75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Blood Island [2011], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le mercredi 18 août 2010 à 15h13

L’Antre de la folie

Hae-won travaille comme employée dans une banque de Séoul. Belle, intelligente, mais surtout très ambitieuse, Hae-won perd à chaque jour qui passe un peu plus de son humanité. Après avoir été témoin d’un meurtre et avoir subi quelques complications professionnelles, elle décide de prendre un peu de recul et se rendre sur île de Moodo, un lieu qu’elle connait bien pour y avoir déjà vécu durant sa jeunesse. Une fois sur place elle retrouve Bok-nam avec qui, petite, elle s’était liée d’une véritable amitié. Mais le temps a passé et elle découvre que Bok-nam, désormais mère de famille, est traité comme une véritable esclave. Femme battue, objet sexuel de son mari et bonne à tout faire de toute la famille, Bok-nam espère secrètement profiter de la venue d’Hae-won pour que celle-ci l’aide à s’enfuir avec sa fille. Mais habituée à ne se soucier que d’elle-même, il y a bien longtemps que Hae-won a oublié ce qu’était la compassion et l’aide…

Désormais il n’y a pas une année sans que la Corée du Sud nous fasse parvenir une petite perle cinématographique. Pourtant, comme pour « The Chaser » il s’agit là encore une fois d’un premier film. Réalisé et écrit par Cheol-soo Jang, Bedeville fait preuve d’une véritable intelligence d’écriture et de mise en scène. Le film est ouvertement scindé en deux parties, dont chacune se voit constituée de sous thématiques.

Tout d'abord, Bedevilled commence comme un drame social, mettant en évidence deux visions, celle de la ville que le réalisateur dépeint comme moderne, mais déshumanisé, égocentrique et froide puis, il y a la campagne, guère mieux lotie. Si le lieu paraît plus poétique et coloré, il est aussi dépourvu de morale, le siège d’idées rétrogrades, et souvent prompt à camoufler grand nombre de secrets. Autant dire que le film de Cheol-soo Jang n’est guère joyeux, voire même pouvant faire froid dans le dos tant il dépeint deux univers opposés pourtant liés par un fort désespoir. Pourtant, de manière presque étrange, il se dégage aussi une certaine poésie des images, comme une sorte de contradiction naissante entre les apparences et la réalité.

Alors que rien ne le laissait présager, la deuxième partie de Bedeville se transforme en véritable « Slasher sanglant». Tout le côté rationnel de l’introduction, pourtant méticuleusement réaliste change complètement pour se transformer en une traque « gorissime »… et par moment non dénuée d’un certain humour noir. Tout aussi immorale, la perception du film se voit transformée, mais ne perd pas pour autant sa logique et sa méticulosité dans sa mise en image. Cheol-soo Jang arrive à placer son film dans le même état psychologique que ses personnages, la transition se trouve donc à la fois aussi logique que quasiment surprenante.

Bedevilled se trouve être le script parfait pour un acteur cherchant à restituer diverses formes d’émotions, et cela, avec subtilité. Seuls les enfants peuvent paraître purs et innocent, pour le reste tous les adultes de chez Cheol-soo Jang peuvent se montrer obscurs, intéressés, victimes, capables certes de bons moments, mais aussi du pire. À ce titre Ji Sung-won et Seo Yeong-hee sont tout simplement remarquables.

La conclusion de à propos du Film : Blood Island [2011]

Richard B.
89

Bedevilled est une très belle et sombre surprise. Commençant comme un véritable drame, il se révèle aussi un impitoyable « slasher ». Maîtrisé de bout en bout dans sa réalisation et dans le jeu des acteurs, seule sa perception psychologique très négative et lugubre pourrait refroidir certains spectateurs. Mais Bedeville reste indéniablement un film intelligent et un film qui mûrit au fur et à mesure qu’on y repense.

Que faut-il en retenir ?

  • L'ambiance du film,
  • le jeu des acteurs,
  • un scénario solide.

Que faut-il oublier ?

  • L'ambiance sombre peut déplaire à certain.

Acheter le Film (non sorti en salles françaises) Blood Island en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Blood Island sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Bedevilled

  • Voir la critique de Blood Island : Blood Island Test DVD
    65

    Blood Island Critique du film par Richard B.

    Blood Island Test DVD : Film à découvrir d’urgence, Blood Island est à la fois une réflexion habile de la position de la femme en Corée et un slasher d'un…
    Temps de lecture : 2 mn 32