75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film d'animation : Kung Fu Panda 2
Kung Fu Panda 2 >

Critique du Film d'animation : Kung Fu Panda 2

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 9 juin 2011 à 1348

Le retour du Panda.

Dire que Dreamworks a de la suite dans ses idées n’est pas loin d'être une vérité !  Il suffit de citer les quatre volets de Shrek (et bientôt un spin off avec le chat Potté) et les deux Madagascar pour s’en convaincre. Dès que le succès est au rendez-vous, il semblerait qu'une suite soit une obligation pour la firme concurrente à Pixar. Kung Fu Panda ayant connu un fort succès public (avec plus de 600 millions de dollars de recettes), il ne pouvait faire exception. Le second chapitre des aventures de Po s'apprête donc à essayer de conquérir une fois encore le coeur des spectateurs.

Désormais notre héros bedonnant possède une parfaite maîtrise du kung-fu. À l'aide de ses cinq autres amis, Tigresse, Singe, Mante, Vipère et Grue, il arrive à maintenir la paix, ce qui lui attribue l'admiration des villageois. Mais tranquillité et sécurité ne durent jamais qu'un temps. Grâce à son armée de loups – mais aussi une arme secrète capable de vaincre les plus grands maîtres du kung-fu - le redoutable Seigneur Shen envisage bien de reconquérir la Chine. Au cours de ces nouvelles péripéties, Po en découvrira aussi beaucoup sur ses origines.

Avec les suites, on ne sait jamais vraiment à quoi s'attendre, parfois elles arrivent à se distinguer de l'original en abordant de nouvelles thématiques, d'autres fois elles se contentent de faire du copié/collé d'une même formule, ou elles essaient de faire évoluer des personnages en accord avec leur passé. Kung-fu Panda a choisit l'option du background, afin de nous faire découvrir les véritables origines de Po. Sur le papier, il y a donc une véritable intention d'apporter un plus, d'autant qu'il y avait bien quelque chose de louche à voir en une oie le paternel d'un panda. Mais si dès les premières secondes on en prend plein la vue avec l’aspect technique, l'humour autant que l'aventure démarrent assez mollement.

Kun Fu Panda 2

Durant une bonne demi-heure on attend qu'il se passe réellement quelque chose qui nous encourage à nous intéresser à l'histoire. Les gags sont convenus et ne feront certainement rire que les plus jeunes. De plus, durant ce temps, on se désintéresse complètement des personnages, qui ne semblent n'avoir rien à nous dire de nouveau. Puis arrive enfin une course poursuite dans une ville bien peuplée et à l'architecture complexe entre nos héros et le chef loup. Grâce à cette séquence remarquablement mise en scène, rythmée et spectaculaire on commence enfin à se prendre au jeu et dès cet instant, malgré quelques baisses de rythme, on suit l'aventure d'une manière plutôt agréable et intéressée… tout en regrettant de constater que les gags sont assez semblables à ceux du premier volet et que l'histoire ne surprend quasiment jamais.

La réussite de ce Kun fu Panda 2 se situe incontestablement dans la technique. L'attrait principal se trouve donc dans le travail incroyable des animateurs, des graphistes et coloristes. Le niveau de détail dans les décors est tout aussi incroyable que fascinant. Sur ce point, on peut aisément dire que le studio rivalise désormais avec Pixar (ce dernier ayant encore l'avantage de l'écriture) et plus d'une séquence va laisser le spectateur sans voix - en particulier les séquences matérialisant les songes de Po. Non seulement on à l'impression de se trouver en chine (récompense d’un bel effort de documentation), et de plus, on aimerait disposer d’une télécommande pour appuyer sur la touche « pause », histoire de contempler de plus près chaque détail. Au final, on en viendrait presque à s'énerver de voir un tel travail gâché par l’intrigue et une écriture des dialogues que l'on pourrait jugé feignante. Et si par moment le film arrive à véhiculer un peu d’émotions, il est facile de penser que c’est dû à la mise en scène et au découpage de l'action plutôt qu’au scénario.

kun Fu panda 2 image

Kun fu Panda 2 n’échappe pas à la mode du relief.  S’il ne se montre pas toujours bluffant, il arrive à se montrer presque aussi efficace que sur "Dragons"  - qui dans le domaine s'était révélé une bonne surprise (pas uniquement dans le domaine de la 3D, d'ailleurs). Si les objets ne vont pas trop au-devant de la scène, il y a tout de même quelques passages avec de jolies profondeurs de champ et une ou deux séquences réellement pensées pour le relief, comme lorsque maître Shifu contrôle la trajectoire d'une goutte d'eau.

La conclusion de

D'un point de vue purement technique, ce Kung-fu Panda surpasse son aîné et arrive même à nous en mettre plein les mirettes par la richesse de ses décors. Hélas, cette prouesse est desservie par une écriture bien moins notable, voire paresseuse. Au final, le divertissement reste de bonne facture, mais dans le genre de production estampillée Dreamworks, on lui préféra de loin "Dragons" qui avait créé une véritable surprise l'année dernière.

Que faut-il en retenir ?

  • Des décors vraiment magnifiques,
  • De très belles séquences d'animations,
  • Un relief plutôt sympathique
  • Une réalisation particulièrement efficace dans sa deuxième moitié.

Que faut-il oublier ?

  • Un humour se basant trop sur les acquis du premier,
  • Un scénario peu original,
  • Une première demi-heure guère captivante.

Acheter Kung Fu Panda 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Kung Fu Panda 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Kung fu Panda

En savoir plus sur l'oeuvre Kung fu Panda