75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Les ombres du Svartalaheim #2 [2008], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 5 avril 2010 à 00h54

Au pays des Alfes Noirs

Dans le premier tome d’Hammerfall, nous avions laissé le clan d’Harald Larsson en bien mauvaise posture. En effet, après avoir été attaqués par surprise et capturés par le renégat Björn et ses mercenaires francs et saxons, les Svears sont sur le point, au moment ou s’achève le premier opus, de servir de monnaie d’échange. Car Björn a décidé d’offrir quelques uns de ses prisonniers  aux Skanes, une race de redoutables Alfes, afin obtenir un droit de passage en Svartalaheim.

Le récit des Ombres de Svartalaheim se trouve être l’exacte continuation du tome précédent. On retrouve donc les svaers des frères Larsson au moment ou ils sont séparés, une partie étant offerts aux Skanes pendant que les autres continuent d’accompagner la colonne de Björn, en route vers le Vestfold. Parallèlement à cela, Sylvain Runberg développe une deuxième trame, en nous amenant en territoire franc, auprès de l’empereur Charlemagne, le commanditaire de l’expédition de Björn et de l’ecclésiastique Arno.

Après nous avoir laissé humer une légère fragrance fantastique dans le tome 1, le scénariste abat désormais des atouts qui ne laissent plus aucun doute sur la nature du récit. Ce qui était low fantasy avec La peine du Serpent devient dans Les ombres du Svartalaheim un véritable conte fantastique où les hommes croisent la route de peuples Alfes (Skanes et Fundinns) et voient les Dieux influer directement sur leur destinée. A coté de cela, il est bon de signaler que le récit reste toujours aussi « sérieux ». En effet, Sylvain Runberg s’attache toujours autant à éviter les clichés et traite son sujet avec un grand respect de la culture nordique et, désormais, de l’Histoire des Francs. Ainsi, par exemple, il nous dépeint un Charlemagne pas aussi clairvoyant que la légende l’affirme, père de deux fils (Louis et Carloman) qui font apparaître leurs rivalités de façon souvent peu noble.

Riche de tous ces éléments narratifs, l’histoire reste toujours aussi captivante à suivre. Il est certain que l’entrée en scène de nombreux nouveaux personnages amène le récit dans le registre de la fresque historico-fantastique, ce qui demande au lecteur un évident effort de concentration. Mais, rassurez-vous, le jeu en vaut la chandelle car tous les personnages, même les moins influents, amènent un degré dramatique supplémentaire à une saga aux enjeux universels.

Au niveau du dessin, si le trait de Boris Talijanjic n’atteint pas la magnificence de celui de Nicolas Fructus (illustrateur des couvertures de la série), son style classique est de très bonne facture et s’accorde parfaitement à une mise en cadre jouant la carte de la lisibilité. Une initiative pertinente car elle allège le travail de décryptage graphique du lecteur, lui laissant plus de facilité pour bien appréhender une intrigue très touffue et riche en personnages.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Les ombres du Svartalaheim #2 [2008]

Nicolas L.
90

Continuité d’une histoire fascinante, Les ombres de Svartalaheim est aussi captivant à lire que le tome précédent. Le style graphique reste le même, c'est-à-dire très lisible et de facture classique (on peut considérer cela, il est vrai, comme étant un point faible), et le scénario continue de développer une intrigue très bien construire… qui se permet même de se voir ajouter une trame supplémentaire. Bref, de la BD intelligente, pédagogique et dotée d’un véritable esprit épique.

Que faut-il en retenir ?

  • Un régal pour les fans de culture scandinave
  • Un grand respect du folklore et de la mythologie nordique
  • Un scénario riche
  • Une belle galerie de personnages
  • La couverture de Nicolas Fructus
  • Une grande lisibilité

Que faut-il oublier ?

  • Un style graphique très classique

Acheter la Bande Dessinée Les ombres du Svartalaheim en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les ombres du Svartalaheim sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hammerfall