75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Les liens du sang #2 [2009], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 5 août 2010 à 18h01

Quatre frères, quatre destinées, une même haine

Quelques cahutes noyées sous une tempête de neige. A l’entrée de l’une delle, une belle guerrière se tient debout, ignorant la morsure du froid. Tous ses sens sont aux aguets. Elle a senti une menace, tout près, dissimulée dans le blizzard. Les Hommes-Loups approchent. Elle est prête.

Les liens du sang s’ouvre sur une séquence épique de 10 planches. Une barbare, presque nue, armée de sa broadsword, luttant, seule, contre de gigantesques créatures lycanthropes. Le ton est donné : le tome 2 du cycle d’Arawn sera encore plus épique que le précédent.  Et encore plus sauvage ! Car ces premières pages ne sont que l’introduction à un récit fait uniquement de sang et de sexe, un conte folklorique où les protagonistes – les quatre fils de Siamh -, pour parvenir à leurs fins, ne savent user que de violence et de fourberie.  Dans Les liens du sang, chacun écrasera toute opposition pour devenir un roi. Arawn, lui, à grands coup de hache et avec l’aide des géants des montagnes, s’empare du trône de Cymru et du cœur de sa princesse, la belle Deirdre de Gresholm. C’est  cette dernière qui incite Arawn à inviter toute sa famille en son château, pour faire plus ample connaissance. Difficile, cependant, de faire cohabiter des fauves animés par la rancœur et la jalousie, quand bien même seraient-ils du même sang.

Par sa trame, cet album pourrait être divisé en deux parties. Dans la première, Ronan Le Breton nous invite à suivre les différentes destinées des membres de la famille d’Arawn,  et, à travers leurs actions et leurs méthodes, il dessine les différents caractères des personnages : Arawn le brave, Kern le vaillant, Math la brute et Engus le rusé.  Ensuite, dans la deuxième partie, il réunit tous les fils de Siamh, ainsi que la mère, dans le château d’Arawn, et lance la véritable intrigue de cette sombre saga qui narre les terribles discordes déchirant quatre frères n’ayant en commun qu’une mère froide et autoritaire.  L’intrigue est bien travaillée et efficace, se déroule sans accroc, et fait preuve d’un excellent rythme. Ainsi, même si sa base mythologique est conceptuellement très classique (aèdes, scaldes norrois et Shakespeare ont par le passé exploité ces éléments dramaturgiques), à aucun moment, l’on ne ressent une impression de déjà-vu.

Graphiquement, difficile de ne pas être envouté par le talentueux coup de patte de Sébastien Grenier.  L’ambiance extraordinaire d’Arawn doit énormément  à ce véritable peintre qui nous offre encore ici la vue de magnifiques tableaux épiques nous ramenant aux racines de la dark fantasy. Toutes les planches ne relèvent pas de la même excellence (les cases les plus petites sont parfois perfectibles) mais force est de dire que Sebastien Grenier, par ses choix, réussit la plupart du temps à nous embarquer dans son univers qui évoque à la fois les grands peintres épiques(Frank Frazetta, Boris Vallejo, Julie Bell, Louis Royo) et les grands classiques de la BD d’heroic fantasy (Slaine).  Avec Arawn, Sébastien Grenier met la barre très haut, vraiment très haut. Et on ne peut que l’en féliciter…

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Les liens du sang #2 [2009]

Nicolas L.
90

Encore plus réussi que le premier album, Les liens du sang continue de nous emmener dans un univers de dark fantasy totalement captivant. Son intrigue, d’une belle efficacité et faisant preuve d’une bonne utilisation des légendes celtiques et gaéliques, émane une atmosphère howardienne parfaitement entretenue par les magnifiques dessins de Sébastien Grenier, véritable peintre épique. Du grand art !

Que faut-il en retenir ?

  • Une intrigue riche, bien menée et captivante
  • Des dessins superbes
  • Un bon rythme narratif
  • De la fantasy adulte de qualité

Que faut-il oublier ?

  • Quelques cases, perfectibles

Acheter la Bande Dessinée Les liens du sang en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les liens du sang sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Arawn