75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : La Terre natale
La Terre natale >

Critique de la Bande Dessinée : La Terre natale

Avis critique rédigé par Sylvain T. le mercredi 9 décembre 2009 à 0126

Une Terre Natale de renom

« Il était temps », comme l’avoue l’auteur de la saga littéraire dans son avant-propos qui donne le ton d’une bande dessinée que bon nombre de fans attendaient. Une BD qui est surtout somptueusement mise en « boite » en quelque sorte par le nouveau Milady Graphics.

Terre natale nous permet de découvrir les premiers méfaits de Drizzt, un jeune prince faisant parti des célèbres Elfes Noirs. Cette fratrie qu’il n’apprécie que moyennement à cause de son sens douteux de l’intégrité reste pourtant sa famille. Tiraillé entre ses sentiments et son amertume, il va devoir faire un choix décisif qui va bousculer le reste de son existence…


Pompeusement sous-titré comme étant « l’elfe le plus célèbre de la bande dessinée », Drizzt est pourtant un personnage très connu dans le monde de la littérature pour adulte. Il faut dire que la vie de cet elfe est au départ une série de bouquins intitulés « La Légende de Drizzt » écrit par l’excellent R.A. Salvatore dont les romans sont d’ailleurs publiés chez le même éditeur (en l’occurrence, Milady). Ce n’est pas un bleu côté scénario donc, tout comme ses acolytes Tim Seeley et Andrew Dabb. Et pour fêter l’arrivée de cette maison d’édition, quoi de mieux qu’une BD sur Les Royaumes oubliés ? Après tout, l’ambiance graphique de l’œuvre reste dans la droite lignée de ce que faisait Milady auparavant et l’on ne peut que saluer cette volonté de surfer sur le concept.

Autant vous le dire, le résultat est graphiquement bluffant et impose une nouvelle cadence dans le genre. On retrouve d’ailleurs un petit peu de cette ambiance dans la série Lanfeust avec cette action omniprésente et ses dessins bourré de détails. Les livres laissaient en tout cas présager que le meilleur, mais comme tout, il fallait avoir un peu de recul et le doute s’installait tant une adaptation d’une telle envergure paraissait difficile. Nul doute que pour un nouveau lecteur, cette BD est un choix parfait, même s’il est toujours conseillé d’attaquer les livres avant de se pencher sur ce travail d’orfèvre. Mieux encore, le rythme imposés par le genre permet d’éviter les lourdeurs d’un récit bien difficile à mettre en œuvre. Mais l’aspect le plus difficile revient à imager les souvenirs d’un fan de la saga…

On le voit très souvent dans les adaptations de films, lorsqu’après avoir lu le livre, on s’est imaginé des personnages qui deviennent alors très différents lorsqu’ils sont incarnés par des acteurs réels à l’écran. Et bien c’est la même chose, bien que le cinéma devienne ici une bande dessinée. Mais globalement, comme je vous le disais plus haut, le souci des détails est bien présent ce qui fait que l’univers imposé par le dessinateur passe comme… une lettre à la poste. Les décors paraissent plus réels et l’ambiance sombre et écrasante des elfes noirs est criante de vérité. On regrette que les batailles ne bénéficient pas d’une telle finition et que les dialogues, bien que non-dénués d’intérêt paraissent parfois trop simpliste et manquent de profondeur dans l’ensemble.

La conclusion de

Le packaging et le graphisme forcent le respect et cette première incursion dans le monde de la BD est une réussite pour Milady. On espère juste que les dialogues gagneront en punch au fil des tomes.

Acheter La Terre natale en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Terre natale sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Royaumes oubliés

En savoir plus sur l'oeuvre Les Royaumes oubliés