75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Les Trois vieillards du pays d'Aran
Les Trois vieillards du pays d'Aran >

Critique de la Bande Dessinée : Les Trois vieillards du pays d'Aran

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 23 mars 2011 à 1736

Pièges et sortilèges

Aaricia et Thorgal (qui sait désormais qu'il n'est pas un viking comme les autres) ont quitté les terres du Nord, à la recherche d'un nouvel asile. Leurs pas les mènent en une contrée inconnue, quand ils sont interpellés par un nain à l'accoutrement étrange, qui les invite à visiter le pays d'Aran. Aaricia, épuisée, est séduite par cette proposition et Thorgal, malgré sa méfiance, se plie aux désirs de son épouse. Arrivés sur les lieux, le couple découvre qu'Aran est un misérable village de pécheurs bati au bord d'un lac, habité par des gens maladifs et sans joie. Au centre de l'étendue d'eau, se dresse une imposante citadelle...

Troisième opus des aventures de Thorgal, Les 3 vieillards du pays d'Aran est construit sur un scénario mariant gentiment des éléments empruntés à un ésotérisme très "seventies" et à la mythologie nordique. Si aujourd'hui l'intrigue peut faire sourire par sa naïveté, sa légèreté et le manichéisme de ses protagonistes, elle reste toutefois agréable à suivre car forte de moments clés qui, par rebondissements, relancent régulièrement l'histoire. D'ailleurs, les évènements s'enchainent si rapidement que l'on pourrait presque parler de précipitation (quelques grosses elipses appuient cette impression), avec un Thorgal qui ne connait pas cinq minutes de repos. En effet, en une quarantaine de page, le héros va s'introduire dans une citadelle où est détenue sa belle, effectuer une série d'épreuves périlleuses contre des redoutables concurrents et voyager à travers le temps et l'espace. Finalement, on ne pourra pas reprocher à Jean Van Hamme d'épargner son personnage dans cet album qui marque le vrai début des aventures de l'enfant des étoiles (avec la première rencontre de Thorgal avec la Gardienne des Clés, un très important acteur du cycle).

Au dessin, depuis les premiers albums, Grzegorz Rosinski a encore progressé, avec un trait réaliste d'une grande efficacité, comme lorsqu'il représente une foule de paysans fanatisés se jetant sur Thorgal et Aaricia, les yeux exorbités, le teint blafard et le sourire au lèvre (l'ensemble évoque une sorte de marée zombie). Même constat d''excellence avec une grand précision de trait dans la représentation de superbes paysages très fournis en détails. Le découpage est, lui, obéit à un schéma très classique, donnant à l'ensemble un charmant petit air old school.

La conclusion de

Bon, c'est vrai, l'histoire des 3 vieillards du pays d'Aran apparait aujourd'hui comme un brin naïve Il n'empèche que cette aventure mélant ésotérisme et mythologie nordique reste très agréable à lire car très riche en péripéties et en actes héroïques. Élément non négligeable; l'album bénéficie aussi de l'excellence du trait de Rosinski, qui séduit par son réalisme et sa richesse. Un très bon Thorgal.

Que faut-il en retenir ?

  • Un scénario divertissant et riche en rebondissement
  • Un charmant aspect old school
  • De superbes dessins

Que faut-il oublier ?

  • Un spectacle un peu naïf
  • Des clichés

Acheter Les Trois vieillards du pays d'Aran en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Trois vieillards du pays d'Aran sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Thorgal

En savoir plus sur l'oeuvre Thorgal