75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Et l'Homme créa la Femme
Et l'Homme créa la Femme >

Critique du Film : Et l'Homme créa la Femme

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 8 juillet 2004 à 0032

Est-elle parfaite ?


Johanna est une carriériste, prête à tout pour faire monter l’audimat de sa chaîne, mais voilà, un jour elle va trop loin. A force de faire des reality-show sur la fidélité et les tentations humaines, elle finit par rendre un de ses candidats dément, et celui-ci tente d’assassiner sa femme et ses amants. Une telle histoire pouvant coûter cher a la chaîne de télévision, Johanna est virée et part essayer de redémarrer sa vie sur des bases saines, pour cela rien de mieux qu’une petite ville discrète des Etats-Unis. Mais voilà, sous l’aspect parfait des concitoyennes de la petite ville se cachent… des machines.
Remake d’un film de 1975, "Et l’homme créa la femme" n’apporte que peu de chose en plus, on pourrait même lui reprocher de passer carrément à côté d’un sujet en or. Car depuis les années 70, non seulement la technologie a continué d’avancer, mais en plus les femmes sont vraiment devenues les égales des hommes (dans le bon sens comme dans le mauvais). Ainsi comme les hommes, les femmes n’ont plus peur d’écraser leur prochain ou de faire passer la vie sentimentale en arrière-plan, pour réussir au mieux professionnellement..
Le problème de ce film, c’est qu’il n’est pas crédible a sa base, peu d’hommes aujourd’hui voudraient d’une femme potiche qui ne réfléchit pas et n’aurait aucune conversation autre que la cuisine, il aurait été plus intéressant de voir des machines différentes se prêtant au caractère de chacun des hommes et même jouer sur les deux tableaux et pousser ainsi plus la réflexion sur ce qui nous caractérise en tant qu’être par rapport à une machine et ce qui fait que l’on aime ou pas.
Frank Oz préfère donc se contenter de faire une comédie très amusante sur le moment mais qui à la sortie laisse un arrière-goût que le tout aurait pu être meilleur, plutôt que faire une comédie bonne enfant, il aurait justement put se démarquer et porter une satire piquante à l’écran. D’autant plus que le casting de ce film est magnifique et possède des grands talents comme Nicole Kidman, Matthew Broderick ou encore Glenn Close et Christopher Walken.
On ne peut qu’imaginer ce qu’aurait pu donner un tel casting et un tel sujet dans les mains d’un Tim Burton dont le sujet laisse à croire que seul lui aurait pu vraiment donner à ce film son plein potentiel. Pas que Oz ne soit un mauvais réalisateur, mais il n’est pas de ceux qui prennent des risques, il se contente ainsi d’une étiquette de bon faiseur et n’a jamais du moins pour l’instant voulu aller plus loin et prendre un parti pris ou un style propre qui lui permettrait de se démarquer.

La conclusion de

La bonne humeur et les acteurs de talent font que ce film est plaisant à regarder, mais le scénario du film et la mise en scène ne font qu’effleurer le potentiel du sujet, et il est d’autant moins pardonnable que ce film est un remake. Divertissant faute de mieux.

Acheter Et l'Homme créa la Femme en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Et l'Homme créa la Femme sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de The Stepford Wives

En savoir plus sur l'oeuvre The Stepford Wives