnel à sa relative petite taille.
Les personnages ne sont pas nombreux, mais ils apparaissent sympathiques dès le départ, et on prend d'entrée de jeu, leur parti. L'avantage est qu'on les cerne très vite. On fait rapidement notre choix en ce qui concerne ceux qui recueillent notre sympathie et ceux qui, au contraire, nous sont antipathiques. Tout ceci peut paraître manichéen, mais but ici, n'est pas de cerner la psychologie de chacun, car, il ne faut pas s'en cacher, les véritables vedettes du film sont les dinosaures. Dans Jurassic Park, nous trouvons des personnages stéréotypés et des acteurs étonnamment transparents. Aucune émotion des protagonistes ne parvient jusqu'à nous et qu'ils soient en danger nous laisse dans l'indifférence la plus totale. Seul, Jeff Goldblum apporte un peu de relief par sa composition de mathématicien sceptique. Et son humour fait toujours "mouche" (si, si! J'ai osé)
Lorsqu'au bout d'une vingtaine de minutes, on découvre le premier dino, on ne peut s'empêcher de ressentir un frisson. Jurassic Park : quand illusion et réalité se confondent. La beauté de l'image est telle qu'une magie s'en dégage. Comment imaginer que les artisans d'ILM ont pu atteindre une telle perfection. ILM ne signifie d'ailleurs t-il pas Industrial Light and Magic ? Spielberg trouve grâce à ses images une véritable la féerie. Et la musique de John Williams soutient parfaitement la beauté de ces instants. John Williams a rangé ses envolées légendaires pour laisser la place à une partition plus sobre mais tellement plus agréable. Symbiose parfaite donc, entre le son et l'image.
Mais bien sûr, ce moment ne constituent pas la majeure partie de Jurassic Park. Les moments forts sont en fait l'attaque du Tyrannosaure et celle des Raptors. Et là encore, ce qui précède ces scènes est d'une remarquable justesse. Jamais, avant les attaques à proprement parler, on ne voit le moindre prédateur. Le spectateur découvre les monstres en même temps que les personnages, ce qui donne un impact indéniable. L'attaque du T-Rex est à ce point remarquable, au même titre que celle des Raptors, qu'elle crée un effet de surprise. Techniquement, tout y est parfait, la chorégraphie est formidable. La caméra semble toujours placée au bon endroit, pour tirer le meilleur effet d'un plan. Et pendant toute l'attaque, on se met à la place des protagonistes, on tremble pour eux. on partage vraiment la peur des pauvres humains pris en chasse par le redoutable animal. Les films de dinosaures vus jusqu'alors, viennent de se prendre une grande claque dans la gueule.
Les effets spéciaux se taillent la part du lion. Le film de Steven Spielberg repose uniquement sur eux, et cela représente la grande force ainsi que les limites du film. Car, tout est fait pour les mettre en valeur, les autres composantes sont réduites à leur minimum. Les stars se nomment donc Tyrannosaure, ou Triceratop. Des acteurs que l'on a aperçus dans bien des films, mais qui n'ont jamais été aussi bon qu'ici, sous la houlette des Stan Winston, Phil Tippett et Dennis Murren, en tête. Trois des plus grands spécialistes en effets spéciaux de la profession. La palme revient à Dennis Murren et ses merveilleuses images de synthèse qui ont donné vie aux dinosaures. Avec ses assistants, il abat un travail long et fastidieux qui débouchera sur 40000 images informatiques. A l'écran, cela représente 14 minutes d'images de synthèse !

La conclusion de à propos du Film : Jurassic Park #1 [1993]

Christophe B.
77

Le résultat est époustouflant. Pour la première fois, l'homme, le spectateur, rencontre une espèce éteinte depuis des millions d'années. Spielberg déclarait que les dinosaures ne devait pas paraître vrais, ils devaient être vrais! Et ils le sont. La mise en images des Vélociraptors qui se meuvent avec une facilité déconcertante, qui sautent allégrement de tables en tables, subjugue. Idem lorsque l'on nous propose un Tyrannosaure luttant contre deux Vélociraptors. Autant de moments gravés dans nos mémoires. On a tendance à surtout attribuer le succès de ces scènes au travail des informaticiens d'ILM, mais il ne faut assurément pas négliger l'apport de Stan Winston. Il a conçu entre autres, un Tyrannosaure grandeur nature, ainsi que son modèle réduit qui s'intégreront à diverses scènes mêlant également les images de synthèse. Bien sûr, cette combinaison de diverses techniques échappe totalement au spectateur. Un très grand tour d'illusionnisme.

Acheter le Film Jurassic Park en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Jurassic Park sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Jurassic Park