75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Diary of the Dead #1 [2008], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le mardi 1 juillet 2008 à 15h38

Tout simplement ennuyeux…

Après Cloverfield et après REC. - et en attendant Quarantine - voici Diary of the Dead, nouveau film “télé-réalité” de l’année 2008. À la base, toujours le même concept : filmer le long-métrage à la manière d’une équipe de télévision se trouvant au cœur des évènements. Une mode qui fait fureur en ce moment et qui, à défaut d’être toujours cohérente, a le mérite de faciliter l’immersion du spectateur dans l’action, et ce même lorsque le long-métrage s’appuie sur un scénario plus que minimaliste.
Mais là où Cloverfield et après REC. atteignaient très vite leurs limite en terme de cohérence – où même attaqués et au bord de l’agonie, les caméramans continuaient de filmer - Diary of the dead pousse le concept encore plus loin, ne proposant plus cette fois une vidéo “embarquée” dans l’action, mais bel un bien un vrai film documentaire pensé et monté.
Nous suivons donc ici une équipe de réalisateurs de cinéma équipés de deux caméras principales, auxquelles vont s’ajouter des vidéos de surveillance. Aucune incohérence majeure ici – lorsqu’un caméraman se fait attaquer et coupe son enregistrement, un second prend le relais – mais à quel prix ? Celui d’un film long et ennuyeux qui peine à décoller...

L’histoire de Diary of the dead se déroule alors que les premiers morts commencent à se relever, dans un contexte très proche de ce que l’on avait pu récemment voir dans L’armée des morts (auquel certaines scènes m’ont d’ailleurs beaucoup fait penser). Aucune révolution majeure dans ce scénario classique, voire bateau, car, comme d’habitude chez Romero, ce qui compte surtout, c’est le message que fera passer son film. On est donc ici dans une belle critique de la société de l’information, de la télévisions et des médias internet en particulier. Loin des thématiques sociales de sa tétralogie des zombies, il utilise ces fameux moyens tant critiqués pour dégager une réflexion pertinente – même si pas forcément originale – sur le contrôle de l’information et sur les dérives d’internet.
Le script, en revanche, est totalement minimaliste et, malheureusement, totalement prévisible. À tel point que la première demi-heure passée, on commence à s’ennuyer sévèrement. D’autant que le groupe de personnages présentés, particulièrement fades et sans intérêt, est interprété par une pléiade d’acteurs très moyennement convaincants (il faut dire, pour leur défense, que certaines lignes de dialogues, notamment celles du vieux professeur, sont totalement ridicules).
La mise en scène, également, pèche par excès de zèle. Certes, nous sommes ici débarrassés de toutes les incohérences de REC. et compagnie, mais le résultat final donnerait presque à les regretter. Parce que le tout n’est filmé que par deux caméras, logiquement coupées lorsqu’il devient impossible de filmer, le film prend une allure de vrai reportage, c’est à dire pas angoissant pour un sou. Malgré les bonnes idées employées par Romero pour dynamiser la mise en scène (l’utilisation des vidéos de sécurité par exemple), un constat s’impose : on s’ennuie énormément devant Diary of the dead.
D’autant que ce dernier a jugé utile de ponctuer son film d’un humour grand-guignolesque qui désamorce les situations les plus dramatiques par des saynètes absolument ridicules (à ce niveau, la cerise sur le gâteau reste la scène de suicide du fermier, particulièrement consternante). À mi chemin entre le reportage et la comédie parfois burlesque à la Shaun of the dead, le film se cherche et décontenance le spectateur, lequel, ne sachant plus sur quel pied danser, finit par abandonner pour attendre tranquillement de quitter la salle.

La conclusion de à propos du Film : Diary of the Dead #1 [2008]

Vincent L.
35

Je dois admettre que je ne comprend absolument pas les critiques élogieuses de mes petits camarades. Certes, Diary of the dead dispose d’une thématique intéressante et, pour une fois, l’aspect reportage est réussi. Mais à côté de cela, l’absence de rythme, de scénario, de personnages attachant ou d’acteurs convaincants combiné à un humour grand-guignol du plus mauvais effet fait que l’on s’ennuie devant ce film comme on ne s’était jamais ennuyé devant un film de zombies de Romero.

Que faut-il en retenir ?

  • Thématique intéressante,
  • Aspect reportage réussi,
  • Quelques bonnes idées de mise en scène.

Que faut-il oublier ?

  • Jamais angoissant,
  • Parfois trop grand-guignolesque,
  • Personnages fades,
  • Dialogues parfois ridicules,
  • Acteurs peu convaincants,
  • Histoire et scénario convenus et prévisibles.

Acheter le Film Diary of the Dead en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Diary of the Dead sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Diary of the dead

  • Voir la critique de Diary of the Dead : Le journal d'un mort
    70

    Diary of the Dead Critique du film par Sylvain T.

    Le journal d'un mort : Sans véritablement bousculer le genre, George A. Romero s'en sort bien en nous livrant un film culte qui fera plaisir aux fans du …
    Temps de lecture : 3 mn 9

  • Voir la critique de Diary of the Dead : En direct de Zombies TV
    67

    Diary of the Dead Critique du film par Nicolas L.

    En direct de Zombies TV : Diary of the Dead est une oeuvre un peu à part dans le cycle des morts-vivants de George A. Romero. Plus spontané, plus comique qu…
    Temps de lecture : 5 mn 44

  • Voir la critique de Diary of the Dead : Les morts-vivants se mettent aux multimédias
    80

    Diary of the Dead Critique du film par Richard B.

    Les morts-vivants se mettent aux multimédias : Diary of the Dead confirme que George A. Romero est toujours un maître de l’horreur et qu’il n’a pas perdu de sa forme. Bien au co…
    Temps de lecture : 3 mn 55