75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Viva Lastrépasse
Viva Lastrépasse >

Critique de la Bande Dessinée : Viva Lastrépasse

Avis critique rédigé par Nicolas L. le dimanche 23 janvier 2011 à 1737

Krän à l’école des sorciers

Pour Krän, la journée commence mal. Après avoir rencontré quelques difficultés avec un paysan peu conciliant, voilà qu’on lui apprend que son papounet est mourant.  Hors, la mort du roi ferait de Krän un souverain, avec toutes les charges que cela entraine. Finis la bonne bringue et les joyeuses bastons, bonjour les ennuyeux conseils de ministres et rencontres diplomatiques ! Non, cela ne peut être ! Une seule solution pour remédier à cette horrible situation : trouver un remède pour soigner le roi de son mal. Et voilà Krän et son garou, accompagnés du nain Kunu, de la jolie Lovemidou et du chevalier Donald en route pour la cité de Lastrépasse, où vit une sorcière pouvant concocter l’espéré remède. Mais il va falloir aussi compter sur la guilde des assassins, dont le maître vise le trône. ..

Dixième tome de Krän le barbare, Viva Lastrépasse voit Eric Hérenguel céder la place au dessin à un Pierre Loyvet qui n’évolue pas vraiment en territoire inconnu puisqu’il officie également sur la série dérivée Krän Univers. L’on a ici affaire à un dessin au style orienté manga et - élément nettement plus gênant - assurément plus policé. En effet, si les dessins d’Eric Herenguel n’étaient pas le point fort de la série, ils avaient le mérite de coller parfaitement à la nature craspec et bourrine du récit. Il était même parfois délicat de confier sa lecture à un jeune adolescent. Ici, on a un peu l’impression de se retrouver dans un univers des collections Kantik ou Clair de Lune, ce qui désamorce grandement l’impact des gags « affreux, sales et méchants » qui marquent le déroulement de l’histoire. Au final, l’album apparait comme étant plus grand public mais moins percutant dans son rendu visuel.

Pour ce qui est du scénario, Eric Hérenguel ne change pas son fusil d’épaule. On continue dans le style grosse rigolade à coup de références cinématographiques, de gags grivois, de situations débiles et de jeux de mot idiots. Par le passé, cela a parfois bien fonctionné (comme le dyptique Key Quête Quouest), parfois pas du tout (La princesse Viagra, par excès de vulgarité). Ici, on se retrouve à mi-chemin, principalement parce que certains des personnages secondaires ne sont pas drôles (Lovemidou), que d’autres sont complètement réduits à des rôles de faire-valoir (le Garou, Donald) et, surtout,  qu’il manque au récit cette atmosphère bien grasse et  salace qui fait la principale force de la série. Je vous avoue honnêtement que je n’ai pas ri une seule fois à la lecture de cet album, ce qui ne m’était encore jamais arrivé.

La conclusion de

Bon, même si j’ai été heureux de retrouver Krän, Kunu et le garou pour une dixième aventure, force est d’avouer que cet album ne m’a pas du tout emballé. Un dessin manga trop policé qui désamorce complètement l’ambiance crados et bourrine de la série, des personnages inintéressants mis au premier plan et des gags qui manquent de force. Le résultat final, sans être catastrophique, est tout de même bien décevant.

Que faut-il en retenir ?

  • Le retour de Krän
  • Quelques bonnes répliques
  • Un univers toujours aussi déjanté

Que faut-il oublier ?

  • Un dessin manga trop policé
  • Le personnage de Lovemidou, bof
  • Des gags manquant de force
  • Krän qui fait dans la tempérance…

Acheter Viva Lastrépasse en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Viva Lastrépasse sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Krän le barbare

En savoir plus sur l'oeuvre Krän le barbare