75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Transgression
Transgression >

Critique du Roman : Transgression

Avis critique rédigé par Bastien L. le vendredi 7 août 2009 à 1749

Shan toute puissante !

Second tome de la série, Transgression ne réussit pas à faire s’envoler qualitativement l’œuvre de Karen Traviss mais la plombe au contraire à cause d’un récit mal rythmé chargé de répétitions à outrance…

L’histoire reprend au moment où Shan Franckland et Aras partent sur la lune des Wess’har pour y répondre de la contamination à l’immortalité de la première cité débouchant sur leur installation parmi le curieux peuple d’Aras dans l’idée de les protéger. Protection nécessaire puisque les gouvernements terriens sont en ébullition, ils ont eu vent de la c’naatat permettant l’immortalité. Pendant ce temps-là, la capitaine Lindsay Neville tente de faire son deuil de son fils disparu en voulant à tout prix éliminer Shan alors que le journaliste Eddie Michallat veut la protéger et éviter tout bruit concernant cette immortalité en forme de malédiction. Un nouveau personnage central intervient aussi dans cette chorale : la matriarche Wess’har Mestin qui a bien du mal à préparer la guerre qui s’annonce face à de si sournois humains et toute la connaissance de Shan lui sera très utile. On le comprend donc, le personnage de la vieille détective dure à cuire qu’est Shan est au centre du récit, sorte d’anti-héros que tous les autres admirent. Au sens plus général, on assiste aussi aux points de vue des quatre nations en présence, les humains, les insectoïdes en surpopulation que sont les isenj, les impitoyables Wess’har et les neutres interprètes que sont les rongeurs Ussissi. Les descriptions des modes de fonctionnements et des habitats des différents peuples sont toujours aussi sympathiques à lire conférant à la série une vraie identité.

Malheureusement cette accumulation de bonnes idées est handicapée par un style trop lent et trop répétitif qui font que les 325 premières pages (sur 470) auraient pu largement être réduites car quelques passages n’apportent pas grand chose (Aras et Shan s’essayant à la première relation romantique inter-espèce, certes c’est rigolo mais pas pendant plusieurs pages…). Il  y a aussi de bonnes idées minées par le récit, comme l’attitude limite schizophrénique de Lindsay voulant à tout prix détruire Shan tout en souhaitant être comme elle, ce qui est trop souvent répété et devient caricatural, comme le fait que les Ussissi ont des dents pointus (au bout de la trentième fois, on a compris…). Cette lourdeur gâche un peu le très bon final car lorsqu’il arrive on se dit « c’est pas trop tôt ! » alors que la logique voudrait qu’il profite de la tension installée depuis le début et qui ne vient jamais. Il ne reste que l’apparition de quelques personnages secondaires bien traités pour sauver cette lecture: les marines (surtout Bennett) de moins en moins aptes à obéir aux ordres, Nevyan la jeune matriarche devenant de plus en plus puissante ou Rayat, l’espion humain aux méthodes trop expéditives…

La conclusion de

Ce second tome est donc une déception dans le récit malgré un univers solide avec ces quatres espèces se préparant à la guerre. Le charme de la surprise du premier tome n’opère plus et heureusement que la fin est là pour sauver de l’ennui.

Acheter Transgression en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Transgression sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Guerres Wess'Har

En savoir plus sur l'oeuvre Les Guerres Wess'Har