Portrait de famille : Wastburg

Publié il y a 11 mois par Vincent L.

Portrait de famille : Wastburg : Petit jeu est devenu (très) grand...

Petit jeu est devenu (très) grand...

Adapté du roman éponyme de Cédric Ferrand, Wastburg est un jeu de rôle édité par les XII Singes en 2013. Suite au pack de base, ce sont cinq suppléments qui sont petit à petit sortis pour agrémenter le jeu. Plus de deux ans après sa sortie, voici un petit portrait de famille de la gamme Wastburg.

Dans Wastburg, les joueurs d'interprètent ceux qui sont par définition les anonymes, les mal-aimés de toutes les aventures médiévales-fantastiques : les gardes. Vous savez, ceux qui surveillent les portes et que les personnages-joueurs assassinent sans aucun remord lorsqu'ils doivent passer, ceux qui servent de chair à canon pour le boss de fin et qui sont exterminés comme de vulgaires moustiques, ceux qui n'ont même pas le luxe d'être dotés d'un nom par le meneur de jeu qui ne s'en sert que comme élément ludique aisément interchangeable. Ne vous mentez pas, vous ne vous étiez jamais dit que ces pauvres gars pouvaient avoir une famille, des amis voire des sentiments. Pas de chance, maintenant, ces pauvre gars, c'est vous !

Wastburg - Livre de base

Ecrit par Cédric Ferrand, Tristan Lhomme et Philippe Fenot
Illustré par Garry Chalk

Prix : 30€

Le Livre de base contient tout le nécessaire pour se lancer dans le jeu : un livret décrivant la ville, un livret de règles et un scénario d'introduction, le tout accompagné d'un paravent et d'une carte de la cité.

Note : 75%. Adaptation ludique du roman éponyme, Wastburg est un jeu de rôle très plaisant qui, en dépit d'un postulat de départ a priori simple, s'avère au final riche et bourré de toute sorte de possibilités. Sorte de C.O.P.S. à la sauce moyen-âgeuse, le jeu de Cédric Ferrand se pose donc comme un excellente surprise, malgré tout limitée par un format éditorial qui, à cause des contraintes de place, empêche un développement complet. En l'état, il reste donc du travail pour le maître de jeu afin de rendre exploitable tout cela, mais les bases sont quant à elles bien présentes, suffisante pour accueillir de premières aventures. (lire la critique complète)

 

Supplément 1 : Gardoches Partout, Justice Nulle Part

Ecrit par Cédric Ferrand, Jérôme Larré, François-Xavier Cuende et Michaël Croitoriu
Illustré par Rolland Barthélémy

Prix : 9€90

Gardoches Partout, Justice Nulle Part propose une aide de jeu pour créer collégialement le quartier dans lequel les gardoches évoluent au cours de leurs aventures ainsi qu'un scénario amenant les joueurs à faire la rencontre d'une femme innoubliable.

Note : 90%. En donnant aux maîtres de jeu quelques outils très pratiques pour lui permettre de personnaliser la ville en fonction de ses besoins et - surtout - des envies de ses joueurs, Gardoche Partout Justice Nulle Part renforce considérablement le côté "bac à sable" de Wastburg. Cela donne au jeu une autre dimension qui, par certains côtés, permet de palier à quelques lacunes du livre de base. Ajoutez à cela un scénario bien construit, ainsi que quelques aides de jeu sympathiques, et cette publication s'impose au final comme un supplément indispensable pour profiter au mieux du jeu et de ses nombreuses possibilités. (lire la critique complète)

 

Supplément 2 : Et la nuit résonnera de mille crimes

Ecrit par Cédric Ferrand, David Brosselin et François-Xavier Cuende
Illustré par Rolland Barthélémy

Prix : 12€90

Et la nuit résonnera de mille crimes propose un scénario "où l’on court à gauche à droite, où l’on doit prendre des décisions sur le coup, sans trop réfléchir, puis vivre avec les conséquences de ses actes" ainsi qu'une aide de jeu relative à l'argent.

Note : 85%. De publication en publication, Wastburg prouve qu'au delà de la simplicité de son postulat de départ (jouer des gardes, uniquement), il possède bel et bien un potentiel d'aventures énorme. Celles et ceux qui en doutent devraient lire Et la nuit raisonna de mille crimes pour s'en convaincre, tant le scénario qu'il propose s'avère à la fois riche, complexe et délicieusement fun. L'aide de jeu qui clôt la publication est quant à elle plus anecdotique, et ce même si elle n'est pas à proprement parler inutile ou désagréable. (lire la critique complète)

 

Supplément 3 : Fleur de Purge

Ecrit par Gauthier Lion
Illustré par Rolland Barthélémy

Prix : 16€

Fleur de Purge décrit la Purge, le monument le plus connu de Wastburg : la prison. Un scénario permettant d'interpréter des Purgeards, les fameux gardes de la Purge.

Note : 95%. Si le livre de base de Wastburg souffrait de quelques petits défauts, les suppléments qui viennent progressivement alimenter la gamme permettent de les gommer et de donner au tout une richesse qu'on n'imaginait pas de prime abord. En ce sens, Fleur de Purge est un modèle : un décor inspirant, une ambiance de jeu renouvelée, des idées en pagaille, un excellent scénario, bref, rien a jeter dans les quelques soixante-dix pages de cette publication. De petit jeu sympathique, Wastburg est petit à petit en train de se transformer en incontournable grâce au travail de grande qualité réalisé par les différents auteurs. (lire la critique complète)

 

 

Supplément 4 : Droits dans leurs bottes

Ecrit par Yannic Buty et Côme Martin
Illustré par Rolland Barthélémy

Prix : 12€50

Droits dans leurs bottes est un scénario qui amène les personnages à enquêter sur de mystérieux actes : des gens se font gifler sans raison apparente, sans prévenir et sans réelle constance dans le modus operandi. Le supplément se termine sur une aide de jeu traitant des oppositions sociales.

Note : 90%. Droits dans leurs bottes est un supplément aussi original que complexe à maîtriser, qui s'adresse exclusivement aux meneurs expérimentés n'ayant pas peur de se lancer dans l'inconnu. Avec cette quatrième parution, une nouvelle fois très qualitative, on se rend compte que Wastburg est un véritable laboratoire d'expérimentation pour Les XII Singes, qui y développent des concepts originaux, des outils inédits et, finalement, font vivre un jeu qui ne cesse de réserver de très belles surprises à celles et ceux qui se sont lancés dans l'aventure. (lire la critique complète)

 

Supplément 5 : L'Opera de Quat'Gelder

Ecrit par Tristan Lhomme
Illustré par Rolland Barthélémy
Prix : 16€

L'Opéra de Quat'Gelder est un scénario qui s'appuie sur le principe suivant : qu’arriverait-il si la Garde était confrontée à un type assez malin pour mettre un peu de bon sens dans la tête des petits criminels et pour travailler avec les échevins ?

Note : 65%. Plus classique que les autres ouvrages de la gamme Wastburg, L'Opéra de Quat'Gelder n'en demeure pas moins un supplément honnête qui a le mérite d'être plus accessible que ses aînés. Cette mini-campagne s'avère ainsi bien conçue et, si elle ne révolutionne rien, permet de donner aux meneurs de jeu du matériel facilement exploitable en attendant les publications ultérieures. En somme, ce cinquième supplément s'avère donc sympathique, même si clairement dispensable. (lire la critique complète)

 

Verdict :

Prix total de la gamme : 97€ (soit une moyenne de 16€ le supplément).

Note moyenne de la gamme : 83%.

Ce qu'il y a retenir : Wastburg est un véritable laboratoire d'expérimentation pour Les XII Singes, qui y développent des concepts originaux, des outils inédits.

A éviter si : vous êtes un meneur de jeu débutant, vous cherchez du consommable rapide et facile, vous ne pouvez pas blairer les flics.

A acheter si : vous cherchez un bac à sable ambitieux, vous aimez sortir des sentiers battus, vous adorez humilier vos PJ (et ils aiment ça les saligauds !).

Lien permanent de partage |

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de la science-fiction en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »