75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Zoom sur... Mon père

Publié il y a 6 ans par Richard B.

Un avis sur le court-métrage de Patrice Gablin

De temps à autre, nous vous parlons de quelques courts faisant preuve de qualités. Alors que le cinéma français persévère dans la stagnation et la répétition des mêmes histoires, il est toujours bon de voir que les talents dans notre pays ne manquent pourtant pas. Aujourd’hui, voici un avis sur « Mon Père » de Patrice Gablin que nous avons découvert la semaine dernière.

Mais quel est bien le terrible secret que peut cacher la famille Ergo ? Pourquoi le jeune fils unique de la famille n’a-t-il pas le droit d’inviter des amis ? Pourquoi Madame Ergo semble elle-même si terrifiée par la simple idée que son fils puisse leur amener des amis ? Est-ce en rapport avec le père, lui qui à l’air si affectueux, si aimant... ?

Après « Chasseur de Rêve » (disponible sur le DVD volume 1 de French Demence), Patrice Gablin revient avec une tout autre histoire intitulée très sobrement « Mon père ». Si Patrice Gablin avait déjà démontré un certain savoir-faire dans la maîtrise de l’image et du cadre sur son précédent court, pour son nouveau film, le réalisateur pousse encore plus loin sa technique avec une méticuleuse gestion des ombres et un rendu un poil plus sobre… mais sonnant peut-être encore plus juste.

Parmi les défauts du déjà très intéressant « Chasseur de Rêve », on pouvait noter une direction d’acteur assez approximative, un scénario parfois brouillon et des lignes de dialogues pas toujours de grandes qualités. Clairement, il semblerait que Patrice Gablin a su cibler ses faiblesses, puisque « Mon Père » fait preuve d’une nette progression. Tout d’abord, le jeu des acteurs y a globalement gagné en qualité. Emmanuel Bonami (vu il y a peu dans le long-métrage Djinns) trouve globalement le ton juste et fait preuve d’une belle prestance à l’écran. Stéphanie Kern Siebering n’est pas en reste même si par la force dès chose elle se trouve un peu plus effacée. Par contre, les deux jeunes rôles du court sont beaucoup moins à l’aise. Si par moment leur jeu semble assez juste, en particulier lors des scènes dans lesquels ils donnent la répliques aux adultes, à d’autres moments les deux jeunes acteurs semblent perdre un peu de leur naturel et dérivent dans le cabotinage. Ensuite, Patrice Gablin c’est grandement amélioré dans l’écriture. Les dialogues paraissent plus crédibles et le scénario plus précis, même si pour le coup on aurait aimé en savoir un peu plus sur le personnage interprété par Emmanuel Bonami, et aussi celui de Stéphanie Kern Siebering. En effet, avec ce que l’on apprend à l’issue du métrage, on peut se demander comment cette famille a pu rester soudée aussi longtemps. Peut-être y avait-il là matière à un long métrage en étoffant un peu tout ça ?

 

« Mon Père » est déjà selectionné au Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, dans la section "Mad in France" et au Festival International du Film Fantastique de Lund en Suède

 

> Devenir fan de scifi-universe sur Facebook

Diaporama photo : Mon Père

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de la science-fiction en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »