75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Frankia >

Critique du Roman : Frankia

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 11 septembre 2009 à 14:14

Holocauste elfique et nazis steampunks

La langue de flamme rougeoyante, moirée de bleu, passa à deux mètres de lui, dans un souffle furieux, pour venir envelopper la svelte silhouette d'une elfe à demi nue serrant dans ses bras une forme plus petite, vagissante...

L'une et l'autre s'embrasèrent, sur un cri avorté, hideux, titubèrent, s'effondrèrent, s'émiettant alors même qu'elles touchaient le sol...

Un petit peu déçu par le tome 1 de Frankia, c'est avec un enthousiasme modéré que j'ai entamé la lecture de ce deuxième opus. Et, je dois vous l'avouer, c'est la raisonnable pagination (258 pages) de ce roman qui m'a encouragé à retenter l'expérience.

Ce deuxième tome continue de suivre les aventures du trio Lorïen, Faëlla et Morkhaï dans cet univers guerrier parrallèle au nôtre où la communauté elfique se substitue au peuple juif et où les troupes nazis se voit caricaturées par des masses de soldats mutants appuyées par des machines de guerre aux formes insectoïdes. Le manichéisme est donc toujours aussi présent, tout comme cette tendance qu'a l'auteur à s'étendre sur les descriptions plastiques de ses héroïnes. Les personnages principaux, un peu trop parfaits pour être totalement crédibles, restent cependant assez attachants, à la manière de héros pulp, principalement grace au talent de Jean-Luc Marcastel qui parvient à rendre accrocheuses les situations les plus convenues.

Ce tome se démarque cependant du précédent par plusieurs petites choses qui, à mon avis, le rendent meilleur. A commencer par un durcissement de la plume du romancier. Oh, on reconnait toujours dans le texte ce style très élégant qui fait la patte de Jean-Luc Marcastel, mais il est indéniable que l'écrivain a atténué l'aspect "rétro" de son écriture afin de coller un peu mieux à ce monde violent, plein de bruit, de fureur, de sang et de feu. Le récit en devient plus accrocheur, plus rugueux, et gagne en poigne.

Ensuite, au-delà du développement du personnage principal, qui conserve sa fadeur et qui reste finalement assez prévisible, il y a une assez intéressante montée en puissance du décorum, avec de très bons descriptifs de situations au fort climax (l'attaque de l'enclave de Clermont par les Teutoniens est très bien imagée) et des personnages de soutien. Ainsi, je me suis surpris à plus apprécier les passages consacrés au résistant Mimile ou à la redoutable Ishaëna. Cette dernière est d'ailleurs le personnage le plus réussi de cette histoire, le plus complexe, tant par les liens qui la rattachent à sa soeur que pour cet attachement, mélange d'amour et de soumission masochiste, qui la lie à son maître. Enfin, les différents types de magie sont plutôt bien utilisés et astucieusement intégrés dans cette relecture fantastique d'évènements dramatiques de la deuxième guerre mondiale.

73

Après une première petite déception, j'ai insisté dans mon exploration du monde de Frankia et, finalement, j'en suis heureux. Ce deuxième tome est en effet, à mon avis, meilleur que le précédent. Le récit prend une bonne ampleur dramatique, voit des trames secondaires apparaitre, introduit de nouveaux personnages et de nouvelles situations qui atténuent le manque d'originalité des héros, notamment un Loriën vraiment peu attachant.

Critique de publiée le 11 septembre 2009.

Que faut-il en retenir ?

  • Un récit qui va en s'améliorant Une belle plume Des situations accrocheuses

Que faut-il oublier ?

  • Un manque d'originalité dans le profil des personnages

Acheter Frankia en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Frankia sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !