75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Le Plan du Serpentaire
Le Plan du Serpentaire >

Critique de la Bande Dessinée : Le Plan du Serpentaire

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 25 avril 2013 à 0655

L'ultime chapitre de la série Zodiaque ?

Voilà édité chez les éditions Delcourt, avec "Le plan du serpentaire ", le treizième et dernier tome de la série Zodiaque. Depuis le 7 mars 2012 sont parus 12 albums traitant chacun d'un signe particulier du zodiaque et se posant comme une chaine conduisant à cet ultime volet. C'est désormais chose faite, qu'en est-il réellement ?

La première chose sur laquelle on pourrait logiquement se questionner est : qu'est-ce que le serpentaire ? Est-ce un autre signe du zodiaque ? Ce terme trouve-t-il une autre signification ? Après avoir effectué une légère recherche, on peut apprendre que le serpentaire est une constellation de l'hémisphère nord traversée par le Soleil du 29 novembre au 18 décembre. Reconnu en 1930, ce 13éme signe représentant un homme portant un serpent à bout de bras n'est cependant pas assimilé comme un signe astrologique, et cela pour des raisons purement esthétiques, les étoiles du Scorpion en étant trop proche.

L'album s’amorce par un prologue où nous découvrons enfin le nom de la mystérieuse inconnue qui, en fin de chaque album, se réapproprie chacun des douze mystérieux médaillons. Chiara Ophucci - c'est son nom - ayant désormais tous les signes en sa possession, retrouve un certain Konrad Zwöf, professeur spécialisé dans l'étude de l'astrologie qu'elle avait rencontré quinze ans plus tôt. Chiara n'est pas seulement une charmante demoiselle sous l'emprise psychologique du charismatique Konrad (qui pourrait très bien être apparenté à un gourou), elle est aussi une "métamorphe" parfaitement capable de changer d'apparence à son gré.

Extrait Zodiaque tome 13

A partir d’une idée de Guy Delcourt, développé par un Eric Corbeyran guidé quelque peu par Grégoire Seguin (délégué éditorial des éditions catalogue Delcourt,) "Le plan du serpentaire " se pose comme une parfaite conclusion, en tout point logique, mais pas forcément prévisible. Certes, la fin laisse entrevoir une porte ouverte, dans le cas où l'éditeur voudrait pousser plus loin certains aspects traités. Chaque morceau de puzzle et chaque élément entrevu dans les divers albums amènent une réponse et on retrouve à travers des "flashbacks " chacun des personnages vus précédemment. Bien entendu, on pourra toujours regretter qu'une fois de plus "le sexe" et la "jalousie" soient encore l'un des principaux leitmotivs des protagonistes. Guère original. Pour autant, voir toutes les intrigues se lier et être témoin de la maîtrise de Corbeyran en matière de "manipulation" rendent l’ensemble efficace et si Zodiaque n'offre pas un final renversant (il y a peu d'élus pour ça), la série a l'avantage de posséder une conclusion subtile et convaincante. Par contre, à l'inverse des 12 précédents albums qui possédaient une certaine indépendance, cet ultime volet n’a d’intérêt que si les lecteurs ont au moins déjà lu la moitié des albums précédents, et dans l'idéal absolu, la totalité.

Côté illustration, la série se termine par une collaboration entre Étienne Le Roux (Amenophis IV, Le Serment de l'ambre) et Jérôme Brizard (qui occupe une position principale de coloriste, mais qui est aussi crédité comme dessinateur). Si quelques rares cases peuvent apparaître avec des proportions étranges, le découpage et le trait du dessinateur favorisent parfaitement la lecture, avec des personnages expressifs.Étienne Le Roux arrive aussi à faire qu'on identifie rapidement chacun des personnages vus dans les douze précédents tomes, ce qui n’était pas le moindre des défis.

La conclusion de

Ceux qui ont suivi l'aventure Zodiaque depuis le début devraient trouver récompense puisque cet album chorale trouve là une conclusion logique et laisse transparaitre de belles qualités. On pourra bien reprocher quelques facilités, et on aurait peut-être une conclusion "plus épique", mais cela serait chipoter de trop. En fait, on ne peut que se réjouir que ces treize albums qui ont réussi à offrir l'essentiel : un divertissement en tout point honnête.

Acheter Le Plan du Serpentaire en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Plan du Serpentaire sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Zodiaque

En savoir plus sur l'oeuvre Zodiaque