75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : la Neuvième Porte [1999], par Emmanuel G.

Avis critique rédigé par Emmanuel G. le vendredi 21 février 2003 à 17h13

La neuvième porte

Bon départ...
Roman Polansky nous a mis l'eau à la bouche avec cette Neuvième Porte. Il a toujours été très à l'aise avec les atmosphères glauques. Un film comme Rosemary's Baby, devenu un classique du fantastique, est là pour prouver que Polansky a presque inventé le fantastique moderne. Le savoir de retour sur un sujet alléchant comme celui ci avait donc de quoi nous faire trépigner.
Le sujet était en effet taillé pour lui : Dean Corso (Johnny Depp) est un mercenaire du livre. Il recherche les perles rares pour des collectionneurs prêts à tout. Prêt à tout, Boris Balkan l'est. Il engage Corso pour percer le mystère des "Neuf Portes du royaume des ombres", un ouvrage sulfureux, réputé avoir été écrit par Satan lui même, et dont il n'existe plus que trois exemplaires... Corso se lance dans une enquêete dangereuse, ou les morts s'accumulent bientôt.
Il y a un fort potentiel dans cette histoire, et il est fort dommage que Polansky se soit un peu endormi aux commandes de qui aurait pu devenir un classique du fantatstique. L'ambiance, prenante au départ, et magnifiée par la superbe photo de Darius Khondji, se perd malheureusement au rythme d'un timing de plus en plus lent. Le spectateur manque de s'endormir devant cette enquête qui n'avance guère et ne mène à rien. L'élément fantastique du film s'effiloche assez vite et est vite éventé. On roupille sec, avant de s'ébrouer et d'assister incrédule à une série de poursuites et de rebondissements mous du bide. Le film est en plus tiré par le bas par la prestation d'Emmanuelle Seigner, qui en rajoute dans le genre pétasse mystérieuse venu d'on ne sait où et qui en sait plein, des secrets...
Et pourtant... le formidable potentiel de Polansky réapparaît dans quelques scènes magnifiques et glauques, comme la mort de la baronne impotente détentrice d'un des exemplaires du bouquin maudit. Et on regrette d'autant plus le cinéma écorché que savait nous offrir Polansky. Reste une aventure assez banale, qui a au moins le mérite de nous donner à voir de superbes images, à la couleur riche et profonde...

La conclusion de à propos du Film : la Neuvième Porte [1999]

Emmanuel G.
60

Quel dommage que Polansky n'ait pas réussi à imposer rythme et suspens à cette histoire pourtant prometteuse. Une véritable déception.

Acheter le Film la Neuvième Porte en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de la Neuvième Porte sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+