75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Shutter Island
Shutter Island >

Critique du Film : Shutter Island

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 18 février 2010 à 1757

L'Ile aux terribles secrets

Même si je reconnais un grand talent chez Martin Scorsese, je ne fais pas partie du cercle de ses fans. J'irais même jusqu'à dire que pour moi que certains de ses films, tels "Les nerfs à vif " et "Les infiltrés" seraient des œuvres à classer dans la catégorie "gros ratage". Par contre, j’admets que la bande-annonce de Shutter Island avait particulièrement retenue mon attention et entrainée mon impatience à découvrir cette nouvelle collaboration Scorcese / DiCaprio.

L'action du film se déroule en 1954, Teddy Daniels (Leonardo DiCaprio) et son nouveau coéquipier, Chuck Aule (Mark Ruffalo) sont envoyés pour enquêter sur la disparition de Rachel Salondo, une patiente de l'hôpital psychiatrique située sur l'île de Shutter Island. Dès son arrivée Teddy Daniels perçoit comme des réticences dans la collaboration du personnel hospitalier, comme si un terrible secret, lié à cette disparition, ne devait pas être découvert

Avec des films comme Shutter Island, il est toujours bon d'en savoir le moins possible, L'exercice sera donc ici de porter un avis sur ce nouveau Martin Scorsese, tout en essayant de ne rien dévoiler de l'intrigue. De plus, n'ayant pas lu le roman éponyme de Dennis Lehane, je ne pourrais pas jouer de la comparaison et parlerait du film tel le vrai novice abordant un univers déjà connu par certains.

Martin Scorsese au sommet de son art

A la sortie du visionnage de Shutter Island, la première idée qui vient en tête est de voir à quel point sa réalisation est soignée et l'atmosphère restituée remarquablement pesante. Du côté justement de cette "atmosphère", de par l'ambiance musicale, de par son approche stylisée, la comparaison se prêterait assez bien avec le Shining de Stanley Kubrick. C'est dû moins le ressenti émotionnel qui me vient en premier à l'esprit, après cette première séance. Pour ma part, je dirais même que Martin Scorsese livre ici certaines de ses plus belles scènes et idées de réalisations. Il démontre ses capacités  à émouvoir à travers de véritables séquences de poésie macabre, où se mélangent amour, haine, douleur, joie, sang et cendres. Aucun véritable problème de rythme - hormis peut-être sur la fin - et le réalisateur parvient à nous intriguer, nous inquiéter et nous manipuler à travers ses jeux de pistes.

Un auteur qui sait raconter de "vraies" histoires humaines

Sans avoir lu les livres de Dennis Lehane, l'auteur en tout état de cause sait écrire de grandes et belles histoires, qui n'a engendré que des réussites cinématographiques avec le Mystic River de Clint Eastwood et le Gone Baby Gone de Ben Affleck. Alors de là à dire que l'auteur serait synonyme de qualité cinématographique, voilà bien un pas que j’aurai tendance à franchir  - si celui-ci persiste sur cette voie. C'est ici la scénariste Laeta Kalogridis qui a retranscrit le roman de l'auteur en scénario. Travail remarquable, dans la mesure où je n'ai senti aucun trou ou impression d'idées manquantes. Seules deux scènes m'ont gêné, et elles continuent à me tracasser, notamment par leur lien avec la  logique de l'ensemble. Deux grains de sable qui ne trouvent pas d'explication par rapport à tout un reste qui semble parfaitement amené. Deux séquences qui, d’ailleurs, placées dans un film privé de la dernière scène, auraient été deux autres atouts.

Un casting 4 étoiles

Au fur à mesure qu'il prend en âge, Leonardo DiCaprio affine son jeu d'acteur et devient à chaque fois plus impressionnant. De plus, l'acteur possède un don inné pour trouver les bonnes histoires et mettre à son palmarès les plus grands réalisateurs : Sam Raimi, Steven Spielberg, Woody Allen, James Cameron, Sam Mendes, Ridley Scott... et bien sûr Martin Scorsese qu'il cotoie pour la quatrième fois! Qui aurait parié à l'époque sur ce garçon qui interpréta le jeune Mason Capwell dans la série Santa Barbara ou encore Josh dans Critters 3 ? Certainement pas moi, mais depuis force est de constater que Leonardo a très vite évolué pour devenir l'un des meilleurs acteurs de sa génération. À ses côtés on retrouve un Mark Ruffalo légèrement effacé, mais à l'interprétation correcte. Ben Kingsley est quant à lui toujours aussi "Classe" et démontre, si encore besoin est, son savoir-faire quand il s’agit de donner vie à un personnage à la forte personnalité. On pourra aussi noter la présence d'un Max Von Sydow que l'on aime toujours à voir tant celui-ci, même quand il est peu utilisé, comme ici, fait preuve de présence. En fait, aucun acteur ne semble pas être à sa place. Du simple figurant, jusqu'au haut du casting, tous semblent tenir leur rôle à cœur.

La conclusion de

Ambiance savoureusement orchestrée, jeux d'acteurs mitonnés aux petits oignons, personnages profonds et très bien écrits et mise en scène admirable. Il y a bien deux ou trois points perfectibles, mais il n’empêche que, pour ma part, j'irai même jusqu'à dire que Shutter Island est le meilleur film de Martin Scorcese.

Que faut-il en retenir ?

  • Jeu parfait des acteurs,
  • ambiance remarquable,
  • un vrai travail de mise en scène,
  • une histoire solide.

Que faut-il oublier ?

  • Deux séquences qui ne fonctionnent pas avec l'ensemble,
  • une fin peut-être trop explicite.

Acheter Shutter Island en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Shutter Island sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Shutter Island

En savoir plus sur l'oeuvre Shutter Island