75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : La chute de Brek Zarith
La chute de Brek Zarith >

Critique de la Bande Dessinée : La chute de Brek Zarith

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 6 août 2011 à 1400

Bien mal acquis ne profite jamais…


Bien décidé à délivrer, coûte que coûte, son épouse des bras de Shardar, Thorgal se rend à Brek Zarith, cité état dirigée par le tyran mégalomane. Il est aidé dans son entreprise par les vikings de Jorund, qui se sont vue promettre par Galathorn, prétendant éconduit au trône de Brek Zarith, une énorme récompense en or s’ils les aidaient à destituer Shardar. Profitant que l’avancée de deux armées vikings capte toute l’attention du tyran et de ses administrés décadents, Thorgal s’introduit dans la forteresse, pour tenter de libérer Aaricia avant que ne soit donné l’assaut final…

Après nous avoir offert un album emprunt de fantastique et de métaphysique (Au-delà des ombres), le scénariste Jean Van Hamme revient pour ce nouvel épisode des aventures de Thorgal à un récit plus guerrier et réaliste. Toujours avec la même verve épique et ce don pour le conte, il nous présente enfin l’haïssable personnage de Shardar (il avait jusqu’ici agi via des intermédiaires), super vilain typique qui va connaitre une fin à la hauteur de ses exactions (mais est-il définitivement mort ?).  Le scénariste en profite pour remettre un peu d’ordre dans ses intrigues en regroupant les personnages en un même lieu… et pour se débarrasser des plus encombrants. Par l’arrivée de Jolan, il donne au fils des étoiles une raison supplémentaire de se surpasser. A coté de cela, pour ce qui est du decorum, il nous présente un Brek Zarith baroque et étonnant, sorte de Syracuse plongé en pleine décadence, vu par l’œil de Leonard de Vinci.  Le contraste avec les hordes vikings se ruant à l’assaut de la citadelle à bord de leurs drakkars (sic) est amusant par son aspect caricatural. Par contre, un rebondissement dans l’intrigue nous prive d’une bataille finale qui s’avérait pourtant prometteuse. Une petite frustration qui nous fait encore plus détester le vil Shardar.

Au dessin, Grzegorz Rosinski fait encore des merveilles. Son trait réaliste, encore peu rencontré à l’époque dans la bande dessinée grand public, amène au récit une vraie crédibilité, même lorsque les personnages effectuent les exploits les plus impossibles. Le flux de lecture, qui bénéficie d’une mise en cadre très lisible, est très fluide, même lorsque les bulles se font denses. Enfin, si Rosinski joue la sobriété dans ses dessins, quelques planches se font remarquer par leur coté spectaculaire, comme lorsque Shardar récupère la technique d’Archimède pour incendier les voiles des navires vikings.

La conclusion de

Même si son aspect policé le destine aujourd’hui plus particulièrement à un jeune lectorat, La chute de Brek Zarith est un très bon album (l’un des meilleurs de la série). Il met en opposition deux styles de vie ; celle aventureuse et rustre des guerriers nordiques et celle, plus confortable mais aussi bien plus politique (avec tout ce que cela entraine), des nations dites « civilisées ». Une page de la saga y est tournée et Thorgal, homme simple et généreux se voit ici enfin récompensé de ses vertus, le tout bien mis en forme par le superbe trait de Rosinski.

Que faut-il en retenir ?

  • Une intrigue accrocheuse
  • Des personnages attachants
  • Le trait de Rosinski

Que faut-il oublier ?

  • Un récit aujourd’hui un peu « sage »

Acheter La chute de Brek Zarith en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La chute de Brek Zarith sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Thorgal

En savoir plus sur l'oeuvre Thorgal