75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

5 remakes sf/fantastiques supérieurs à l'original

Publié il y a 9 jours par Vincent L.

5 remakes sf/fantastiques supérieurs à l'original : Petit classement 100% subjectif des films incontournables sur le sujet

Petit classement 100% subjectif des films incontournables sur le sujet

La sortie de La Momie, remake réalisé par Alex Kurtzman, nous a donné envie de faire un petit top 5 totalement subjectif des remakes supérieurs au film original, cinq films incontournables à revoir ou à découvrir sur le sujet (et classés par ordre alphabétique, juste pour ne pas froisser les sensibilités).

On précisera quand même que ce n'est pas parce que nous trouvons que ces cinq remakes sont supérieurs aux films originaux que ces derniers sont dénués de qualités (quand même...)

 

La colline a des yeux

Film réalisé par Alexandre Aja, écrit par Alexandre Aja et Grégory Levasseur d'après le long-métrage éponyme de Wes Craven

Une famille en vacances échoue dans une zone d'essais nucléaires. Ses membres vont bientôt devenir la proie d'une autre famille, mutante et assoiffée de sang...

La Colline a des Yeux atteint parfaitement ses objectifs, tout en restant limité par les frontières de ce genre ultra balisé. Cela empêche le film de devenir vraiment une œuvre à part entière, mais son traitement est si efficace qu’il est le film de série B le plus réjouissant qu’il est été donné de voir depuis longtemps (Voir les critiques complètes).

 

La Mouche

Film réalisé par David Cronenberg, écrit par David Cronenberg et Charles Edward Pogue d'après La Mouche noire de Kurt Neumann

Dans son grand appartement qui lui sert aussi de laboratoire, Seth Brundle (Jeff Goldblum), brillant physicien, poursuit des recherches sur ce qu'il appelle la "téléportation" - une technique permettant le transport de la matière d'un point à un autre... sans aucun déplacement physique. A cet effet, Seth a fabriqué des "caissons" très sophistiqués : en plaçant un objet dans l'un et en s'aidant d'ordinateurs très perfectionnés, il parvient à faire passer l'objet en question dans un autre caisson.

La Mouche est peut-être le film les plus connu de David Cronenberg. Cela n'est pas surprenant car, s'il n'est certainement pas le meilleur, il est assurément celui qui expose le mieux les obsessions du cinéaste tout en restant dans le registre du cinéma de science-fiction populaire. Dotés d'effets spéciaux excellents, appuyés par une interprétation solide du duo glamour Jeff Goldlum / Geena Davis, cette oeuvre à la fois horrifique et sentimentale est apte à satisfaire tous les publics. Et c'est certainement ce qui fait sa force. (Voir les critiques complètes).

 

Le Blob

Film réalisé par Chuck Russell, écrit par Chuck Russell et Frank Darabont d'après Attention au Blob de Larry Hagman

C'est un monstre etrange venu d'ailleurs, informe et gelatineux, qui devore tout ce qui vit, en particulier les etres humains, dont il se regale. Mais avant qu'il n'ait completement digere une ville dont il fait ses delices, deux heros, Meg Penny (Shawnee Smith) et Brian Flagg (Kevin Dillon), decouvrent que le Blob fuit la neige carbonique...

Bon ok, c'était facile : Attention au Blob de Larry - JR Ewing - Hagman était un mauvais film. Chuck Russell transforme le matériau de base en une petite série B nerveuse, certes très anecdotique, mais efficace dans sa proposition de cinéma. Le film ne vole certes pas très haut, mais il fait le taf à minima et, au final, aura quand même marqué une génération de fans d'horreur.

 

L'invasion des profanateurs

Film réalisé par Philip Kaufman, écrit par W.D. Richter d'après le film L'invasion des profanateurs de sépultures de Don Siegel.

Un soir, d’étranges graines tombent du ciel sur San Francisco. Elisabeth Driscoll (Brooke Adams), préoccupée par le changement de comportement inexpliqué de son ami Geoffrey (Art Hindle), remarque peu a peu que d’autres personnes souffrent de troubles similaires.

5 ans après Soleil Vert, revoila la SF 70's en grande forme, dénoncant tous les excès et problèmes communs aux grandes villes. Les extra-terrestes (représentés d'abord par des plantes) prennent possession des personnes. Les possédés sont alors reconnaissable par leur absence d'émotions et de sentiments. Kaufman fait echo au fameux credo "metro, boulot, dodo", il illustre par ailleurs les difficultés d'expression et de communication propres au monde moderne.

 

The Thing

Film réalisé par John Carpenter, écrit par Bill Lancaster d'après le film La Chose, d'un autre monde de Christian Nyby et Howard Hawks

Hiver 1982. Douze hommes sont bloqués dans leur base de recherche scientifique, au coeur de l'Antarctique.  Un jour, un chien court vers eux, poursuivi par un hélicoptère norvégien dont les occupants sont comme fous, tirant d'abord sur le chien, puis sur un des membres de l'expédition scientifique.

The Thing est un film énorme, intelligent, traumatisant et doté d’effets spéciaux hors normes pour l’époque. Avec ce remake, John Carpenter pose les bases d’un nouveau cinéma horrifique, qui mêlange les techniques du slasher survival des années 80, la science fiction parano des années 50, et un aspect psychologique très prononcé. (Voir la critique complète)

 

A lire également :

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

  • Avec l'image en tête d'affiche, j'ai eu peur que vous ne mettiez Le Cercle. Me voilà rassuré.
    khaerlias, le 12 juin 2017 15:03
  • Oui, on est des petits malins, mais des petits avec du goût ! :D
    Vincent L., le 13 juin 2017 09:13