75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Les Runes de Gartagueul #1 [1999], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 7 février 2006 à 07h39

Conan lobotomisé et nain vicieux dans la quête des quéquettes

Accusé d’avoir couché avec la déesse de l’amour, la fille de Mère Fertilité, Krän le Barbare doit trouver une solution pour éviter que le courroux de cette dernière tombe sur sa tribu. La grosse déesse menace en effet de réduire les quéquettes de tous les males de la tribu à la taille d’un vermicelle si réparation n’est pas faite avant trente lunes. En compagnie des on fidèle et obsédé compagnon, le nain Kunu, Krän quitte son village en quête de rédemption. Mais quand on a un petit pois à la place d’un cerveau et une hache comme seul argument, la tache est loin d’être aisée.
Dans cette sorte de Naheulbeuk ou Lanfeust version trash, Eric Hérenguel nous présente Krän le Barbare, un clone encore plus décérébré de Conan, ou de Krull, une espèce de gros bourrin lobotomisé qui passe son temps à aiguiser sa hache puis à l’essayer sur son plus proche voisin. Abruti complet, coléreux et complètement dépourvu d’humour, on pourrait penser que ce personnage est le pire de cette histoire. On se trompe car l’entourage de cet énergumène est encore plus déjanté. Parmi les principaux, on peut voir le compagnon de quête de Krän, le nain Kunu. Comme son nom l’indique, il a une fâcheuse tendance à perdre son fut’, ce qui ne le dérange pas vraiment car c’est véritablement un obsédé sexuel. D’ailleurs, on s’apercevra rapidement que ce petit nain ‘’gaulé comme une moule marinière’’ et trouillard est plus qu’un simple faire-valoir.
Au cours des pages, Krän croisera d’autre personnages également très ‘’typiques’’, comme Naikicoul, le barbe aveugle, Foulmétal le forgeron, le Garou domestique, la démoniaque Sylvania et la Mort.
Au niveau scénaristique, on se retrouve tout simplement dans un pastiche du monde de Donjons & Dragons. L’histoire se tient assez bien – une quête dans le pur esprit jeu de rôle - et les jeux de mot sont bien relous (le royaume de Torgnol, runes de Gartagueul, tout est de cet acabit). L’humour dépasse rarement le niveau de la ceinture, mais je dois avouer que certaines répliques sont bien trouvées. Certains noms et topologies aux résonances anachroniques pourraient même nous faire penser à du Goscinny, en plus cochon, bien sûr. D’ailleurs, de nombreux détails graphiques nous renvoient à Astérix, comme le look du château ou les séquences de baston. Cependant, attention, il faut signaler que les blagues dérapent souvent dans la grossièreté à outrance, ceux qui me connaissent savent bien que cela ne dérange pas du tout, mais il vaut mieux éviter de laisser tomber cette mine de gros mots et d’obscénités dans de trop jeunes mains. D’autant plus quelques dessins sont décidemment bien…euh…explicites.
Au niveau du graphisme, ce premier tome ne m’a pas convaincu. Tout en rondeur bienvenue mais un peu trop fouillis au niveau des encrages, à mon avis. Cependant, cela ne gène aucunement la narration et certaines pages sont de très bonne qualité graphique. C’est juste un peu irrégulier – on verra que cela va en s’améliorant au fil des tomes.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Les Runes de Gartagueul #1 [1999]

Nicolas L.
70

Surfant sur la grande mode actuelle de l’heroïc frantasy, le scénariste dessinateur Eric Hérenguel choisit d’utiliser la vague la plus extrême. Celle de la grosse farce branché cul et du jeu de mot bien lourdingue. Cela peut ne pas plaire à tout le monde, et la lecture des aventures calamiteuses de Kränn et Kunu est franchement déconseillée aux plus jeunes. Mais si l’on aime ce genre d’humour bien gras – mais pas scato – on passe un excellent moment de rigolade. Ce qui est mon cas.

Que faut-il en retenir ?

  • Une mine de références pour le rôliste que je suis
  • Un humour bien gras décapant
  • Bourré de jeux de mots

Que faut-il oublier ?

  • Des graphismes parfois un peu brouillon.
  • Sûrement trop vulgaire pour beaucoup

Acheter la Bande Dessinée Les Runes de Gartagueul en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Runes de Gartagueul sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Krän le barbare