75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Ratchet : Gladiator
Ratchet : Gladiator >

Critique du Jeu Vidéo : Ratchet : Gladiator

Avis critique rédigé par Bastien L. le vendredi 30 octobre 2009 à 1101

Ceux qui vont détruire des robots te salut !

Quatrième aventure d’un des duos les plus attachants des galaxies environnantes, j'ai nommé Ratchet & Clank qui nous livrent ici une expérience encore une fois sympathique mais un peu moins convaincante.

Ratchet : Gladiator est l'oeuvre d'Insomniac Games déjà responsable des épisodes précédants. L’histoire reprend d'ailleurs là où le troisième opus s’était arrêté : Ratchet et son compère sont les commandants du vaisseau Phœnix mais se retrouvent kidnappés en compagnie du génie-dingue Al par des étranges robots du secteur de l’Ombre. Ces derniers sont à la botte de Gleeman Vox, sorte de magnat de l’audiovisuel produisant un jeu de télé-réalité voyant s’affronter des gladiateurs dans des mondes sombres et ravagés. D’où le titre de l’opus qui voit Ratchet obligé de participer à l’émission en tant que héros tout en se frottant aux exterminateurs qui sont les gladiateurs chargés de stopper, très violemment, la progression des nouveaux venus. Exterminateurs menés par le héros repenti Ace Hardlight rattrapé par sa soif d’extermination. On enchaîne donc les missions principales et secondaires sur des planètes hostiles ou dans des arènes en délire sous les commentaires de deux présentateurs plutôt cocasses entre le loser vert Dallas et la jolie robot un tantinet psychopathe Juanita. Il est dommage que la critique visible des dérives de la télé-réalité et de la manipulation des images soient noyés dans un humour tout public et une débauche d’action frénétique. L’idée était quand même intéressante. La suite du scénario reste assez sympathique avec toujours cet humour qui fonctionne à merveille.

Le gros problème du jeu, est qu’il n’apporte pas vraiment grand chose à la série et ne peut que rougir devant la qualité de ses aînés. Ce n’est pas un mauvais jeu mais on était en droit d’en attendre plus. Déjà la qualité graphique n’est pas vraiment augmentée mais en plus les différentes planètes visitées ne proposent que des teintes sombres et répétitives. Ensuite, vu qu’on ne joue que Ratchet, toutes les parties avec Clank n’existent pas et les phases qui pourraient variés le gameplay avec des véhicules se retrouvent amputés par une jouabilité approximatives… Le reste du jeu est une succession de destruction d’ennemis avec une cadence assez infernale rendant le jeu assez explosif. Les quelques phases de plates-formes sont trop discrètes pour passer au premier plan. Les défis se succèdent donc à une vitesse folle (parfois on finit un défi rapidement sans vraiment s’en rendre compte) avec la bonne idée d’une difficulté ajustable pour ne jamais bloquer la progression du joueur. Plus classiques sont la dizaine d'armes à acheter avec les boulons par milliers qu’on ramasse et qui peuvent être améliorées plus on les utilise pour devenir plus puissantes, plus efficaces ou avec un chargeur plus important… On retrouve les mitraillettes, le sniper, le lance-roquette, le lance-tourelle… Ces armes peuvent être transformées grâces à des modifications permettant à tel arme de lancer en même temps que ses munitions des arcs électriques ou une autre de transformer les ennemis en gentils animaux de ferme. A noter qu'on est aussi accompagné par deux robots qui nous protègent et peuvent aussi se voir assigner une tâche comme tourner un écrou ou placer une charge explosive, on peut aussi augmenter leurs capacités et leurs looks.

L’ensemble est donc bien pensé pour que le côté action soit vraiment le cœur du jeu avec une débauche de destruction vraiment jouissive tombant au bout d’un moment dans le répétitif quelque peu retardé par le côté RPG des armes et du héros qui troque son expérience contre une plus grande barre de vie. L’ambiance sonore est d’ailleurs impeccable nous plongeant vraiment dans une guerre relatée par un show télévisé avec un casting vocal irréprochable malgré des musiques assez anecdotiques. Après, seul les vrais fans voudront terminer le jeu à fond et y revenir histoire de rallonger la courte durée de vie (une dizaine d’heures) du mode solo. Le jeu propose néanmoins un mode multijoueur mais qui n’est pas franchement exceptionnel avec des modes classiques comme match à mort ou roi de la zone… Le tout peut aussi se jouer en ligne.

La conclusion de

Ratchet : Gladiator est le genre de suite qui déçoit fortement mais qui reste quand même un bon jeu. Un vrai défouloir ponctué d’humour efficace.

Acheter Ratchet : Gladiator en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Ratchet : Gladiator sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Ratchet & Clank

En savoir plus sur l'oeuvre Ratchet & Clank