75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Red Faction 2 [2002], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le mercredi 16 décembre 2009 à 10h29

Contre-révolution

Version testée : PS2

Après le succès mérité de leur premier épisode fin 2001, les développeurs américains de Volition et THQ réitèrent à peine un an après pour proposer cette suite.

On se souvient du premier épisode avec la possibilité de faire pas mal de trous dans les murs pour avancer dans les niveaux même si au final le concept intéressant s’était retrouvé un peu limité. On attendait donc beaucoup de cette suite qui malheureusement déçoit plus qu’autre chose… Tout d'abord, sans que cela soit grave, le jeu se dénature un peu au niveau scénario. On ne joue plus un colon/ouvrier exploité de Mars se soulevant avec la Red Faction mais un super-soldat allié à cette dernière combattant sur Terre. On incarne donc Alias, un soldat modifié avec de la nanotechnologie qui va se rebeller contre Sopot, dictateur du Commonwealth (rien à voir avec celui qu’on connaît) sur Terre qui avait décrété que Alias et ses potes étaient bon pour la casse. Le commando d’Alias mené par l’impassible Molov se rallie à la Red Faction pour faire tomber le régime de Sopot. On se combat donc parfois aux côtés des commandos comme la spécialiste de l’infiltration et du sabotage Tangier ou Repta l’armoire à glace de service armé de mitraillettes lourdes. Normalement, le renversement du régime se traduisant par l’assassinat de Sopot ne devrai dérouler qu’une nuit… Le scénario n’a rien de transcendant mais reste néanmoins sympathique avec un certain second degré dans les dialogues comme chez les gardes avant qu’on les surprenne à l’image de cette discussion entre deux bidasses concernant la vie sexuelle des soldats-mutants. 

Etant donné qu’on est l’expert en démolition, on commence directement le jeu avec un lance-roquette… Rien de moins, chose assez rare dans les FPS pour être signalé. Ce qui fait que le jeu est assez facile car on a dès le début des armes vraiment puissantes et qu’on est aidé par une intelligence artificielle pas vraiment en forme. En effet, les ennemis voyant que vous commencer à leur vider votre chargeur décident de se mettre à couvert, ce qui est bien mais on vous tournant carrément le dos… Ensuite quand on leur balance une grenade, à part hurler ce qu’on vient de leur balancer, ils restent bêtement sur place. Le jeu est donc un immense défouloir où l’on se déambule dans des niveaux, certes plaisants, à dégommer tout se qui bouge. Red Faction II fait vraiment dans le bourrin, celui qui tâche donnant une image franchement sympathique de la révolution… Preuve en est la possibilité de pouvoir porter deux armes comme les uzis et presque toutes les armes propose un tir secondaire assez violent… Et ce qui aurait pu sauver le jeu n'est pas présent : La possibilité de tout démolir se révèle finalement aussi basique et limité que le premier opus pusique tous les murs ne sont pas destructibles notamment les portes. Dommage que le jeu soit si court (moins de 10h) car cela enlève encore du prestige au titre qui volait pas haut. On appréciera les phases de véhicules où l’on se contente de tirer en hélico, en tank où en Mecha qui transforment l’ensemble en tir aux pigeons destructeur.

Concernant les graphismes, rien de bien transcendant, les améliorations si elles existent, par rapport au premier, sont invisibles ce qui fait que le jeu a franchement vieilli. Restent les explosions vraiment bien travaillées qui font qu’on en prend quand même plein les mirettes à ce niveau du début à la fin du jeu sans oublier quelques petites cinématiques assez jolies. Au niveau de la bande-son, mis à part une musique insipide, le reste est assez bien retranscrit donnant force aux explosions et autres bruits de batailles agrémentés de réactions bien amenées des combattants. Pour ce qui est du multijoueur, il propose pas moins d’une soixantaine de cartes bien différentes avec des modes classiques comme match à mort ou capture du drapeau mais rien de bien révolutionnaire tout en restant assez efficace. Dernière chose qui mérite d’être présenté : La présence de pas mal de dessins de développement et de quelques vidéos en bonus qui sont toujours des choses bien appréciables…

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Red Faction 2 [2002]

Bastien L.
60

Pour être clair, que se soit au niveau du solo que du multi, Red Faction II ne surpasse en rien son aîné car il n’apportant rien. Si on a le premier, le deux est donc vraiment loin d’être indispensable. Une preuve qu’il ne faut pas toujours se précipiter pour donner une suite à un jeu au risque de ne rien offrir de nouveau…

Acheter le Jeu Vidéo Red Faction 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Red Faction 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Red Faction

  • Voir la critique de Red Faction: Origins : Le messie de Mars
    40

    Red Faction: Origins Critique du téléfilm par Nicolas L.

    Le messie de Mars : Red Faction : Origins, de par son scénario très accessible, ne s’adresse pas uniquement aux fans de la franchise de THQ. Même s’il…
    Temps de lecture : 5 mn 58

  • Voir la critique de Red Faction : Détruire tout, c'est un métier !
    85

    Red Faction Critique du jeu vidéo par Bastien L.

    Détruire tout, c'est un métier ! : Un jeu qui prône le fun avant tout et réussit bien avec l'argument de la destruction et de l'action incessante malgré des passages…
    Temps de lecture : 3 mn 19

  • Voir la critique de Red Faction 2 : La Révolution n'est pas un dîner de gala.
    65

    Red Faction 2 Avis sur le jeu vidéo par Dark

    La Révolution n'est pas un dîner de gala. : Amis bourrins, bonsoir. Si les FPS ne sont pas toujours connus pour leur extrême finesse, Red Faction II l’est encore moins. L’une…
    Temps de lecture : 1 mn 7