75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film d'animation : L'Âge de glace : Les Lois de l'Univers
L'Âge de glace : Les Lois de l'Univers >

Critique du Film d'animation : L'Âge de glace : Les Lois de l'Univers

Avis critique rédigé par Bastien L. le samedi 16 juillet 2016 à 10:50

Un peu trop surgelé...

Critique de la VF en 2D.

Avec ce cinquième épisode, la saga L'Âge de Glace est à présent la plus prolifique en ce qui concerne les films d'animation sortis au cinéma. Une longévité qui s'explique par le fait qu'il s'agit de la série la plus populaire (donc la plus lucrative) des Américains de Blue Sky Studios qui n'a jamais vraiment réussi à trouver de quoi égaler les aventures de Manny, Sid et Diego malgré de nombreux essais. Quitte à un peu trop tirer sur la corde ?

Le studio américain Blue Sky est souvent considéré comme un des plus populaires en ce qui concerne la création de films d'animation en images de synthèse après les locomotives/rouleaux compresseurs que sont Disney/Pixar et DreamWorks. Une filmographie qui démarre en 2002 et la sortie du premier Âge de Glace qui marque le début d'une série de succès jamais démenti ce qui n'est pas le cas des autres productions du studio (Robots, Horton, Epic ...) si ce n'est les deux Rio. Pour cette franchise, chaque épisode réussit à dépasser les 300 millions de dollars au box-office mondial contrairement à tous les autres projets du studio, Âge de Glace mis à part. Une situation économique qui pousse logiquement Blue Sky à poursuivre cette histoire d'animaux préhistorique vivant durant l'ère glacière puisque les 4 premièrs films de la franchise ont rapporté près de 2,5 milliards... On comprend mieux leur volonté (et celle de la Fox, distributeur) de continuer à proposer de nouvelles aventures qui sont encore une fois confiée à l'ancien de la maison Mike Thurmeier ayant travaillé sur L'Âge de Glace depuis le premier épisode (comme réalisateur depuis L'Age de Glace 3 : le temps des dinosaures) accompagné d'un autre ancien Galen T. Chu lui aussi là depuis le début. Après avoir sauvé un humain, survécu à la fonte des glaces, aux dinosaures et aux pirates, les héros de L'Âge de Glace vont cette fois-ci sauver le monde...

Comme pour chaque épisode, le métrage commence avec Scrat qui continue à vouloir stocker son fameux gland (ce n'est pas sale...). Cette fois-ci, il se retrouve à bord d'un vaisseau spatial lancé dans une course folle qui va créer une sorte de big-bang mettant toutes les planètes dans leur bon axe autour du soleil mais aussi créer une météorite immense qui menace de s'écraser sur la Terre. De leur côté, Manny le mammouth, Sid le paresseux et Diego le tigre à dents de sabre vivent paisblement avec chacun ses questions existentielles : Manny voit sa fille Pèche se marier et s'éloigner de lui alors qu'il n'apprécie guère son gendre un peu trop enthousiaste. Diego, en couple avec Kira, se demande s'il est prêt ou pas à avoir des enfants du fait de son statut de prédateur et Sid n'arrive pas à se trouver une copine... Ces problèmes vont faire face à une fin du monde imminente qui peut être évitée selon la belette aventureuse et un brin timbrée Buck (issus du troisième épisode) qui a trouvé une sorte de prophétie expliquant qu'une telle catastrophe s'est déjà produite. Nos héros n'ont pas d'autres choix de que de tenter d'empêcher la fin du monde qui va aussi permettre de révéler en eux les solutions face à leurs problèmes. Le chemin sera rude et périlleux d'autant plus que Buck entraîne dans son sillage un trio de dinosaures volants souhaitant se repaître de la fin de l'ère des mammifères...

Le plus gros problème du film est incontestablement son scénario qui n'a ni queue ni tête du début à la fin. Cela est d'autant plus frappant quand on se souvient de l'intrigue bien plus intéressante et maîtrisée du premier opus malgré sa faible ambition. Alors certes, les scénarios des épisodes de L'Âge de Glace n'ont jamais été des modèles du genre ni évidemment plausibles mais ils offraient néanmoins un semblant de logique. Ici, c'est comme si les différents scénaristes avaient d'emblée abandonner l'idée d'être cohérents. Cela en est à tel point que les personnages eux-même questionnent à plusieurs reprises les bien fondés de l'intrigue à travers les plans des personnages. Pourtant, entre les réalisateurs et le scénariste Michael J. Wilson, il reste des garants de la série et on en retrouve évidemment l'esprit dans les questions existentielles du trio original, dans de nombreux gags et surtout dans l'humour délicieusement cartoonesque et absurde mettant en scène Scrat. Pour le reste, on est de plus en plus sceptique au fur et à mesure que l'intrigue avance et le film ne tient la route que grâce à une succession de gags qui marchent toujours très bien sur un jeune public. Les adultes quant à eux regardent un groupe d'animaux préhistoriques souhaitant sauver le monde en repoussant une météorite fonçant droit sur la Terre...

Les Lois de l'Univers tombe donc bêtement dans le piège de la suite qui n'a pas grand chose à apporter comme si les scénaristes avaient des tonnes d'idées faisant intervenir tous les personnages n'arrivant finalement pas à les mélanger. Cela devient donc une suite qui tente à tout prix d'en mettre le plus possible et de donner le maximum à chaque personnage afin de contenter tous les amateurs de la licence au lieu de faire des choix courageux permettant d'avoir une histoire mieux tenue. En l'état, cela part dans tous les sens et certains personnages peuvent agacer tandis que les moments voulus sérieux ne fonctionnent quasiment pas. On peut aussi regretter la volonté des scénaristes de vouloir rapprocher les comportements de ces animaux des humains mais cela dénature de plus en plus l'esprit des premiers films et cela ne fait pas tout le temps mouche : voir des animaux préhistoriques parler en verlan ou faire une succession de hashtag... On frôle souvent la paresse d'écriture. Et les nouveaux personnages s'avèrent finalement assez anecdotiques... L'intrigue est affligeante mais on apprécie le métrage par courts moments car on retrouve nos personnages préférés réussissant parfois à nous faire sourire tout en amusant les plus jeunes. Et encore une fois, les meilleurs passages sont ceux avec Scrat qui restent des véritables bouffées d'oxygène dans ce long-métrage parfois indigeste. A se demander pourquoi Blue Sky ne tente pas le pari de créer un film centré sur sa mascotte...

Techniquement, le film est une nouvelle fois assez solide même si le bond n'est pas énormément flagrant par rapport au quatrième épisode. Quoiqu'il en soit, on sent une nouvelle fois la maîtrise qu'a Blue Sky Studios en ce qui concerne les images de synthèse. Alors certes, on reste un poil en dessous de ce qu'ont pu proposer Disnet/Pixar (Zootopie et Le Monde de Dory) comme DreamWorks (Kung Fu Panda 3) cette année. On est absolument pas dans une production de seconde zone en revanche. On trouve ça beau sans jamais que cela soit impressionnant. Cela vient aussi du fait qu'il n'y a pas vraiment de folie en ce qui concerne les décors et environnements traversés par les personnages, on reste dans le classique. Seuls les passages dans l'espace et un environnement coloré à la fin viennent un peu casser la monotonie. C'est plus dans les animations que le studio continue à nous enchanter en revendiquant toujours ce côté comique absurde et cartoon qui fonctionne toujours aussi bien. Un des points toujours aussi positif reste la qualité du doublage français se concentrant toujours autour du trio Gérard Lanvin, Vincent Cassel et Elie Semoun entouré de professionnels du doublage offrant un résultat toujours aussi bon. Dommage qu'à côté, la musique soit aussi anecdotique. En ce qui concerne la mise en scène, c'est une nouvelle fois du très classique, assez lisible, et on retient juste un plan-séquence assez rythmé et ambitieux mettant en scène Buck au début du film. Et encore une fois, les meilleurs moments restent ceux avec Scrat montrant que Blue Sky est en quelque sorte le digne héritier des cartoons façons Looney Tunes et autres...

51

Ce nouvel épisode de L'Âge de Glace est une déception en comparaison avec tout ce que la saga avait su nous offrir. Cela s'explique par un relatif manque d'inspiration de la part d'une équipe créative ne réussissant à nous proposer qu'un scénario prétexte et complètement décousu comme des environnements déjà vus et peu impressionnants. Néanmoins le film reste efficace pour un jeune public en commençant par les pitreries de Scrat et le fait de retrouver des personnages qu'on apprécie toujours autant. Il serait peut-être temps pour la saga d'en rester là....

Critique de publiée le 16 juillet 2016.

Acheter L'Âge de glace : Les Lois de l'Univers en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'Âge de glace : Les Lois de l'Univers sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !