75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le Supplice de la Vierge >

Critique de la Bande Dessinée : Le Supplice de la Vierge

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 27 août 2012 à 1354

Vertu et Morale autour de la Vierge.

La série Zodiaque -  qui arrive ici à son sixième tome - est presque en moitié de parcours (pour rappel, elle est constituée de douze récits indépendants et d’un treizième album « révélation »).  Dans "le supplice de la vierge", nous nous intéressons à une modeste et très discrète employée de bureau moscovite nommée Selena Talkian. Cette dernière, sous ses allures de citoyenne fantôme, se trouve avoir une double vie et écrit des romans fortement populaires et particulièrement provocateurs sous le nom d’Elena Satanik. Ses écrits faits de personnages dépravés, au style sans ambiguïté, aux pages gorgées d'orgies décadentes et de meurtres épouvantables ne sont pas sans choquer une catégorie de puritains. D'ailleurs, quelques-uns d’entre eux aimeraient bien mettre la main sur la demoiselle afin de la juger pour ses crimes contre la religion et la morale, et dans le cas d'une condamnation, exécuter pour sentence la peine de mort.

Cet album commence extrêmement bien. La première partie, présentant un personnage "à façade", est plutôt engageante. Puis, insérer une intrigue autour d'une catégorie de personnes se croyant au-dessus des lois et cherchant à entretenir "la bonne morale" était susceptible de permettre au scénariste d’établir un vrai débat et ainsi d'apporter une ambition supplémentaire à son récit. Enfin, un troisième élément narratif non dénué d'intérêt - d'ailleurs souvent approché par des auteurs comme Stephen King - : l'emprisonnement d'un écrivain dans un genre lorsqu'il en est considéré comme un maître. D’ailleurs, pourrions-nous y voir un message comme quoi Corbeyran lui-même aimerait conter des histoires moins "noire ou fantastique" ? Outre ces thématiques, le suspense et la curiosité fonctionnent aux petits oignons jusqu'à la moitié de l'album. La déception pointe son nez lorsque Corbeyran amène le lecteur à découvrir le passé des "bien-pensants ", dévoilant en eux des personnages en tout point exécrables, et extrêmement caricaturaux. Ils sont de vrais méchants et ne croient pas eux-mêmes en leur quête morale. En fait, il aurait été tellement plus bénéfique que Corbeyran ait fait preuve de plus de subtilité pour conduire ses personnages dans leur chute. Au final, toute la seconde partie, sans être déplaisante, sombre dans le conformiste, alors que la matière était bien présente pour amener cette histoire dans une thématique qui aurait pu dépasser le stade de thriller convenu.

D'un point de vue plus général, il semble acquis que chaque médaillon du Zodiaque attribut un pouvoir à celui qui le porte et qu'un ou plusieurs individus essayent de s'en emparer.

Extrait Zodiaque tome 6

Visuellement Nicolas Lannoy, par son trait épais constitué de nombreux aplats de noir, est en parfaite adéquation avec l'ambiance glauque et noire du scénario. Certes, on pourra reprocher au dessinateur de manquer de précision ou encore d'illustrer ses décors de manière aléatoire, mais ses personnages restent expressifs, les cadrages lisibles, l'ensemble fluide à la lecture et encore une fois dans l'esprit correspond à l'atmosphère du scénario. En conclusion, le dessin de Nicolas Lannoy paraitra moins consensuel et propre au regard de certains, mais, pour le lecteur peu initié à une variétée graphique sortant des normes, effectuer un travail sur soi ne serait pas inutile.

La conclusion de

Le supplice de la Vierge est un thriller sympathique à lire et plutôt efficace. Pour autant, il génère un arrière-goût de déception tant des pistes autour de quelques thématiques auraient pu être ici mieux abordées, alors que quelques démarches auraient gagné à être moins manichéennes. Ce sixième titre de Zodiaque aurait donc pu se distinguer et être considéré comme un titre phare ; au final il est seulement un bon divertissement. Dommage.

Que faut-il en retenir ?

  • lecture efficace.
  • Un début particulièrement accrocheur.

Que faut-il oublier ?

  • Une conclusion un peu décevante.

Acheter Le Supplice de la Vierge en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Supplice de la Vierge sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Zodiaque

En savoir plus sur l'oeuvre Zodiaque