75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Le projet Blair Witch [1999], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le lundi 21 août 2006 à 05h08

Le revival de la série B

Des films sont retrouvés d'une caméra 16 mm et un caméscope en 1995: ils retracent l'histoire de ces trois jeunes gens partis en forêt pour faire un documentaire sur la légende de la sorcière Blair...

Si le concept du faux documentaire amateur n'est pas nouveau, on doit avouer que Blair Witch project a fait l'effet d'une bombe en 1999, lors de sa sortie sur grand écran. Avec un budget de $35.000, il a rapporté près de $150.000.000 rien qu'aux Etats Unis. Trois acteurs, une camera 16 mm, deux caméscopes ont suffit pour faire un film de 75 minutes. Et un grand succès.

Le fait est que, comme Ridley Scott l'avait prouvé en 1979 avec Alien, et encore bien plus tôt avant lui, Alfred Hitchcock, on peut faire peur en montrant le moins possible, en suggérant. L'imagination fait le reste. C'est l'apanage des films d'épouvante. Destiné aux teenagers avant tout, ce reportage docu-fiction commence donc dans cet esprit où de jeunes gens s'amusent à se faire peur, dans la veine des mythiques films d'horreur des années 80 où une bande de jeunes se retrouvent dans une maison isolée ou un cimetière la nuit, en ne sachant pas qu'un tueur sadique, comme par hasard, traîne dans le coin et les élimine l'un après l'autre dans un style de plus en plus gore. Sauf qu'ici, pas d'horreur. Effectivement, les trois jeunes gens se retrouvent rapidement isolés et perdus au milieu d'une forêt dont ils ne peuvent pas se sortir. Mais cette fois-ci, la forêt elle-même devient une entité palpable. La grande réussite est donc de jouer avec nos grandes peurs, celles où l'on entend quand on est petit les bruits venant du grenier, les monstres se tapissant dans le noir, attendant que les parents dorment pour venir nous terroriser tranquillement. De la même manière, les trois jeunes gens sont dans leur tente tandis que les bruits proviennent du dehors du cocon, dans le noir de la forêt profonde... Bien sûr, la fin ne fournit aucune explication au téléspectateur, puisque le film n'est pas achevé, mais grâce à la terreur qu'arrivent à nous communiquer Heather Donahue, Michael C. Williams et Joshua Leonard (leurs vrais prénoms étant les mêmes que dans le film, pour plus de réalisme), les poils se dressent inexorablement. Chapeau !

La conclusion de à propos du Film : Le projet Blair Witch [1999]

Manu B.
80

Qui a dit que l'on ne pouvait pas faire un film avec un tout petit budget ? Qui plus est, un film qui met à vif les nerfs du spectateur.... Blair witch project a été à sa sortie, à défaut d'avoir un scénario original, capable de vous faire sursauter sans aucun effet spécial. Bravo !

Acheter le Film Le projet Blair Witch [1999] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le projet Blair Witch [1999] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Blair Witch