75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Au service de sa majesté [2012], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le lundi 5 novembre 2012 à 10h57

Son nom est Astérix, juste Astérix

Franchise gauloise par excellence, Astérix compte, à l'heure actuelle, quatre films qui ont soufflé le chaud (Mission Cléopâtre) et surtout le froid (Astérix aux Jeux Olympiques), mais qui ont toujours réussit à obtenir de très bons résultats au box-office. Ainsi, la sortie d'un quatrième opus semblait totalement inévitable. 

On sait que Albert Uderzo fut peu enthousiasme en découvrant le traitement d'Alain Chabat sur son (pourtant excellent) Mission Cléopâtre ; et on imagine mal comment le résultat bordélique et bling-bling d'Astérix aux Jeux Olympiques, chapeauté par Thomas Langmann, a pu le satisfaire. Mais les retombées financières ont néanmoins été très importantes et les ayant droit (Anne Goscinny et Albert Uderzo), qui ne pouvaient visiblement pas laisser tomber cette franchise lucrative, ont lancé un appel d'offre pour la mise en chantier d'un nouvel opus. C'est la société Fidélité film qui a ainsi remporté le contrat, fort du succès du très sympathique Le Petit Nicolas dans les salles (sur lequel Anne Goscinny avait activement collaboré avec son réalisateur, Laurent Tirard, désormais aux commandes de ce nouvel épisode d'Astérix).

L'histoire proposée est une adaptation dans la lignée des deux opus précédant, mélangeant deux tomes de la BD : Astérix chez les bretons et Astérix et les Normands (pour l'anecdote, les deux épisodes ont déjà adaptés en dessins-animés en 1986 et en 2006). Mais si l'adaptation des deux œuvres est mise en avant, le cœur de l'histoire reste centrée sur Astérix chez les bretons, puisqu'il reprend l'idée qu'un guerrier breton envoyé dans le village des irréductibles gaulois pour demander de l'aide. Les différences viennent du fait que Jolitorax obéit à une reine et qu'au moment de son arrivée, et que nos deux héros doivent s'occuper de Goudurix, le neveu de leur chef, qui est un jeune insouciant venant de Lutèce ; les deux héros décident de l'emmener pour accomplir la mission qui leur a été confié : faire de lui un homme. Du côté de César, la conquête n'est pas aussi grandiose qu'il l'espérait. Les Bretons résistent plus que prévu et le sénat refuse de lui donner plus d'argent ou de troupes. Il va donc devoir sous-traiter sa violence et faire appel à des mercenaires ; les terribles Normands interviennent donc en acceptant de prêter main forte...

Ce film est sûrement plus fidèle à l'esprit d'Astérix que tous ceux qui ont été fait en live. On retrouve réellement l'ambiance des BD, notamment en ce qui concerne les différences entre les Gaulois et Bretons (calqués sur les distinctions entre anglais et français dans l'après-guerre), l'idée principale résidant toujours dans l'opposition du gentleman anglais et du gaulois braillard. Le film reprend, par exemple, la façon de parler si particulière des anglais avec l'adjectif devant le mot, l'étouffement des sentiments ou encore l'habitude de boire de l'eau chaude (avec un nuage de lait) dès que sonne cinq heure de l'après-midi. Ceux qui ont lu et relu les histoires seront donc aux anges de voir une telle fidélité à l'esprit original. Néanmoins, les auteurs n'ont pas été fidèles à 100%. Il faut ainsi rappeler que les œuvres de René Goscinny étaient très contemporaines, et les situations liées à l'époque d'écriture ne sont plus d'actualité aujourd'hui. Ainsi le personnage de Goudurix colle plus au jeune des années 2010 que des années 1960 (et c'est tant mieux !), et les références du films collent à des oeuvres plus récentes, comme le générique façon James Bond ou encore une scène renvoyant complètement à 300. Laurent Tirard et son équipe ont donc proposé une véritable adaptation des aventures du Gaulois, ce qui ne veut cependant pas dire que le scénario est exempt de tout reproche.

Le principal reproche que l'on pourrait ainsi faire à Astérix et Obélix : au service de sa majesté est que les Normands ne servent absolument à rien dans le film : ils ne sont pas présent très longtemps, mais réussissent quand même à en ralentir le ryhme (seule la prestation de Bouli Lanners, qui interprète leur chef, nous rappellera qu'ils étaient bien présent dans le métrage). Seul le personnage de Goudurix légitime donc la présence de cet album dans l'adaptation, en diffusant notamment de bonnes idées quant à la relation très ambiguë qui existe entre Astérix et Obélix, deux hommes seuls vivant avec un chien... Le film s'en amuse, et c'est d'ailleurs la seule liberté prise qui fait plaisir à voir.

Le film repose d'ailleurs un peu trop sur les dialogues pour exister alors qu'un album d'Astérix peut également être une aventure (les quelques péripéties manquent cruellement d'allant pour enthousiasmer la salle). Les scènes comiques font finalement plus sourire que rire, et on s'amuse grâce à la relation aussi passionnelle que réservée entre Jolitorax (le toujours impeccable Guillaume Gallienne) et sa pétillante Ophélia (premier rôle pour l'ex-mis météo Charlotte le Bon), le tout avec des faux accents anglais bien dans l'esprit original, comme en témoigne le personnage strict de Valérie Lemercier réveillant quelques passions chez Obélix.

Si Gérard Depardieu a complètement apprivoisé le personnage (difficile de voir un autre que lui à présent), l'attraction principale du métrage reste les premiers pas d'Edouard Baer dans le rôle d'Astérix. Alors autant le dire, si vous n'aimez pas l'acteur, vous allez être déçu : l'interprète tout en verve d'Otis dans Mission Cléopâtre reste dans le connu et offre à Astérix quelques envolées colériques et maladroites plutôt réjouissantes. Pour le reste du casting, le jeune Vincent Lacoste s'en sort en Goudurix et Fabrice Luchini amuse avec son César mégalomane aux monologues intéressants. On a aussi le droit à bonne galerie de second rôles venant donner un peu de poids à l'ensemble comme Catherine Deneuve en reine (plus proche d'Elisabeth II que de Boudicca). Notons également les bonnes participations d'Atmen Kelif, Gérard Jugnot ou Dany Boon.

Concernant l'aspect visuel du film, on est également mitigé vis à vis des décors et des costumes. Si le mélange antique-moderne fonctionne encore une fois assez bien dans l'esprit de la BD, les costumes et les décors font parfois tellement faux que l'on se croirait plus dans un parc d'attraction que dans un vrai décors fait pour le cinéma. Finalement seuls les Romains bénéficient d'un traitement exemplaire et paraissent un peu plus crédibles. Pour sa mise en scène, Laurent Tirard est resté dans le très classique, privilégiant les plans en buste des personnages pour donner plus d'impact à la comédie tout en se permettant quelques plans larges plutôt réussis. Enfin un dernier point à souligner : la plutôt bonne tenue des effets spéciaux, notamment ceux concernant l'effet de la potion magique, ou les romains qui savent voler avec classe, dans le plus pur esprit d'Uderzo.

La conclusion de à propos du Film : Au service de sa majesté [2012]

Bastien L.
55

Astérix et Obélix : Au Service de sa Majesté est sans conteste le film live le plus fidèle à la BD et à l'esprit qu'avait insufflé René Goscinny dans les aventures du petit gaulois. Néanmoins, cela ne fait pas de ce film le meilleur de la saga. Peut-être à cause d'un manque flagrant de folie, d'une adaptation pas assez infaillible et d'une place trop importante laissée aux seuls dialogues. Alors certes, les acteurs nous servent de bons moments, mais on était en droit d'en attendre vraiment plus d'Astérix et d'une telle production. Un spectacle moyen qui a des qualités, mais surtout des défauts.

Acheter le Film Au service de sa majesté en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Au service de sa majesté sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Astérix