75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Ratchet & Clank : All 4 One >

Critique du Jeu Vidéo : Ratchet & Clank : All 4 One

Avis critique rédigé par Bastien L. le jeudi 25 juillet 2013 à 11:01

Les 4 mousquetaires de la galaxie

La longue et riche saga Ratchet & Clank a sûrement atteint le nirvana du jeu d'action/plates-formes avec l'excellent A Crack in Time. Le titre atteignait une perfection dans tout ce que le créateur de la série, Insomniac Games, avait entrepris depuis le premier jeu en 2002. Après un tel paroxysme, on en attendait beaucoup de ce All 4 One surtout axé multijoueur.

Comme le titre l'indique, ce nouvel épisode regroupe jusqu'à quatre joueurs, en ligne ou en local, ayant pour mission de sauver une nouvelle fois la galaxie aux côtés de Ratchet et de Clank. Ceux-ci sont cette fois accompagnés par deux alliés de choix - l'opportuniste, hypocrite et pleutre Capitaine Qwark (qui est quand même le président de la Galaxie !) et le robot génie du mal mégalomane Dr. Nefarious - que les fans connaissent bien et qui ont souvent mis nos zygomatiques à rude épreuve.

Mais comment est-on amener à collaborer avec notre pire ennemi ? Tout simplement parce qu'un autre plus redoutable entre dans l'équation ! Ce point de départ est amené par le personnage de Qwark, qui est invité à recevoir un prix de héros. Sur place, il doit faire un discours devant une créature dangereuse cryogénisée qui va se trouver réanimée par Nefarious. Malheureusement pour lui, la créature détruit son vaisseau, et il doit la combattre aux cotés de ses ennemis pour survivre. Après une victoire difficile, nos quatre héros sont fait prisonnier par une énorme station spatiale. Ils découvrent ainsi qu'ils sont à bord de l'Ephemeris, chargé de répertorier toutes les créatures vivantes afin de les étudier ou de les utiliser à d'étranges fins. Amenés dans le système d'où vient l'inquiétant vaisseau, ils suivent la trace del'éminent professeur Croid qui explique, par son journal, que son assistant Nevo est responsable de sa chute et des machinations derrière l'Ephemeris.

Le jeu a donc le mérite d'offrir une petite histoire à la hauteur de la saga, et ce même si elle reste loin de l'ambitieuse trame de A Crack in Time. On prend plaisir à suivre cette aventure, d'une part grâce aux personnages (toujours aussi attachants), mais également parce que les magnifiques cinématiques sont ponctuées d'un humour très efficace et souvent trop rare dans le jeu vidéo (en dehors des point & click). L'alchimie entre les quatre personnages fonctionne bien, surtout grâce au décalage apporté par le Dr. Nefarious et sa rivalité avec le très naïf Capitaine Qwark.

On a ainsi constamment le sourire aux lèvres, et pas seulement pendant les cinématiques : pendant les phases de jeu, les personnages se parlent entre eux et ont des animations caractéristiques, à l'instar de l'habituel rire improbable de Clank ou les coups digne d'un ninja de Qwark. Les bonnes idées fourmillent, à l'image comme ce robot-gardien géant qui surveille les héros d'un regard suspicieux quand il tape un code d'accès, et cache le panneau avec une main faisant trois fois leur taille. Un exemple parmi tant d'autre d'un titre avant-tout familial car convivial, que l'on a plaisir à partager. On note, de plus, avec un véritable plaisir, la qualité apportée par Sony à la localisation de cette série, les doublages français étant parfaits.

Si les quatre personnages sont différents dans leurs animations, ils se jouent globalement de la même façon. Les seules différences concernent leurs armes (Clank peut ralentir le temps et Nefarious se rendre invisible par exemple). On regrette d'ailleurs un manque de folie évident dans les armes tant Insomniac semble avoir fait le tour des possibilités, et se révèle même peu inspiré pour cet opus. Ainsi, on a tendance à toujours utiliser les quatre ou cinq mêmes, malgré la quinzaine disponibles. Les armes sont par ailleurs mal optimisées : les plus puissantes en terme d'explosion s'avèrent frustrantes par manque de munitions, alors que celle changeant les ennemis en cochons/sangliers est clairement trop puissante (d'autant plus qu'on peut combiner les différentes armes pour augmenter leur puissance si les joueurs tirent dans le même sens). A noter que les munitions sont ici gratuites, et on peut en récupérer à des moments donnés et même les améliorer très sommairement (mais on reste loin des possibilités des épisodes antérieurs).

Les graphismes sont quant à eux vraiment sublimes et tout en couleurs. On en prend véritablement plein les yeux pendant toute l'aventure, la direction artistique (toujours aussi soignée) apportant de la diversité dans les niveaux que l'on traverse. Les qualités intrinsèques de la série sont donc conservées dans ce qui fait sa force principale : une forte personnalité grâce à une ambiance qu'on reconnaît tout de suite. Les ennemis loufoques mélangeant créatures dangereuses et robots agressifs sont toujours présents, les décors s'affichent à perte de vue (même si les caméras sont fixes pour cet épisode, multijoueur oblige) et le tout est bien sur bien enrobé d'un travail sonore parfait (tant dans les bruitages que dans les de bonnes musiques qui oscillent entre le classique et l’électronique).

Si l'ambiance et l'identité de la saga ont été respectées par Insomniac Games, qu'en est-il de cette nouvelle orientation surtout multijoueur ? On sent que les développeurs se sont encore une fois inspirés de ce qui est fait du côté de chez Nintendo. Après un Crack in Time faisant penser à Super Mario Galaxy et son système de planètes, All 4 One rappelle quant à lui le très bon New Super Mario Bros. Wii, voire la saga des Lego en jeu vidéo. On a affaire à un mélange d'action/plates-formes assez classique dans son déroulement, où quatre joueurs peuvennt autant s'entraider que se tirer la bourre (en ce qui concerne le ramassage des boulons, la capture de créatures ou la survie tout simplement). Les séquences nécessitant le travail en équipe et celles où l'on doit créer des chaînes pour traverser des précipices pourront se terminer dans de sacrés fou-rires. A noter qu'il existe également un mode solo, mais qui est assez décevant vis à vis de ce que la saga nous a offert par le passé. All 4 One est à faire exclusivement en multijoueur donc.

D'une manière générale, All 4 one s'apparente tout de même à un Ratchet & Clank au rabais, notamment quand on pense aux possibilités que nous avait offert la série. L'orientation multijoueur supprime la liberté qu'on avait réssenti dans A Crack in Time. Fini les voyages et l'exploration spatiale et les différents embranchements dans les planètes comme les combats en arènes, ici, tout est balisé selon une route bien précise. Les phases de plates-formes et les énigmes sont aussi assez simples vu la volonté de rendre le titre le plus accessible possible (mais nécessiteront quand même un bon timing). On conserve néanmoins le total contrôle des personnages sans grand assistanat mais sans grande frustration non plus étant donné que les joueurs à la traîne n'auront qu'à presser le bouton triangle pour rejoindre les autres. Enfin, le côté action devient un peu répétitif sur la fin, avec trop de phases de combat avant un boss final où il faudra vider des caisses et des caisses de munitions.

Les développeurs ont au moins pensé à diversifier le gameplay à travers les gadgets, comme l'aspiro-propulseur permettant de ramasser et d'envoyer valdinguer des objets, ennemis ou alliés pour atteindre des plates-formes lointaines. Les trois autres gadgets permettent donc de diversifier les énigmes. On saluera également les changements conséquents de jouabilité lors de certaines phases avec des jetpacks où il faudra se frayer un chemin en vue de face dans des niveaux riches en pièges et ennemis, ou encore des séquences plus ponctuelles, avec par exemple du ski nautique ou la traversée d'une forêt sombre avec une source de lumière qu'il faudra trimballer comme protéger.

Même si les fans sentiront que le jeu est loin des capacités de la série, il n'empêche que l'on s'amuse vraiment dans cette aventure qui prend une dizaine d'heures à boucler, et qui n'a pas le même cachet à deux ou à quatre joueurs. Ainsi la rejouabilité existe entre le online et le local, ou encore pour améliorer les personnages à fond entre leurs armes et les secrets à découvrir dans le jeu. Ils prennent la forme des boulons et points de compétence habituels offrant des bonus comme des nouveaux costumes ou des travaux préparatoires à consulter dans le menu principal. L'impossibilité de tout voir dès le premier passage et l'humour du jeu offrent donc une possibilité de revenir sur ce titre dont la convivialité est le maître mot.

75

Certes, ce Ratchet & Clank n'est pas ce que la série a proposé de mieux. Il n'empêche que les grandes qualités de son ambiance et de son univers restent intacts. On prend toujours autant de plaisir à vivre les aventures du Lombax et de son pote robot, ici très bien accompagnés. Une aventure drôle et magnifique, qu'on peut vraiment partager avec ses proches ou des inconnus en ligne. Tout n'est pas parfait mais cela est fait avec une telle qualité dans l'idée de convivialité que l'on traverse le jeu avec un vrai plaisir et qu'on peut y revenir avec envie.

Critique de publiée le 25 juillet 2013.

Suis nous sur facebook !

Notre critique vous a convaincu ? Pourquoi ne pas l'acheter ?

Nous vous proposons de comparer les prix de ce produit sur différents sites d'achats en ligne dans lesquels vous pouvez avoir confiance. Constituez votre panier grâce aux liens suivants qui vous proposerons différentes éditions ou des produits similaires.

Trouver ce produit sur Fnac.com Trouver ce produit sur Amazon.fr