75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film d'animation : L'Âge de glace : La dérive des continents - 3D #4 [2012], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le lundi 9 juillet 2012 à 18h20

Pirates of the Ice Age

Critique de la version française en 3D

Pour le plus grand bonheur des jeunes et des moins jeunes, cela fait maintenant dix ans que Scrat court après ses glands. Dix ans que l'on suit avec plaisir les aventures de Manny, Diego et Sid qui sont devenus, avec notre écureuil préhistorique, des personnages importants de la culture pop actuelle. Dix années se sont donc écoulées entre le très bon L'Âge de Glace et ce quatrième épisode qui fait rentrer la saga dans l'ère de la 3D.

Quatre épisodes en dix ans, cela fait quand même beaucoup, mais il faut comprendre que cette saga est la principale propriété intellectuelle des studios d'animation Blue Sky qui ont du mal à faire aussi bien que L'Âge de Glace avec leurs autres projets. En effet, seul Rio semble avoir eu un succès méritant une suite alors que Robots ou Horton n'ont pas vraiment convaincu. La force du studio américain a été de proposer une histoire assez originale avec des personnages aux caractères forts, offrant une bonne alchimie, tout en réussissant à se renouveler pendant trois films - surtout grâce à l'apport de nouvelles têtes s'intégrant bien à l'ensemble. Il y a véritablement un esprit Âge de Glace que l'on reconnaît rapidement et qui se confirme à tr'avers les responsables des différents opus. Si les deux réalisateurs originaux, Chris Wedge et Carlos Saldanha, sont désormais occupés par d'autres projets, ils ont passé la main à des animateurs maisons. Il s'agit ici de Steve Martino et de Mike Thurmeier, dont le second à co-réalisé le troisième épisode. Et cet esprit si particulier est bien sur incarné par LA trouvaille de la série : Le personnage de Scrat, l'écureuil accroc aux glands ne réussissant jamais à en déguster un tant il est victime de ses catastrophes. Un protagoniste cartoonesque au possible qui est intégré en marge du récit des héros principaux, et volant donc souvent la vedette par de petites scènes désopilantes fonctionnant toujours autant.


Et c'est donc par ce personnage que s'ouvre ce quatrième épisode. Notre insatiable rongeur du passé va carrément provoquer à lui seul la dérive des continents... Et ce grâce à une fissure extraordinaire qu'il sait provoquer avec méthode, le menant jusqu'au noyau terrestre avec son trésor tant convoité. Et c'est là qu'il va dessiner la Terre que l'on connait actuellement. Malheureusement, cette action de Scrat va encore mettre dans le pétrin Manny le mammouth, Diego le tigre à dents de sabre et Sid le paresseux... Le premier a d'ailleurs quelques problèmes familiaux étant donné qu'il est père d'une adolescente, Pêche, qui commence à réclamer une certaine indépendance et s'intéresser aux garçons. Du côté de Sid, sa famille dysfonctionnelle le retrouve pour lui refiler sa grand-mère, aussi désagréable que folle, afin de pouvoir migrer tranquillement. Mais à peine le temps de voir ces personnages ensembles que leur foyer se divise en plusieurs morceaux qui voient nos trois héros du début séparés des autres et dériver au milieu des océans. C'est sur ces grands espace qu'il vont avoir affaire au terrible capitaine Gutt, un gorille menant une bande de pirates composée d'animaux préhistoriques qui voguent sur un iceberg et s'attaquent à tous ceux qu'ils croisent. L'équipage va devenir le principal ennemi du film et compte en son sein la belle tigresse à dents de sabre blanche Shira qui challengera bien sûr notre fier Diego.

La quête de nos trois acolytes sera donc de retrouver la famille de Manny qui doit lutter contre l'avancée de terres vers l'océan et les côtes qui s'effondrent. Ce voyage va permettre à Pêche de comprendre quelle est sa place dans le monde tandis que Manny va repenser son rôle de leader qu'il confronte avec celui du tyrannique capitaine Gutt. Film destiné aux enfants et adolescents, il ne se sépare pas de quelques morales que l'on a déjà vu et revu dans ce type de productions. Et c'est surtout le personnage de Pêche qui en pâtit avec une intrigue qu'on croirait tout droit sorti d'un film se déroulant dans un lycée américain... Heureusement qu'elle reste secondaire et que le gros morceau, voire la surprise, du film tourne autour du thème de la piraterie. Même si le capitaine Gutt est forcément caricatural, on se surprend à rentrer complètement dans cette idée folle de pirates préhistoriques voguant sur des morceaux de banquise. Cela apporte du mouvement à l'histoire et quelques bonne scènes d'action avec des séquences d'abordage. L'aventure est assez rythmée avec un humour toujours aussi efficace faisant que petits et grands s'amusent dans la salle.


Cette idée de piraterie est donc la seule prise de risque du film car Blue Sky fait ici dans le très efficace. Il sera difficile pour les amateurs de la saga de ne pas aimer ce nouvel épisode. Les pitreries de Scrat sont toujours aussi bien écrites parvenant toujours autant à faire mouche. Pour Manny, Diego et Sid, on peut regretter l'alchimie plus « intimiste » de leur première aventure, qui reste à ce jour le meilleur épisode. Mais les retrouver est toujours autant un plaisir tout en laissant un peu de place à Ellie, Eddie et Crash les opossums cinglés. Les petits nouveaux s'insèrent bien dans les différents groupes et l'humour réussit à fonctionner sur plusieurs niveaux. Les petits répondent bien aux gags très visuels et les plus grands aimeront l'humour plus grinçant comme sur le thème de la vieillesse avec la grand-mère de Sid. Et on salue encore une fois le trio Gérard Lanvin, Vincent Cassel et Elie Semoun qui font toujours aussi bien vivre leurs personnages. Le casting vocal français est par ailleurs dans son ensemble vraiment bons sauf en ce qui concerne le passage chanté du capitaine Gutt, démontrant ainsi que le film n'est pas exempt de quelques maladresses. Par ailleurs, les musiques sont tout au long du film assez insipides, ce qui est dommage quand on sait que c'est John Powell qui est derrière.

Alors oui, certains pourront penser que cet épisode est celui de trop avec une histoire qui fonctionne pas forcément, en raison de sa qualité d'écriture et son originalité. Mais on accroche, surtout grâce aux personnages familiers et aux péripéties vraiment bien réalisées. Bien réalisées d'abord dans le sens technique du terme avec Blue Sky qui, comparé à Pixar ou DreamWorks, n'est plus aussi en retard . Les scènes de destructions provoquées par la dérive des continents apportant quelque effets magistralement réalisés. Ajoutez à cela les affrontements entre nos héros et les pirates et on s'en prend vraiment plein les yeux. Le character design des nouveaux protagonistes fonctionne à merveille et les pirates ont une identité visuelle vraiment intéressante. Un mot aussi sur la 3D qui est assez confortable pour cette production avec, par moments, quelques bons effets de profondeur lors des scènes de grand large. Néanmoins, ce n'est pas encore un film qui nous fera comprendre le besoin indispensable de cet outil... Cet Âge de Glace est finalement un véritable blockbuster d'animation, un film familial estival qui remplit parfaitement son rôle par sa grande efficacité et une réalisation dynamique. On ne s'ennuie jamais pendant le métrage avec le produit d'un studio comprenant qu'il ne peut lutter avec les cadors du genre mais sait rester sur le podium car il mise tout sur le grand spectacle.

 

 

La conclusion de à propos du Film d'animation : L'Âge de glace : La dérive des continents - 3D #4 [2012]

Bastien L.
63

Alors qu'on pouvait craindre le pire pour ce nouvel épisode de l'Âge de Glace, Blue Sky sauve les meubles en proposant ce que les spectateurs attendent. Alors oui, la prise de risque n'est pas énorme mais le savoir-faire du studio nous sort un métrage calibré pour faire plaisir à toute la famille. Un spectacle finalement sympathique - sans plus - pour une saga qui ferait peut-être bien d'en rester là. Le plat devient de plus en plus réchauffé

Acheter le Film d'animation L'Âge de glace : La dérive des continents - 3D en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'Âge de glace : La dérive des continents - 3D sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'Âge de Glace