75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Devil May Cry 4: Premières Impressions

Publié il y a 8 ans par Sylvain T.

Premières impressions avant le test du 8 Février...

A travers une démo jouable mise en ligne aujourd’hui sur le Xbox Live, j’ai pu découvrir quelques minutes de la version Xbox 360 du très attendu Devil May Cry 4. Je vous fait part de mes premières impressions en attendant la critique qui arrivera le 8 Février.
Après plus de trois ans d’absence, la licence Devil May Cry revient enfin, mais cette fois-ci, sur Xbox 360 et PlayStation 3. La saga qui a d’ailleurs commencé sur console de Sony se décline pour la première fois sur une console concurrente. C’est donc avec une impatience non-dissimulée que les fans ont attendu ce quatrième opus, puisqu’après un troisième épisode en demi-teinte, il était temps pour la série de redorer son blason. Et bien rassurez-vous, au dédale de cette démo jouable, c’est chose faite. Deux morceaux du jeu sont disponibles, la première nous fait apparaitre dans une ville en cendre où vous allez devoir éliminer un certain nombre de démons, tandis que la seconde s’attardera sur un boss gigantesque.
Coté graphisme, le jeu est époustouflant, certes il est loin de rivaliser avec un jeu comme Assassin's Creed, mais certains décors sont tout simplement bluffant, au delà du charisme non-moins exemplaire du personnage principal, Nero, les développeurs ont souhaités mettre en avant l’immersion, tous les détails pour qu’un joueur se sente dans la peau du héros sont là, et c’est ça qui fait la force du titre, l’immersion y est totale. Le jeu est linéaire comme nous l’indique cette démo, car vous allez constamment devoir suivre un chemin donné, vous n’aurez pas de choix à faire, mais cela n’empêche pas le titre d’avoir des environnements très travaillés, les décors, même lointain sont présent, et c’est une excellente nouvelle.

Coté gameplay, en tant que fan de la série, j’avais peur de voir Devil May Cry 4 débarquer sur la Xbox 360, puisque le pad est avant tout fait pour les FPS, mais qu’en est-il des jeux d’actions très bourrin comme DMC ? Bonne nouvelle là aussi, si il faut un certain temps d’adaptation pour se faire à la jouabilité (surtout pour les joueurs PlayStation), on trouve rapidement nos marques, en apprenant les nouveaux combos du jeu, c’est d’ailleurs là que les développeurs ont le plus travaillés, puisque l’on peut découvrir qu’un nouveau type de gameplay est présent. En effet, il y a dorénavant un point faible sur chaque boss que l’on peut exploiter à l’infini, cela peut paraitre étrange, mais ça permet de rendre le jeu plus facile, car ne le cachons pas, les précédents épisodes étaient très difficile, et ça permet ensuite de redécouvrir d’une manière différente la licence. Pas de panique, si vous êtes fan, vous pourrez utiliser deux niveaux de difficultés l’une étant très hardcore par rapport à l’autre. Le principal élément de ce nouvel opus, c’est le bras du nouveau héros Nero, lui permet notamment d’agripper les monstres pour les ramener vers lui, ou encore de s’accrocher à des parois pour éviter le vide.
Fin de démo, il me reste une excellente impression du jeu, mais ce n’est qu’une démo, nous verrons ce que donne la version finale à sa sortie. D’ici là je vous donne rendez-vous le 8 février pour la critique sur SF-U !

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de l'imaginaire en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »