75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film d'animation : Kung Fu Panda 3 [2016], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le mardi 26 avril 2016 à 13h29

Danse avec les pandas

Critique de la version française en 2D.

Cela fait près de 20 ans (depuis la sortie de Fourmiz en 1998) que les studios DreamWorks Animation nous offrent chaque année près de deux films. Derrière cette longévité respectable, tant en quantité qu'en qualité, se cachent des licences fortes comme ShrekMadagascarDragons mais aussi Kung fu Panda dont le troisième épisode a déboulé sur nos écrans il y a peu.

Initiées en 2008, les aventures du panda Po maîtrisant les arts martiaux nous plonge dans une Chine médiévale fantastique (et donc imaginaire) où les humains sont remplacé par le zoo-anthropomorphisme propre aux films d'animations. Ce troisième épisode instaure donc une trilogie au rythme de sortie assez correct pour des films d'une telle ampleur (2008, 2011 et donc 2016) et aux succès finalement beaucoup plus publics que critiques (des divertissements très rythmés enchaînant scènes d'action et les blagues, jouant autant sur le comique de situation que sur ses dialogues, sans oublier une touche de burlesque dans le sens cinématographique du terme). En tout cas, vu que les deux premiers films ont rapporté à DreamWorks, il était logique qu'une suite voir le jour.

Le film a été confié à la réalisatrice du second opus, Jennifer Yuh Nelson, qui ici s'adjoint les services d'un vétéran de la maison, Alessandro Carloni (qui a œuvré sur les autres épisodes de la franchise mais aussi sur les Dragons). Comme pour le second épisode, Guillermo Del Toro officie en tant que producteur exécutif, prenant plus le rôle d'un conseiller tant l'univers du cinéaste mexicain ne transpire pas vraiment dans les métrages. Enfin, il est à noter que DreamWorks a véritablement délocalisé une partie de la production en Chine afin de profiter de ce juteux marché tout en évitant habilement ses restrictions imposées aux films étrangers. Un autre exemple du regard avide de Hollywood vers ce pays aux 1,5 milliard de spectateurs...

Dans ce nouvel épisode, le panda Po est un maître du kung-fu, incarnation du maître Dragon, qui n'a plus grand chose à prouver à son maître Shifu et à ses compagnons d'armes. Ils vivent tous paisiblement dans la vallée mais un puissant et néfaste guerrier s'est échappé du monde des esprits et cherche à défaire tous les maîtres en arts martiaux pour récupérer leur puissance. Même le grand maître tortue Oogway n'a su l'arrêter. Le belliqueux Kaï, yak de son espèce, sait qu'il va devoir s'en prendre notamment à Po afin de n'avoir aucun rival. Pendant ce temps là, notre valeureux et gourmand panda doit affronter une nouvelle grande épreuve : remplacer en tant que professeur du temple son maître Shifu décidé à prendre une retraite méritée. Même s'il est loin d'avoir les compétences et la sagesse nécessaires pour s'occuper de cette tâche, son maître veut le faire progresser afin qu'il maîtrise une énergie bénéfique nommée le chi capable de soigner ou de faire repousser les végétaux. Une énergie puissante qui est justement ce que recherche en premier lieu Kaï. Mais l'affrontement sera retardé par l'arrivée du véritable père de Po dans la vallée et le voyage de notre héros loin dans les montagnes afin de retrouver ses congénères. De plus, il s'avère que le chi soit un art avant tout maîtrisé par les pandas... Po va donc devoir se surpasser tout en se rapprochant de ses racines pour enfin savoir qui il est vraiment...


Encore une fois, DreamWorks nous refait le coup du voyage initiatique du héros qui doit se confronter à différentes épreuves physiques et émotionnelles afin de triompher du mal absolu. Après un premier épisode où il doit trouver son potentiel et prouver sa légitimité et un second où il doit accepter sa différence comme son destin, Po doit maintenant se replonger dans sa nature profonde et se surpasser... L'histoire est donc aussi efficace que calibrée, mais ne promet rien de bien ambitieux. C'est là le principal défaut du film. Dans le même ordre d'idées, on ne peut se départir du sentiment assez pénible que les facilités de scénario s'enchaînent uniquement pour faire progresser l'intrigue. Vu que le surnaturel et les pouvoirs fantastiques du méchant (comme des héro) sont de plus en plus importants, le scénario ne cherche plus vraiment à expliquer ce qu'il se passe et on tique plusieurs fois sur des résolutions un peu faciles.

Néanmoins, le métrage est toujours aussi bien rythmé entre actions, humour et touches d'émotions (les passages les moins réussis mais réussissant quand même à ne jamais être lourds ou trop naïfs). Concernant l'humour, il est encore une fois d'une grande efficacité puisque le personnage maladroit du panda maître du kung-fu se voit ici multiplié puisque toute la tribu de panda ont les mêmes caractéristiques que Po, la maîtrise des arts martiaux en moins. Cette bande de joyeux drilles adeptes de la sieste, de la bouffe et des câlins fonctionne à merveille. Les gags visuels et les dialogues assez bien écrits font très souvent sourire les plus grands et ne manqueront pas de faire rire les plus jeunes.

Mais ce qui est vraiment réussi, c'est l'esprit « suite » extrêmement bien maîtrisé par DreamWorks (qui a attendu cinq ans pour proposer de nouvelles aventures). Si les Cinq Cyclones sont moins présents dans le film, on apprécie quand même l'alchimie qui existe entre eux. Le rôle de benêt attendrissant comme persévérant de Po fait de lui un personnage toujours aussi attachant. Les nouveaux personnages apportent une bonne dynamique à l'ensemble (notamment la tribu de panda qui permet à notre héros de se confronter à de nouvelles personnalités amenant de bons personnages secondaires, et augmentant de manière très significatif le potentiel « mignon » du film). Cela permet d'apporter encore plus de gags grâce à des personnalités intéressantes, mais aussi l'étrange rivalité qui existe entre le père biologique et le père adoptif de Po... On regrettera néanmoins un ennemi trop caricatural dont la quête de puissance semble être un peu vide de sens.

Tout est donc construit pour que le spectateur, peu importe son âge, puisse passer un bon moment avec un rythme bien soutenu où l'action à une place importante (ce qui fait d'ailleurs penser que les films de kung-fu se font de plus en plus rares sur nos écrans et celui-là rempli son rôle sans problème). Enfin, le casting vocal français est toujours aussi bon avec des acteurs confirmés comme Manu Payet (Po) ou Pierre Arditi (Shifu), ainsi que des professionnels du doublage.


La plus grande qualité du film est sans conteste qu'il est absolument magnifique. C'est à la limite si l'histoire ne devient pas complètement secondaire dans notre esprit tant on en prend plein les yeux. On sent que DreamWorks n'a absolument plus à rougir de la comparaison par rapport à la concurrence. Cela s'explique d'abord par une direction artistique extrêmement solide où l'on est plongé dans des décors sublimes. Le film n'hésite d'ailleurs pas à changer son style graphique pendant plusieurs courts passages proposant une animation en 2D ou une autre plus proche des ombres... Les équipes de conception se sont complètement inspirées de la culture asiatique, plus particulièrement chinoise, en nous offrant un spectacle stupéfiant de beauté. Le dépaysement et l'exotisme fonctionnent très bien tout en nous offrant une sorte de Chine fantastique qui correspond parfaitement à notre imaginaire occidental : les temples sacrés, les montagnes où se mêlent pierres et végétations ainsi que des sortes de villages typiques... Même le monde des esprits s'en inspire avec ces zones semblant flotter dans le vide... Tout est coloré et surtout très lisible avec un grand fourmillement de détails. Les personnages sont quant à eux parfaitement animés, permettant d'apprécier autant leur comportements humains que leurs caractéristiques abimales. Personnellement, plusieurs passages m'ont laissé bouche bée. Enfin, l'ambiance sonore et la musique d'Hans Zimmer ont le mérite de souligner plus que correctement la beauté et le grand spectacle proposés à l'écran.

Comme il a été dit, DreamWorks a confié la réalisation du métrage à l'expérimentée Jennifer Yuh Nelson, responsable du second opus aidée par Alessandro Carloni. A ce niveau, la qualité est au rendez-vous avec quelques "prises de risques" intéressantes sur des styles différents, mais l'ensemble reste tout de même calibré pour du divertissement familial (même si l'on attendait pas vraiment de révolution de la part de d'un tel film). Notons juste que les scènes d'actions sont très bien réalisées avec de bonnes chorégraphies, dans un souci de rendre hommage aux films de kung-fu avec un dynamisme toujours aussi appréciable. De plus, si le métrage est aussi magnifique c'est que techniquement il impressionne et se classe clairement dans le haut du panier des films d'animation en images de synthèse les plus beaux jamais produits. A chaque fois que l'on pense que le maximum a été fait, des studios comme PixarDisney et DreamWorks repoussent la qualité encore plus loin. La fluidité de l'ensemble impressionne tout comme le traitement de textures comme les fourrures, les plumes, l'eau ou la neige sont splendides. Le film en met clairement plein les yeux.

La conclusion de à propos du Film d'animation : Kung Fu Panda 3 [2016]

Bastien L.
77

Kung-Fu Panda 3 est un spectacle d'une grande qualité, mais un divertissement avant tout. L'histoire somme toute classique est assez bien racontée en dépit de trop nombreuses facilités scénaristiques. Néanmoins le film est une telle claque visuelle de par sa direction artistique et sa technique qu'on accroche du début à la fin. Encore une fois, DreamWorks a fait fort même s'il manque encore ce petit supplément d'âme, ou cette once de folie, qui pourra faire de ce métrage bien plus qu'un divertissement. En tout cas, le studio à la lune propose une suite ambitieuse plus que satisfaisante.​

Acheter le Film d'animation Kung Fu Panda 3 [2016] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Kung Fu Panda 3 [2016] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Kung fu Panda