75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le Grand Tournoi >

Critique de la Bande Dessinée : Le Grand Tournoi

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 1 septembre 2006 à 06:33

Ca continue de baffer sévère à Torgnole

Alors qu'il envisageait tout simplement de boire une p'tite chopine à la taverne tout en reluquant les serveuses, Krän le barbare se retrouve embarqué dans une nouvelle aventure, et tout ça à cause de la stupidité de son ami le nain Kunu. En effet, cet abruti congénital, attiré par le flouse autant qu'il ne l'ait en général par le cul, manipulé par Tonio - un sacré margoulin - a fait signer tout autour de lui une tonne de contrats d'assurances incendie (non approvisionnés bien évidemment). Dans une région pleine de dragons! Avouez qu'il faut être con. La seule solution pour rembourser la colossale dette due à la quasi destruction d'un quartier de la ville: participer au Grand Tournoi de Fourbulus; une épreuve mortellement mortelle...

Des gonzesses gaulées comme des stars de X hongroises

Dans ce quatrième tome de ses péripéties ''dungeonesques'', Eric Hérenguel reprend les mêmes recettes qui ont bati le succès de cette BD, notamment auprès des joueurs rôlistes. On retrouve donc Krän, l'irrascible guerrier barbare au niveau de QI inversement proportionnel à la taille de ses muscles. C’est simple, à coté de lui, Conan le Barbare pourrait passer pour un lauréat du prix Nobel. Il est accompagné comme d'habitude par le nain Kunu, véritable et hideux obsédé sexuel, ainsi que de son garou domestique, une boule de poil que l'on croirait sortie tout droit du Muppet's Show.
Fidéle à ses principes, l'auteur continue dans le trash et le potache. Dessins sexuellement explicites- les filles sont gaulées et ''sapées'' comme des stars hongroises du X -, planches gores pleine de gros rouge qui tâche, personnages débiles (mention spéciale aux orcs, plus bourrin tu hennis), dialogues vulgaires comme c'est pas possible et jeu de mot salés sont donc au programme de cette aventure désopilante qui ressemble à un nanar de fantasy italien des années 80. Sauf que, dans ce cas, la blague y est volontaire.
Tonio et Donald, les deux nabos

Pour peu que l'on ait l'esprit aussi tordu que l'auteur, ou que votre serviteur, on s'amuse donc beaucoup à suivre les ''exploits'' barbaresques de Krän, qui font entrer en scène quelques personnages secondaires croustillants. J'ai apprécié particulièrement les deux Amazones (sans blague? ajouterait ma chère et tendre), des bimbos californiennes à la Simple Life sauce fantasy, deux spécimens pas communs de la Dragon Airline (sortes de duplicatas reptiliens du goéland de Bernard et Bianca), et surtout le paladin Donald. Pédant, trouillard et casse-couilles de service, ce minus se voit affublé de répliques très drôles, avec un langage chatié qui sonne comme des coups de clairons dans cette jungle luxuriante de répliques grossières.
Au niveau technique, je trouve que Hérenguel a accompli une nette progression par rapport à ses premiers albums. En effet, si la mise en page reste sobre, avec ces cadres réguliers inspirés de la ligne claire (qui donne une sensation d'un Astérix trash!), j'ai remarqué une utilisation plus judicieuse - à mon humble avis - des encrages et un meilleur découpage scénaristique, ce qui donne encore plus d'impact aux gags, et qui font de ce tome le meilleur depuis les débuts. Avec toujours ce soucis de multiplier les cadres exposant des expressions faciales dynamiques ou des jolies paires de fesses.
Bienvenue sur Dragon Airline

75

Krän, c'est un peu la connerie élevée au statut de culte. Graphiquement, ça ne casse pas trois pattes à un canard et scénaristiquement, cela ressemble à mes parties de jeu de rôle, période dungeon crawlers post pubère. Cependant, pour peu qu'il ait comme moi un goût prononcé pour la farce bien grasse et les jeux de mots débiles, le lecteur potache risque fort de bien se marrer à la lecture de ce Grand Tournoi. Si Eric Hérenguel pouvait enfin nous pondre une histoire originale, nulle doute que cette série en deviendrait beaucoup plus interessante.

Critique de publiée le 1er septembre 2006.

Que faut-il en retenir ?

  • Humour décapant
  • Personnages drôles
  • Personnages secondaires surprenant
  • Pour les fans de D&D

Que faut-il oublier ?

  • C'est très lourd, et ça peu déplaire
  • Graphiquement moyen
  • Scénario sans surprise
  • Déconseillé aux plus jeunes.

Acheter Le Grand Tournoi en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Grand Tournoi sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !