75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Nitaar #1 [2006], par David Q.

Avis critique rédigé par David Q. le vendredi 15 septembre 2006 à 05h29

Tous au Nitaar

Ce premier tome inaugure une série transversale à Tessa en nous montrant l'histoire des autres agents intergalactiques. Swidz et Tessa (Mitric) vont donc visiter le fabuleux destin des agents dans le musée qui leur est consacré, nous donnant l'occasion de voir d'autres A.I. en action. On assiste donc à plusieurs moments de la vie de Nitaar, une agent arrogante, fonceuse et un peu trop sure de soi qui va vite déchanter devant les problèmes engendrés par sa solution à la diplomatie douteuse.
Si le concept est intéressant, il a tout de même un revers de médaille, celui de ne pas nous donner le temps de nous attacher aux autres agents. On ne voit Tessa qu'au début et à la fin du tome, pour faire la liaison avec les autres, et c'est dommage car on aurait plutôt imaginé une BD couplant les deux agents dans une même mission.
Les dessins sont signés Louis et assurent une transition tout en douceur. Le coté fun, vif et décalé de Tessa est laissé de coté pour un agent calculateur et morose auquel le style de Stéphane Louis ne colle pas. Voyant le même style graphique, on s'attend à la même chose du ton de la BD mais il n'en est rien. Du coup, l'album nous laisse un petit arrière-gout de déception alors que le scénario, toujours de Stéphane Louis, la mise en page et les dialogues sont bons. Certes on se serait attendu à un peu d'humour dans une série spin-off de Tessa et Nitaar est aussi drôle qu'une porte de prison allemande mais on s'y fait rapidement pour apprécier une histoire sérieuse et moins légère que notre jeune adolescente terrienne. On verra ce que donneront les - 41 ? - prochains tomes, mais si je peux me permettre un conseil en tant que fan de la série d'origine, c'est de copier l'exemple des Kookaburra Universe qui changent de styles de dessinateur à chaque nouvel album pour coller au mieux à l'histoire.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Nitaar #1 [2006]

David Q.
55

Un concept intéressant qui peut donner lieu à 42 tomes. Dommage que le style ne coïncide pas vraiment avec le ton de la BD.

Que faut-il en retenir ?

  • Le musée des agents
  • Une nouvelle série qui complète l'univers de Tessa
  • Une histoire intéressante

Que faut-il oublier ?

  • Bien moins drôle que Tessa
  • Des graphismes inadaptés au ton de la BD

Acheter la Bande Dessinée Nitaar en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Nitaar sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de 42 agents intergalactiques